Désinvestissement

L’incitation au désinvestissement des entreprises Il s’agit de faire en sorte que les entreprises, françaises en particulier, ne participent d’aucune façon à la colonisation : par une présence dans les colonies ou par des relations avec des entreprises qui participent à la colonisation.

AFPS, mercredi 18 juin 2014

Mise à jour mars 2016 : Désinvestissement : des entreprises se retirent ou refusent toute implication

- Orange a cessé sa relation avec son partenaire israélien depuis début 2016. L’impact médiatique de cette rupture a été très fort. Voir notre communiqué "Rupture du contrat entre Orange et Partner Israël : Une victoire pour le mouvement de solidarité avec la Palestine et tous les défenseurs des droits humains"

- Veolia a cessé toute activité dans le tramway de Jérusalem et s’est totalement retiré d’Israël. Voir notre communiqué "Israël et territoires occupés : le désengagement de Veolia, une vraie victoire"

- Safège a mis fin à son contrat d’étude et Poma s’est engagé à ne pas soumissionner sur un projet de télécabine urbain à Jérusalem-Est. Voir notre communiqué "Un coup porté contre la colonisation de Jérusalem Est"

- A l’étranger des banques israéliennes ont été également « blacklistées » par des fonds de pension américain, néerlandais et luxembourgeois. Des multinationales comme G4S (désinvestie notamment par Bill Gates), Dexia et Caterpillar, ont subi le même sort.

Comment s’y prendre pour mener des actions pour le désinvestissement