Un Grand Rabbin exhorte les soldats israéliens à tuer les agresseurs palestiniens, sans se soucier de la Cour ou du Chef d’Etat-Major

Si un terroriste sait qu’il ne reviendra pas vivant, cela les dissuadera, dit le Grand Rabbin Sépharade Yitzhak Yosef, il ajoute que c’est une mitzvah (prescription) de tuer les agresseurs.

Haaretz, mardi 15 mars 2016

Le Grand Rabbin Sépharade d'Israël Yitzhak Yosef (à gauche) et le Grand Rabbin Achkenaze David Lau. Crédit : Moti Milrod

Le Grand Rabbin Sépharade d’Israël a déclaré samedi que c’était un impératif religieux de tuer des agresseurs palestiniens armés, et a exhorté les soldats à ne pas s’inquiéter du contrôle de la Haute Cour ou du Chef d’ Etat-Major de l’armée à ce sujet.

“Si quelqu’un vient pour vous tuer, vous le tuez avant. Ne commencez pas à voir peur de toutes sortes… qu’ils feront ensuite à son sujet devant la Haute Cour de Justice, ou qu’un certain chef d’état major vienne dire quelque chose de différent... Cela les dissuade aussi. Du moment qu’un terroriste sait que s’il vient avec un couteau il ne reviendra pas vivant, cela les dissuadera. C’est pourquoi c’est une mitzvah de le tuer,” a déclaré le Grand Rabbin Sépharade Yitzhak Yosef pendant son explication hebdomadaire de la Torah.

Yosef faisait référence à une déclaration du Chef d’Etat-Major, le Général de Division Gadi Eisenkot, le mois dernier, quand il a rencontré des étudiants à Bat Yam. Pendant la réunion un des étudiants a demandé au chef d’état-major de parler des ordres d’ouvrir le feu, dont il affirmé qu’il mettait les soldats en danger. Eisenkot a répondu que les ordres étaient appropriés, en ajoutant que “les Forces de Défense Israéliennes ne pouvaient s’exprimer par slogans, tels que ’si quelqu’un vient pour vous tuer, vous le tuez avant’. Je ne veux pas qu’un soldat vide un chargeur sur une fille qui brandit des ciseaux.” Ses paroles ont suscité la critique de la part de députés du Habayit Hayehudi (Foyer Juif) et du Likoud.

Rabbi Yosef a fait sa déclaration pendant une discussion sur la question de savoir s’il est permis de tuer les Amalekites, un ennemi biblique des Hébreux, le jour du Shabbat. “Le jour du Shabbat vous ne pouvez pas tuer Amalek,” a-t-il déclaré. “Si maintenant quelque terroriste vient vers moi, et que je sais qu’il est un terroriste, et que nous l’avons attrapé. Il n’a pas de couteau en main, il n’a rien. Et je sais, que Elie le Prophète viendra à moi pour me dire qu’il est d’Amalek. Est-il permis de le tuer le jour du Shabbat ? Non. Mais Elie le Prophète dit que c’est Amalek. Mettez-le en prison, après le Shabbat dites une bénédiction et tuez-le.”

Yosef a dit aussi qu’il est impossible aujourd’hui de savoir avec certitude q’un terroriste appartient à la descendance d’ Amalek, et par conséquent il ne doit pas être exécuté de cette façon : “Maintenant, nous ne savons pas s’il est un descendant d’ Amalek jusqu’à ce que vienne le Messie juste. Mettez-le en prison, laissez-le en détention à perpétuité, jusqu’à ce que le Messie juste vienne et nous dise s’il est le descendant d’ Amalek - et alors nous pouvons les tuer.”

Traduit de l’anglais par Y. Jardin, membre du GT de l’AFPS sur les prisonniers