La nomination d’Avigdor Lieberman inquiète les généraux israéliens

Avec la nomination, le 25 mai 2016, du dirigeant d’extrême droite Avigdor Lieberman au poste de ministre de la défense, Benyamin Nétanyahou renforce le cabinet le plus à droite de l’histoire d’Israël. Il adresse ce faisant un avertissement à l’état-major de l’armée, dont certains généraux — soutenus par le ministre sortant Moshe Yaalon — sont de plus en plus ouvertement critiques sur sa politique et inquiets de la banalisation de la violence dans la société israélienne.

Sylvain Cypel, Orient XXI, mardi 31 mai 2016

Avigdor Lieberman. Edward Kaprov, 1er septembre 2010.

Pour élargir une majorité parlementaire réduite, Benyamin Nétanyahou désigne Avigdor Lieberman comme nouveau ministre de la défense, et une partie de l’establishment politique et plus encore de l’état-major israélien s’émeuvent. En cause, l’incompétence supposée du personnage pour occuper la fonction perçue en Israël comme la plus importante avec celle de premier ministre. En cause aussi, l’image d’Israël que Lieberman projette sur le plan international, où il est perçu comme un faucon déraisonnable, si ce n’est irresponsable. Ministre des affaires étrangères de Nétanyahou entre 2009 et 2012, pendant le premier mandat de Barack Obama, Lieberman est à ce jour le seul détenteur israélien d’un tel poste à n’avoir jamais franchi la porte du département d’État à Washington, où il était implicitement persona non grata. L’armée s’émeut particulièrement, car elle perçoit cette nomination comme une tentative, de la part du premier ministre, de lui imposer la vision de l’extrême droite, dont l’influence au gouvernement atteint des sommets.

Une parallèle avec les années 1930 en Europe

La nomination de Lieberman n’a été possible qu’à cause de la démission quasi forcée du précédent détenteur du poste, Moshe Yaalon. Pour expliquer son départ, cet ancien chef d’état-major a invoqué le fait que « des éléments extrémistes et dangereux se sont emparés d’Israël et du Likoud », le parti de Nétanyahou dont il était membre. Ce remplacement est dépeint par une frange importante de la classe politique et des médias comme une étape supplémentaire et inquiétante dans l’évolution de la société. Israël est désormais « infecté par les graines du fascisme », a déclaré Ehoud Barak, l’ex-premier ministre travailliste (et ex-chef d’état-major lui aussi) qui a également été ministre de la défense dans des gouvernements d’union nationale (2007-2011).

Cette idée d’une société progressivement pourrie à l’intérieur par la violence quotidienne qu’elle exerce sur le peuple dominé, les Palestiniens, avait été émise auparavant par le numéro deux de l’armée, Yaïr Golan. « S’il y a une chose qui fait peur dans le souvenir de la Shoah, c’est de relever les processus nauséabonds qui ont eu lieu en Europe, principalement en Allemagne il y a 70, 80 ou 90 ans, et d’en voir des signes parmi nous en 2016 », avait déclaré ce général la veille du jour de la commémoration de la Shoah.

L’idée du délitement du sens moral avait puissamment resurgi en Israël après le meurtre commis à Hébron, le 24 mars, par le sergent franco-israélien Elior Azaria. Celui-ci avait froidement tué à bout portant Abdel Fattah Al-Sharif, un Palestinien de 21 ans qui avait tenté d’attaquer au couteau des soldats israéliens, et gisait à terre dans son sang. Son crime commis, Azaria avait déclaré à son entourage : « Il ne méritait pas de vivre », avant d’être mis aux arrêts pour jugement. En réalité, la plupart des jeunes Palestiniens tentant d’agresser un militaire ou un colon à l’aide d’un instrument acéré — couteau de cuisine, ciseaux, tournevis... — sont abattus avant d’y parvenir. Mais là, la scène a été filmée. On voit à l’évidence que le soldat ne courait aucun risque et qu’il a tué de sang-froid un homme blessé et désarmé. Le chef d’état-major des armées Gadi Eizenkot dénonçait un acte contrevenant aux « valeurs de l’armée ». C’était sans compter avec l’extrême droite. Première partenaire de Nétanyahou au gouvernement, elle réagissait aussitôt. Blâmer un soldat qui ne faisait que protéger les honnêtes citoyens des effroyables terroristes, quelle infamie ! Une campagne s’est engagée pour défendre l’honneur et la liberté du soldat Azaria. Très vite, Nétanyahou a téléphoné à ses parents pour leur manifester son « soutien » en ces moments difficiles. Lieberman a fait mieux : il s’est présenté devant le tribunal pour y montrer publiquement son soutien au soldat. Bref, le futur ministre de la défense a déjugé son chef d’état-major.

Ultranationalisme laïc

Avigdor Lieberman personnifie un ultranationalisme laïc qui a toujours existé dans le champ politique israélien. Celui-ci reste, certes, moins puissant que l’ultranationalisme religieux, représenté par plusieurs formations comme le Foyer juif ou le Shas (religieux séfarade) et présent également au sein du Likoud. Mais Lieberman a pris depuis près de vingt ans la tête d’une mouvance ultranationaliste non religieuse qu’un autre ancien chef d’état-major, Rafael Eitan, dit « Rafoul », avait été le premier à incarner au Parlement israélien dans les années 1980 à la tête d’un parti intitulé Tsomet (Carrefour) — au chauvinisme sans limites — qui glana aussi de nombreux soutiens en dénonçant l’« oppression religieuse » dans son pays. Rafoul fut l’un des premiers à assumer publiquement l’alliance entre Israël et l’Afrique du Sud du temps de l’apartheid. Il lui est attribué cette citation : « Savez-vous pourquoi je ne crois pas à la paix ? Parce que si les Arabes m’avaient fait le dixième de ce que nous leur avons fait, jamais je n’accepterais la paix ». Rafoul incarnait un ultranationalisme non seulement brutal [1], mais aussi « décomplexé ».

Lieberman en est le digne successeur. Lui aussi est un laïc, sans doute incroyant. Et lui aussi est un ultranationaliste décomplexé. Dans ses meetings électoraux, le racisme s’exprime sans fard ; le slogan « À bas les Arabes » est entendu de toutes parts. Depuis sa nomination à la défense, le rappel de ses saillies verbales a fait florès. Il a proposé en 2001 de bombarder le barrage d’Assouan pour faire comprendre aux Égyptiens de quel bois Israël se chauffait. Ou encore de réinvestir Gaza, une mesure dont l’armée ne veut absolument pas, convaincue que cette bande de territoire est bien mieux contrôlée et à moindre coût enfermée derrière des barbelés que lorsqu’elle était directement occupée, avant 2006. Il assimile le terrorisme palestinien au « djihadisme global ». Plus généralement, il entend traiter les Palestiniens « comme les Américains l’ont fait des Japonais » durant la seconde guerre mondiale. Lieberman a aussi demandé en son temps de « décapiter à la hache » les Palestiniens citoyens d’Israël jugés « déloyaux ».

Il réclame également, pour entrer au gouvernement, une modification de la loi afin d’autoriser les tribunaux militaires à condamner à mort les terroristes palestiniens [2]. Ainsi les terroristes juifs, jugés par des juridictions civiles, ne seront pas concernés. La ségrégation serait alors de facto légalisée jusque devant la mort. D’ailleurs, il est l’inventeur d’un « plan de cantonisation » des Palestiniens sur le modèle des ex-bantoustans du bon temps de l’apartheid en Afrique du Sud, et il a traité l’ONG Breaking the Silence, qui regroupe des militaires israéliens de réserve récoltant des témoignages de soldats sur la réalité de l’occupation des Palestiniens, de « mercenaires ayant vendu leur âme à Satan ». Surtout, le message que Lieberman fait passer est que Nétanyahou est un homme faible, « un premier ministre incapable de prendre les décisions » [3] nécessaires. Lui, une fois au pouvoir, n’hésiterait pas.

Le malaise des généraux

La nomination de Lieberman s’inscrit dans une dérive générale de la société qui s’emmure dans une attitude de rejet radical de toute cohabitation sur un pied d’égalité avec les Palestiniens, et où la « main de fer » sert d’unique viatique. À lire leurs déclarations, les associations de défense des droits humains et civiques vivent aujourd’hui dans le sentiment d’une société israélienne qui s’enfonce de manière accélérée dans la « brutalisation » analysée par l’historien George Mosse à propos de la première guerre mondiale et de ses conséquences [4].

Le 22 mai, un salarié palestinien citoyen israélien de 25 ans, Maysam Abou Alqian, sort les poubelles du supermarché où il travaille. Un homme, en short et sandales, s’approche de lui et lui demande ses papiers. Maysam Abou Alqian répond qu’ils sont à l’intérieur, puis s’enquiert de savoir qui est l’homme. Celui-ci dit être policier. Très vite, rejoint par un autre, puis par un troisième, ils se mettent à frapper le Palestinien. Il s’avèrera qu’ils sont membres de la police des frontières. Sans uniforme, ils n’étaient évidemment pas en fonction. Le Palestinien sera déféré au tribunal, accusé par la police d’agression. Le juge l’inculpera, mais refusera son incarcération. Car là encore, la scène a été filmée, cette fois par les caméras de surveillance du supermarché. La sauvagerie des policiers est épouvantable. Pourtant, on n’est pas là à Hébron — où l’abomination est devenue banalité depuis des dizaines d’années ; on est en plein Tel-Aviv, au grand jour. « Qu’Alqian ait été lynché par des policiers n’est pas une coïncidence. C’est la face même du gouvernement israélien. (…) À cet instant, aucun dirigeant gouvernemental, sans même parler du premier ministre, n’a cru bon de condamner » leur comportement, écrira le lendemain le quotidien Haaretz dans son éditorial [5]. L’affaire, conclura-t-il, « est un symptôme du désastre vers lequel ce gouvernement nous entraîne ».

C’est cette crainte de voir une société sombrer dans la « brutalisation » en toute bonne conscience qui effraie le quotidien. Mais ce qui effraie les généraux, c’est la perte possible de la maîtrise dans l’usage de la violence, au profit de groupes d’extrême droite dont ils savent, par expérience en Cisjordanie, combien ils sont déterminés et difficilement contrôlables, et qui vivraient désormais sous la protection tacite du ministre en charge de la « sécurité » [6]. Azaria était politiquement lié à la mouvance d’extrême droite. Avant même son crime, Eizenkot, s’adressant à des lycéens peu après que des policiers eussent tiré sur une jeune Palestinienne soupçonnée de tenir des ciseaux en main, avait tenté de leur expliquer que toute situation ne se résume pas à l’alternative « tuer ou être tué ». « Lorsqu’une fillette de 13 ans tient en main des ciseaux ou un couteau et se trouve à bonne distance des soldats, je ne veux pas voir un soldat vider son chargeur sur elle » [7], a-t-il déclaré le 17 février.

Ce qui advient dans l’affrontement entre Nétanyahou et l’extrême droite d’un côté, l’état-major de l’autre manifeste le malaise de ces généraux face à la dérive de la société quant à l’usage de la force. L’armée se trouve face à une population qui accepte beaucoup plus communément l’argumentaire de l’extrême droite coloniale. Cet argumentaire veut que l’échelon politique « bride » la capacité d’action de l’armée, que celle-ci doit accentuer fortement la répression des Palestiniens, jusqu’à leur « capitulation ». Une idée de plus en plus plébiscitée par une société en total désarroi, qui s’en remet majoritairement à l’espoir d’écraser définitivement toute tentative palestinienne d’affirmation de soi. Jusqu’ici, chaque fois qu’elle commettait un crime de guerre contre des populations civiles — et depuis le déclenchement de la seconde intifada, en 2001, ils ont été nombreux — l’armée israélienne, souvent avec un aplomb dérisoire, rappelait qu’elle était « la plus morale au monde ». Parce que l’essentiel était de préserver en faveur d’Israël non seulement le statut de victime, mais aussi l’image de l’incarnation des valeurs, de la démocratie, face à « la jungle », la « barbarie » du « terrorisme » palestinien. Or, voilà qu’aujourd’hui la société israélienne, suivant les sirènes de l’extrême droite, en vient en grande partie à exiger de l’armée qu’elle oublie ses principes — même formels. Comme le veut le proverbe populaire israélien, « un bon Arabe est un Arabe mort », le reste n’est que verbiage.

Instaurer la ségrégation

Lieberman représente cette propension dans l’opinion. Mieux que quiconque, il personnifie non pas la mystique territoriale, mais la volonté de « vivre sans Arabes », de se « séparer » d’eux en position de force. Cette propension est encore plus prégnante dans la population que le messianisme. Lieberman est d’ailleurs disposé à « restituer » des territoires aux Palestiniens, et même, pourquoi pas, à leur « offrir » des territoires aujourd’hui israéliens, comme une partie de la Galilée et de ce que l’on nomme le Triangle [8], à la condition qu’Israël puisse concentrer dans ces territoires la totalité des Palestiniens vivant sous son contrôle afin de créer au sein d’un « Grand Israël » deux zones de résidence homogènes, l’une, principale et israélienne, à population exclusivement juive, l’autre, réduite et palestinienne, à population arabe, reléguée dans des « cantons » séparés et ethniquement purs bénéficiant d’une « autonomie » à l’échelon local, le pouvoir politique restant évidemment aux mains d’Israël.

Peu importe qu’il soit irréaliste, un plan de cet ordre équivaudrait à l’instauration formelle de la ségrégation entre Juifs et Arabes. Beaucoup, en Israël, ont conscience que placer le promoteur d’un tel projet à une aussi haute position ne fera qu’aggraver un peu plus l’isolement international du pays. Car Lieberman a rompu avec la tradition qui a accompagné Israël depuis avant même sa fondation : celle du déni des actes commis. Un déni incarné par la célèbre phrase de David Ben Gourion, le créateur de l’État : « Nous n’avons pas expulsé un seul Arabe ». Lieberman, lui, clame haut et fort que le « déplacement » de populations palestiniennes est la solution. Les postures morales lui importent peu, et ses partisans, pour qui l’expulsion ne suscite aucune réticence morale, trouvent qu’il a tout à fait raison. Mieux : le souhait est ouvertement formulé.

Moshe Yaalon, que Lieberman vient remplacer, a également abandonné son siège au Parlement. Comme un symbole de l’évolution de toute la société, son remplaçant au parlement se nomme Yehuda Glick. C’est un activiste radical du mouvement pour la mainmise israélienne sur le mont du Temple --- l’esplanade des Mosquées — où est située la mosquée Al-Aqsa, troisième lieu saint de l’islam, sur les ruines de laquelle ces messianistes entendent « reconstruire » le troisième Temple de Jérusalem.

[1Il était chef d’état-major lors du massacre commis à Beyrouth du 16 au 18 septembre 1982 dans les camps palestiniens de Sabra et Chatila par les Phalanges chrétiennes, alliées de l’armée israélienne depuis le début de son invasion du Liban, avec laquelle elles coordonnaient leurs actions.

[2En Israël, la peine de mort n’existe pas, sauf pour crime de génocide.

[3Cité par Anshel Pfeffer dans « Netanyahu Is Using Lieberman to Break Israel’s Oldest Elite : The Military », Haaretz, 18 mai 2016.

[4De la grande guerre aux totalitarismes. La brutalisation des sociétés, Hachette Littératures, 1999.

[6Le nom en hébreu du ministère de la défense est « ministère de la sécurité ».

[8NDLR Orient XXI. Concentration de villes et villages arabes israéliens proches de la Ligne verte, dans la plaine orientale de la région de Sharon. Le nom vient du triangle qu’ils forment, visible depuis les airs.