Urgence : solidarité pour Jamal Abu Leil et les prisonniers palestiniens !

L’Association pour le Jumelage entre les camps de réfugiés palestiniens et les villes françaises (AJPF), mercredi 8 mars 2017

Communiqué de l’AJPF :

URGENCE SOLIDARITÉ pour JAMAL ABU LEIL et les prisonniers palestiniens !

TOUT LE MONDE PEUT AGIR AVEC 1 PHOTO !

La détention administrative vient d’être prolongée de 6 mois pour notre camarade Jamal Abu Leil, correspondant de l’AJPF, responsable du centre des enfants de Kalendia, du comité populaire du camp de réfugiés de Kalendia et responsable de l’office des réfugiés palestiniens.

Cela fait maintenant 1 an que Jamal est retenu en détention administrative par Israël, c’est à dire qu’il est enfermé pour une durée de 6 mois renouvelables, sans inculpation ni procès, comme les 750 Palestiniens dans le même cas, en violation des accords internationaux et de la Quatrième Convention de Genève.

Avant la décision, Jamal avait entamé une grève de la faim qu’il a décidé de poursuivre en criant sa détermination :

« Soit je sors parce que vous n’avez rien contre moi, soit je meurs en prison, mais je continuerai ma grève de la faim ». On n’a laissé que quelques minutes à sa femme, Wafa, pour le voir avant que le juge ordonne aussitôt sa mise à l’isolement.

En Palestine, dans son camp de Kalendia, c’est la consternation pour ce militant qui s’est toujours battu du côté des réfugiés. A Ramallah, des rassemblements sont organisés en soutien à Jamal Abu Leil et à Mohammed Al-Qiq, journaliste, également en grève de la faim.

Dimanche dernier, Jamal était transféré de la prison de Ktziot située dans le Néguev à celle de Eshel, de haute sécurité, et Mohammed Al Qiq, à Naqab dans le nord. Le transfert est un procédé utilisé par l’armée israélienne pour faire pression sur les prisonniers.

Depuis, nous n’avons plus de nouvelles et l’inquiétude grandit après le 20ème jour de grève de la faim. Nos premières pensées vont à notre ami Jamal, à sa femme Wafa, et à toute sa famille ; nous craignons l’aggravation de son état de santé.

Nous pensons aussi à ses compagnons, dans le camp de Kalendia, au journaliste Mohamed Al Qiq, à ces milliers de prisonniers politiques palestiniens, dont 350 enfants de moins de 18, qui subissent le même sort dans la plus complète indifférence des puissances internationales.

Faisons entendre cette injustice ! La grève de la faim est aujourd’hui le seul moyen dont disposent les prisonniers pour faire entendre leur voix. Aidons-les à jeter un coup de projecteur sur cet emprisonnement arbitraire !

Témoignons notre solidarité avec des êtres humains qui n’ont, pour seul crime, que de réclamer la liberté pour leur peuple et leur pays !

Montrons à Jamal qu’il n’est pas seul en envoyant une photo de vous avec l’affiche LIBERTÉ POUR JAMAL à cette adresse : jamal_pal@hotmail.com et sur Facebook. Nous vous proposons d’imprimer l’affiche ci-jointe, d’y ajouter le texte de votre choix, et de vous prendre en photo seul ou en groupe (pour les élu(e)s avec leurs écharpes) puis de l’envoyer en mentionnant vos noms et qualités par mail à l’adresse jamal_pal@hotmail.com et de la mettre sur votre Facebook ou autres réseaux sociaux.

Cela montrera qu’ils ne sont plus seuls. Nous comptons sur vous pour relayer le message. D’autres idées de soutien seront les bienvenues : n’hésitez pas à les proposer au comité de soutien.

PDF - 473.8 ko
Communiqué AJPF