Nous ne céderons pas - manifestation

AFPS Pays de Cornouailles - Quimper, samedi 30 janvier 2016

REFUSONS LES LOGIQUES SÉCURITAIRES

Le Gouvernement s’apprête à faire voter par le Parlement un nouveau train de mesures sécuritaires pour soi-disant lui permettre de lutter contre le terrorisme : prolongation de l’état d’urgence, et ce pour une durée indéfinie si on en croit les déclarations de Manuel Valls ; inscription de l’état d’urgence et de la déchéance de nationalité dans la Constitution ; nouvelle réforme du droit pénal. Les attentats du 13 Novembre ont provoqué une émotion légitime au sein de l’opinion publique mais la multiplication des législations d’exception engagée par le Gouvernement ne permettra en rien de prévenir la répétition de tels actes ni d’assurer la protection de la population. Les projets gouvernementaux sont lourds de menaces pour les libertés publiques et la démocratie, au point d’inquiéter certains des plus hauts représentants de la magistrature du pays et d’entraîner la démission de la ministre de la Justice. Ils ouvrent la porte à tous les abus, à toutes les dérives comme l’a montré l’utilisation de l’état d’urgence pour assigner à domicile des militants écologistes lors de la COP 21. Au delà de son inefficacité à dissuader les apprentis terroristes, l’inscription de la déchéance de nationalité dans la Constitution introduit un risque majeur de rupture dans la société entre ceux qui seraient de "bons français" comme l’avait établi le régime de Vichy et d’autres qui ne le seraient pas en raison de leur origine ; le tour de passe-passe annoncé par le gouvernement n’y change rien.

C’est la raison pour laquelle, dans le cadre de la journée nationale d’action du samedi 30 Janvier, les organisations ATTAC, AFPS, Mouvement de la Paix, CRABES, CNT, Solidaires, EELV, Ensemble !, NPA, PCF

appellent à manifester à 14 h 30, place de la Tourbie à Quimper

pour la levée immédiate de l’état d’urgence et de l’état d’exception permanent ;

pour l’abandon de la constitutionnalisation de l’état d’urgence et de la déchéance de nationalité ;

contre la réforme pénale qui intègrerait l’état d’urgence en renforçant de façon pérenne les pouvoirs et les moyens du parquet, de la police et des préfets, avec mise à l’écart de la justice ;

pour l’arrêt de la répression des mouvements sociaux et la fin de la stigmatisation des migrants, des musulmans ou supposés l’être et des habitants des quartiers populaires ;

pour le respect de la liberté de manifester, de se réunir et de s’exprimer

<https://www.avast.com/sig-email?utm...> Cet e-mail a été envoyé depuis un ordinateur protégé par Avast. www.avast.com <https://www.avast.com/sig-email?utm...>