Selon de hauts responsables israéliens, l’Union européenne publierait la semaine prochaine des recommandations concernant l’étiquetage des produits des colonies

Cet article, traduit du quotidien israélien Haaretz, rapporte des propos d’officiels israéliens proches de l’UE. C’est donc leur rhétorique qu’il reflète, en particulier concernant les raisons d’un supposé "report" de la publication des recommandations sur l’étiquetage. Il met aussi en évidence la panique hystérique qui a atteint les autorités israéliennes et les incroyables précautions qu’a dû prendre la Commission européenne pour éviter des fuites.

Haaretz, vendredi 6 novembre 2015

Ni le ministère des Affaires étrangères, ni le bureau du Premier ministre [israéliens, ndlt] n’ont pratiquement le moindre détail sur le contenu des nouvelles lignes directrices, qui, à ce stade, sont étroitement protégées.

D’après des hauts fonctionnaires de Jérusalem, l’Union européenne devrait publier le 11 novembre de nouvelles lignes directrices relatives à l’étiquetage des produits en provenance des colonies de Cisjordanie vendus par des chaînes de distribution européennes.

Ni le ministère des Affaires étrangères, ni le bureau du Premier ministre n’ont pratiquement le moindre détail sur le contenu des nouvelles lignes directrices, qui, à ce stade, sont étroitement protégées, et connues seulement d’un petit groupe de fonctionnaires au siège de l’Union européenne à Bruxelles.

Ces derniers mois, la collecte d’informations sur les lignes directrices a été une priorité absolue pour les ambassades israéliennes dans les 28 pays de l’UE. Mais en dépit des efforts déployés pour apprendre ce que ces directives comporteront, aucune information pertinente n’a pratiquement été obtenue. Ceci est dû, selon les hauts fonctionnaires à Jérusalem, à la façon méticuleuse avec laquelle les travaux sur le document ont été tenus hors de portée de ceux qui n’ont pas besoin d’accéder à son contenu.

Les fonctionnaires ont indiqué que, selon eux, un groupe de moins de dix personnes à la Commission européenne, l’organe exécutif de l’UE à Bruxelles, ont eu accès au document. Les travaux ont été menés dans une pièce fermée à clé, sur un ordinateur sans connexion Internet, selon les rapports obtenus de diplomates européens par le ministère des Affaires étrangères.

A ce stade, personne en Israël et presque personne dans l’Union européenne n’a de détails sur le document, ont indiqué ces hauts responsables israéliens, qui ont demandé à ne pas être identifiés en raison de la sensibilité diplomatique de la question. Ils ont dit qu’ils ont essayé longuement, mais en vain d’obtenir les détails du document, et ils ont ajouté que même les plus hauts responsables des principaux pays européens ne les ont pas.

Ces lignes directrices en matière d’étiquetage devaient être publiées il y a un mois, mais la vague d’attentats terroristes à Jérusalem et ailleurs en Israël a retardé leur publication. Les hauts responsables israéliens ont noté que la chef de la politique étrangère de l’UE, Federica Mogherini, n’avait pas voulu divulguer l’information alors que des Israéliens étaient assassinés dans les rues par des Palestiniens.

D’autre part, les responsables israéliens ont déclaré que plusieurs pays européens, comme la France et la Suède, exercent une forte pression sur Mogherini pour qu’elle publie ces lignes directrices sans nouveau délai. La réunion mensuelle des ministres des Affaires étrangères de l’UE se tiendra le 16 Novembre, et apparemment Mogherini souhaite publier les lignes directrices avant.

Ces derniers mois, elle a rencontré deux fois le Premier ministre Benjamin Netanyahu et a également parlé avec lui au téléphone à plusieurs reprises. Chaque fois, Netanyahu a lui a demandé de reporter la publication des lignes directrices en raison de l’escalade de la situation sécuritaire. En outre, le Premier ministre israélien a demandé au Premier ministre britannique David Cameron et la chancelière allemande Angela Merkel d’intervenir pour stopper leur publication, mais ils lui ont dit que le sort en était jeté et que le processus ne pouvait plus être arrêté.

Un haut responsable israélien a déclaré qu’Israël travaille toujours à convaincre l’Union européenne et ses Etats membres que cette mesure est une erreur, qui comporte un élément clair de discrimination, et qui n’aide pas du tout le processus de paix. "Les lignes directrices européennes pour l’étiquetage des produits provenant des colonies sont une récompense pour la terreur et le refus palestinien", a déclaré ce haut fonctionnaire. "En outre, elle encourage une atmosphère de boycott contre Israël. Nous espérons que les efforts israéliens réussiront et que l’Europe va comprendre l’inutilité de ces lignes directrices. "