Les femmes de la Flottille de la Liberté arrivent en Corse

Christiane Hessel
L’un des Bateaux des Femmes pour Gaza vogue vers la Corse après une première escale à Barcelone où l’accueil de la population, des médias et de la municipalité a été superbe.

Claude Léostic, vendredi 16 septembre 2016

A Ajaccio, Corsica Palestine les attend, et leur réserve un accueil chaleureux. Ces femmes, d’une quinzaine de pays du monde entier, des Amériques à l’Asie, sont porteuses d’un message fort et clair : le blocus de Gaza est illégal et inhumain, il vise à mettre à genoux les deux millions de Palestiniens et Palestiniennes qui y vivent dans une situation humanitaire désastreuse. Après 10 ans de blocus, de multiples attaques militaires meurtrières menés par l’armée d’occupation israélienne, Gaza est pourtant toujours debout !

C’est grâce notamment aux femmes de Gaza, courageuses, résolues dans la résistance quotidienne, le « sumud » , organisatrices de la vie malgré tout. C’est à elles plus particulièrement que les femmes du Bateau des Femmes pour Gaza rendent hommage. C’est elles qu’elles veulent rencontrer à Gaza pour leur dire la solidarité internationaliste de millions de femmes dans le monde, la solidarité des peuples avec le peuple de Palestine.

Les occupants israéliens de la Palestine, pirates de haute mer, ont dans le passé attaqué nos bateaux, ils les ont volés, ont kidnappé nos militantEs. Il faut cette fois qu’ils laissent passer librement les bateaux des Femmes pour Gaza. Le message de cette flottille est universel, pour la justice, pour que le droit prime sur la force.

A Ajaccio, nous les accueillerons en compagnie de Christiane Hessel, avec le même message : il faut mettre fin immédiatement au blocus de Gaza, il faut que le peuple de Palestine vive enfin librement dans une Palestine unie et indépendante.

Vive les femmes de Palestine !

Vive les femmes de la Flottille !

Claude Léostic Porte-parole de la Flottille de la Liberté en France Présidente de la Plateforme Palestine et membre du Conseil national de l’AFPS