Pour restaurer l’unité et la dignité des prisonniers - Marwan Barghouthi mène la bataille de la liberté le 17 avril

Ma’an News, mardi 28 mars 2017

Publié le 25/03/2017

Ramallah - Ma’an - Le ministre chargé des affaires des prisonniers, Issa Qaraqe et Qaddoura Fares, président de l’association du club des prisonniers ont annoncé samedi que le combat de la liberté et la dignité que mènera Marwan Barghouthi et tous les prisonniers du mouvement Fatah dans les prisons israéliennes, le 17 avril 2017, a pour but de renforcer le travail collectif et l’unité nationale, à l’intérieur comme à l’extérieur des prisons et de redonner au mouvement prisonnier sa dignité, sa combativité et sa résistance.

Ce mouvement de grève est une réponse aux violations incessantes des droits fondamentaux des prisonniers qui sont traités comme des criminels et des terroristes, comme l’a maintes fois déclaré le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, qui considère les prisonniers palestiniens comme des terroristes qui doivent être exécutés.

Issa Qaraqe et Qaddoura Fares indiquent que cette prochaine étape constituera un nouveau départ et un changement stratégique dans la vie et l’histoire du mouvement des prisonniers. Cela leur donnera une reconnaissance de leur rôle national et une légitimité face aux attaques et lois israéliennes arbitraires contre les droits des prisonniers.

Ces annonces ont été faites au cours de deux visites. L’une au chevet d’un enfant mineur Jihad Hammad de Silwad, qui a été libéré récemment et admis en urgence à l’hôpital de Ramallah après avoir a été grièvement blessé à la tête par des soldats israéliens lors de son arrestation. L’autre au prisonnier Mohammad Rimawi de Beit Rima, qui a passé cinq ans dans les prisons de l’occupation.

Le ministre Issa Qaraqe a déclaré dans un communiqué que Marwan Barghouthi, membre du comité central du mouvement Fatah, conduira la bataille de la liberté et la dignité dans les prisons israéliennes le 17/04/2017, date qui coïncide avec le lancement des actions de la journée du prisonnier palestinien, par une grève de la faim ouverte avec tous les prisonniers du mouvement Fatah et qui forment 65% des détenus sur un total de 7000 prisonniers palestiniens.

Cette grève de la faim intervient alors que les négociations entamées avec l’administration pénitentiaire sur le respect des droits et de la dignité des détenus, conformément au droit international et aux conventions de Genève, sont dans une impasse.

Il a lancé un appel à toutes les factions dans les prisons israéliennes à se joindre à cette action stratégique importante et à la cohésion dans une véritable unité nationale pour faire face aux procédures et pratiques de l’administration des prisons de l’occupation et du gouvernement israélien.

C’est une grande action collective qui sera dirigée par l’un des symboles du peuple palestinien, Marwan Barghouthi, condamné à cinq peines à perpétuité plus 40 ans, et qui est détenu depuis 15 ans dans les prisons israéliennes.

Nous sommes en contact avec toutes les forces et les institutions afin d’assurer un soutien populaire et médiatique à ce combat de la liberté et la dignité, avec l’appui politique et juridique aux niveaux local et international.

Voici les demandes des prisonniers, annoncées dans le communiqué publié par Marwan Barghouthi :

■ Visites :

  • 1) Demande de restaurer la deuxième visite, qui a été arrêtée par la Croix-Rouge.
  • 2) instaurer des visites régulières toutes les deux semaines sans qu’elles soient annulées.
  • 3) ne pas empêcher les proches du premier et deuxième degré de visiter le prisonnier.
  • 4) augmenter la durée de la visite de 45 minutes à une heure et demie.
  • 5) permettre au détenu de prendre des photos avec leurs parents tous les trois mois.
  • 6) pour des raisons de commodité, demande aux personnels de la prison de raccompagner les parents jusqu’a la porte de la prison.
  • 7) permettre l’entrée des enfants et des petits-enfants de moins de 16 ans à chaque visite.

■ Dossier médical :

  • 8) Fermeture du soi-disant « hôpital de la prison de Ramleh », structure inadaptée et incapable de donner le minimum de soins nécessaires.
  • 9) mettre un terme à la politique de la négligence médicale.
  • 10) instaurer des examens médicaux périodiques aux prisonniers.
  • 11) assurer des interventions chirurgicales rapides et exceptionnelles.
  • 12) permettre l’entrée des médecins de différentes spécialités pour inspecter les prisonniers.
  • 13) libération des prisonniers malades, en particulier les personnes handicapées et ceux atteints de maladies incurables.
  • 14) ne pas faire supporter les frais de traitement aux prisonniers malades.

■ Prisonnières :

  • 15) répondre aux besoins et demandes des prisonnières palestiniennes, concernant le transport vers les tribunaux ou les hôpitaux et leur permettre la rencontre avec les parents et la famille sans barrière lors de la visite.

■ Bosta : (véhicule de transport des prisonniers)

  • 16) assurer un traitement humain aux prisonniers lors des transports.
  • 17) rapatrier rapidement les prisonniers de retour des cliniques ou des tribunaux, et de ne pas les garder sur les points de passage.
  • 18) réorganisation des points de passage, pour fourniture des repas aux prisonniers.
  • 19) Installation d’un téléphone public pour les prisonniers palestiniens dans toutes les prisons et les sections pour pouvoir communiquer avec leurs proches.
  • 20) ajout de canaux satellites adaptés aux besoins des détenus.
  • 21) Installation de climatiseurs dans les prisons, en particulier dans les prisons de Megiddo et Gilboa.
  • 22) réintégrer les cuisines dans toutes les prisons et les mettre sous le contrôle exclusif des prisonniers palestiniens.
  • 23) permettre l’entrée des livres, des journaux, des vêtements, de la nourriture et les affaires personnelles lors des visites.
  • 24) mettre fin à la politique de l’isolement.
  • 25) mettre fin à la politique de détention administrative.
  • 26) permettre aux prisonniers de s’inscrire dans les universités israéliennes
  • 27) permettre aux prisonniers de présenter leurs examens de façon officielle et selon un accord défini à l’avance.

Traduction : Moncef Chahed, Groupe de Travail Prisonniers