Boycott Désinvestissement Sanctions (BDS)

L’AFPS dans la campagne BDS

En 2005, 172 organisations de la société palestinienne lançaient un appel à une campagne de Boycott, Désinvestissement et de Sanctions contre Israël visant à contraindre cet Etat à respecter le droit international. L’appel fixe trois objectifs à la campagne : la fin de l’occupation et de la colonisation de la Palestine, l’égalité des droits pour les Palestiniens d’Israël et l’application du droit au retour pour les réfugiés.

L’AFPS a souscrit à cet appel et s’inscrit pleinement dans cette campagne. Son souci est de développer en France une campagne qui soit la plus large possible, afin en particulier de peser sur la politique du gouvernement, pour qu’il s’engage sur la voie de la fermeté et des sanctions vis-à-vis d’Israël. C’est pourquoi, elle choisit ses cibles avec le souci d’être compris, de rassembler et d’obtenir des résultats. Celles-ci se déclinent selon les trois volets de la façon suivante :

Boycott
C’est le moyen pour les citoyens d’agir directement dans la campagne. Sur le plan économique, l’AFPS milite pour l’arrêt de l’importation des produits des colonies israéliennes. Contrairement à la réglementation européenne, Israël camoufle l’origine des produits des colonies en les présentant comme des produits de son territoire. Dans le doute, l’AFPS appelle à boycotter tous les produits étiquetés « Israël ».
— 
Par ailleurs, le boycott des institutions israéliennes universitaires culturelles et sportives est mis en œuvre au cas par cas, avec le souci d’être compris. En particulier, l’AFPS participe à la campagne internationale pour que le concours de l’Eurovision 2019 ne se passe pas en Israël et dans tous les cas que la France n’y participe pas.

Désinvestissement
Il s’agit d’obtenir l’arrêt de la collaboration d’entreprises françaises à la colonisation et à l’occupation de la Palestine. Ce volet se décline principalement en deux campagnes menées avec des partenaires associatifs et syndicaux :
- Une campagne pour que quatre banques françaises et une compagnie d’assurances se désengagent des banques israéliennes, qui jouent un rôle essentiel dans la colonisation,
- Une campagne pour que des entreprises françaises se retirent d’un projet d’extension du tramway de Jérusalem qui vise à renforcer la colonisation dans la partie Est, la partie palestinienne.
Par ailleurs, l’AFPS participe à une campagne pour que l’équipementier sportif PUMA retire son soutien à la Fédération Israélienne de Football, qui accepte en son sein plusieurs clubs des colonies.

Sanctions
Les États, et en particulier la France et l’Union Européenne, doivent prendre des sanctions contre Israël tant que cet État ne se conforme pas au droit international.

— 

>> Découvrir les outils de communication pour la campagne BDS (modèles de tracts, d’affiches, de cartes, de pétitions et de lettres).

>> Lire "L’AFPS et la campagne internationale BDS"

— 

Faire face à la répression judiciaire

Israël a mis en œuvre des moyens importants pour contrer la campagne BDS. En France, aucune loi n’interdit l’appel au boycott, mais un certain nombre d’organisations relayent les positions du gouvernement israélien pour attaquer notre liberté d’expression et d’action citoyenne. Leurs plaintes sont le plus souvent classées sans suite. La condamnation des militants de Mulhouse en 2015 par la Cour de Cassation a fait l’objet d’un recours en cours d’examen par la Cour Européenne des droits de l’Homme. Pour répondre à ces attaques, l’AFPS a mis en place des moyens juridiques et une souscription permanente.

>> Souscription permanente de l’AFPS

ACTUALITÉS CONNEXES

0 | 8 | 16 | 24 | 32 | 40 | 48 | 56 | 64 | ... | 1608