Jérusalem-Est : une capitale à protéger

Comprendre Jérusalem et s’engager contre l’occupation, la colonisation, l’annexion et le nettoyage ethnique : c’est l’objectif de cette campagne de l’AFPS pour Jérusalem.

Actions en cours

Appel à action : Stop au nettoyage ethnique de Jérusalem !

>> Voir l’appel à action

Pétition #TouchePasAMaCapitale

>> Signer la pétition


2020, année noire pour les Palestiniens de Jérusalem

Israël a encore amplifié la mise en œuvre de ses politiques de colonisation, d’annexion et de nettoyage ethnique à Jérusalem : au 31 octobre 2020, 107 structures au total ont été démolies à Jérusalem-Est, mettant à la rue 340 personnes dont 176 enfants.
Ces trois dernières semaines, Israël a annoncé :
- Des ordres de démolitions et d’expropriation à l’encontre de familles des quartiers palestiniens de Sheikh Jarrah et de Silwan.
- L’expropriation de 200 commerces palestiniens pour la construction d’un complexe technologique, touristique et commercial.
- La construction de 96 logements dans la colonie de Ramat Shlomo et de 1257 unités d’habitation dans la colonie de Givat Hamatos.

Année noire pour les institutions palestiniennes. En juillet 2020, plusieurs raids et arrestations de l’armée israéliennes ont eu lieu à l’encontre de centres culturels palestiniens et de leurs directeurs. Les multiples arrestations du gouverneur de Jérusalem illustrent l’objectif d’Israël : effacer l’identité culturelle, le patrimoine et la présence politique palestinienne de la ville de Jérusalem.

Année noire pour la santé des Palestiniens à Jérusalem. En avril 2020, les forces de sécurité israéliennes ont fait un raid sur une clinique de test Covid-19 dans le quartier de Silwan : témoignage de l’accès aux soins pour la population palestinienne de Jérusalem.

Enfin, 2020 est une année particulièrement noire pour l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri. Dans sa loi du 8 mars 2018 Israël prétend bannir de Jérusalem les Palestiniens pour « défaut d’allégeance ». C’est sur cette base que Salah est menacé d’expulsion de sa terre natale. Cette pratique, illégale au regard de la 4e Convention de Genève et du Statut de Rome, vise à modifier la composition démographique de Jérusalem en expulsant les résidents Palestiniens et en développant les colonies israéliennes.

Les États, dont la France, doivent s’abstenir de participer, de porter assistance et de valider implicitement les crimes de guerre et les violations du droit international humanitaire commis par Israël. Les entreprises privées doivent également s’abstenir de toute implication dans la violation du droit en Palestine. La communauté internationale doit agir afin de protéger les défenseurs palestiniens des droits humains et mettre Israël face à ses responsabilités.


Actions réalisées

Jérusalem-Est, une capitale à protéger : Une réunion publique à l’initiative de la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine et l’AFPS le 15 juin 2018

>> En savoir plus sur l’événement


Des clefs pour comprendre

>> Télécharger l’infographie Visualizing Palestine "Vivre sous la colonisation à Jérusalem"

>> Télécharger l’infographie Visualizing Palestine "La démolition de maisons"

>> Télécharger l’infographie Visualizing Palestine "Droit de résidence révoqué"

>> Découvrir les documents de la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine

>> Télécharger Le rapport des chefs de mission diplomatique de l’UE sur Jérusalem (2017)

>> Télécharger Le rapport de la Haute-Commissaire des Nations-Unies aux droits de l’Homme sur les colonies de peuplement israéliennes dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est et le Golan syrien du 30 janvier 2020

>> Télécharger le rapport sur le Tramway de Jérusalem : des entreprises françaises contribuent à la colonisation israélienne du territoire palestinien occupé

>> Relire les communiqués de l’AFPS sur Jérusalem

ACTUALITÉS CONNEXES

0 | 8 | 16 | 24 | 32 | 40 | 48 | 56 | 64 | 72