Raids aériens israéliens à Gaza après un tir de roquette

Romandie avec AFP, vendredi 27 mai 2016

Israël a mené dans la nuit de mercredi à jeudi des raids contre le mouvement islamiste palestinien Hamas dans la bande de Gaza en riposte à un tir de roquette vers Israël, selon des sources israéliennes et palestiniennes.

Le tir de roquette qui a visé le secteur de Shaar HaNegev dans le sud d’Israël n’a fait ni victime, ni dégât matériel. Il a été revendiqué par un petit groupe salafiste et jihadiste palestinien, Ajnad Beit al-Maqdis.

Nous revendiquons l’attaque à la roquette de la base militaire de Nahal Oz, a indiqué ce groupuscule dans un communiqué, un jour après l’annonce de la prochaine entrée au gouvernement de l’ultranationaliste Avigdor Lieberman comme ministre de la Défense.

M. Lieberman, connu pour sa rhétorique belliqueuse à l’égard des Palestiniens, a récemment affirmé que s’il devenait ministre de la Défense il donnerait au chef du Hamas 48 heures pour libérer les Israéliens détenus et rendre les corps de soldats tués où il mourra.

Depuis le début de l’année, neuf roquettes ont été tirées vers le sud d’Israël à partir de la bande de Gaza, a précisé l’armée israélienne.

Plusieurs de ces attaques ont été revendiquées par des groupuscules islamistes radicaux. Dans leur communiqué, les jihadistes d’Ajnad Beit al-Maqdis accusent le Hamas de mener une campagne contre eux.

L’armée israélienne s’en est tenu pour sa part à son habituelle position, rendant le Hamas responsable des attaques lancées à partir de la bande de Gaza, un territoire contrôlée par ce mouvement.

Des responsables des services de sécurité palestiniens ont précisé que les deux raids israéliens avaient visé des sites de la branche militaire du Hamas à Nousseirat et Rafah, sans faire de victime.

Au début du mois, la bande de Gaza avait connu plusieurs journées de très vive tension ponctuées de tirs de roquettes palestiniennes et d’attaques aériennes israéliennes. Il s’agissait de la plus sérieuse confrontation entre le Hamas et l’armée israélienne depuis 2014 et l’instauration d’un fragile cessez-le-feu après cinquante jours d’une guerre dévastatrice dans la bande de Gaza.

Mercredi, le coordinateur spécial de l’ONU pour le Proche-Orient Nickolay Mladenov a mis en garde le Conseil de sécurité sur la situation très volatile à Gaza, un territoire soumis à un blocus israélien.

Les Palestiniens de Gaza deviennent chaque jour plus désespérés en voyant leurs perspectives de mener une vie normale réduites à néant par l’augmentation des capacités militaires du Hamas, par les mesures de sécurité et de blocus israéliennes, par le manque d’unité des Palestiniens et par l’échec des donateurs internationaux à respecter leurs promesses, a souligné M. Mladenov.

Les événements récents montrent que le spectre de la violence plane dangereusement sur ce territoire, a-t-il poursuivi, en affirmant que sans mesure radicale pour changer le quotidien des Gazaouis, il ne s’agit pas de savoir si mais quand une nouvelle escalade de la violence aura lieu.