Palestiniens : le Hamas accepte la tenue d’élections après le boycott du dernier scrutin

L’Orient le Jour avec AFP, lundi 18 juillet 2016

Le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, s’est dit vendredi favorable à la tenue d’élections municipales et locales à travers les Territoires palestiniens, alors qu’il avait boycotté le précédent scrutin en 2012.

L’Autorité palestinienne avait annoncé la tenue de ces élections le 8 octobre. Basée en Cisjordanie occupée, l’Autorité, que dirige Mahmoud Abbas, et le Hamas sont à couteaux tirés, la première accusant le mouvement islamiste de maintenir un pouvoir concurrent à Gaza et le Hamas l’accusant en retour de délaisser l’enclave côtière.

Le Hamas affirme ainsi dans un communiqué "considérer la tenue d’élections locales en Cisjordanie et dans la bande de Gaza comme nécessaire et importante, de même que le renouvellement des institutions par la volonté du peuple exprimée librement à travers les urnes". "Le Hamas travaillera au succès des élections et facilitera leur tenue dans l’intérêt du peuple et de la cause" palestinienne, poursuit le texte.

Il insiste sur la "transparence" et le "respect des résultats" des scrutins alors que la brouille avec l’Autorité palestinienne remonte à 2006, lorsque le Hamas a été privé de sa victoire aux premières élections législatives démocratiques jamais tenues dans les Territoires palestiniens.

L’année suivante, le Hamas avait pris le pouvoir par la force dans la bande de Gaza au prix d’une quasi-guerre civile avec le Fatah, le parti du président Mahmoud Abbas. Depuis, l’Autorité palestinienne, basée à Ramallah et mise en place pour gouverner les Territoires en attendant un Etat indépendant, n’exerce plus ses prérogatives que sur la Cisjordanie occupée, séparée de la bande de Gaza par le territoire israélien.

La commission électorale a salué l’annonce du Hamas et annoncé que son chef, Hanna Nassar, se rendrait avec une délégation à Gaza dimanche. Les dernières élections locales palestiniennes remontent à 2012 et ne s’étaient tenues qu’en Cisjordanie. Le Hamas avait boycotté le scrutin et interdit sa tenue dans la petite enclave côtière qu’il contrôle depuis 2007. Ces législatives ont été le dernier scrutin national organisé dans l’ensemble des Territoires palestiniens où le Parlement ne siège plus depuis 2007 et où le mandat du président Mahmoud Abbas, expiré en 2009, court toujours faute d’élections.

En 2004 et 2005 s’étaient tenues les premières élections pour les municipalités et conseils locaux. Les mandats étaient arrivés à échéance en 2010 mais les divisions entre Hamas et Autorité palestinienne avaient retardé la tenue d’une nouvelle élection de deux ans.