L’armée israélienne ferme une radio palestinienne à Hébron

L’Orient le Jour avec AFP, mercredi 4 novembre 2015

L’armée israélienne a fermé dans la nuit de lundi à mardi la radio palestinienne al-Hourriya à Hébron et confisqué le matériel de cette station très écoutée, accusée par Israël d’encourager les violences dans ce secteur agité de Cisjordanie occupée, ont indiqué l’armée et la radio.

Un responsable de la radio a accusé les soldats israéliens d’avoir tout détruit lors de leur opération.

Un photographe de l’AFP qui s’est rendu sur place en matinée a fait état de dégâts considérables : équipement arraché des murs, meubles renversés, panneaux pendant des cloisons.

Vers 02H00, des dizaines de soldats se sont approchés du bâtiment, a expliqué Ayman al-Qawasmi, directeur administratif d’al-Hourriya, dans une vidéo diffusée par la station.

"Nous avons d’abord cru à des arrestations dans le quartier mais nous avons été surpris de voir que leur objectif, c’étaient nos locaux", a-t-il dit. "Ils ont tout détruit à l’intérieur, ils ont confisqué le matériel de diffusion, les micros, les tables de mixage et même de l’argent qui se trouvait dans nos locaux".

Al-Hourriya a été informée qu’elle était "fermée jusqu’au 16 avril", a indiqué le syndicat des journalistes palestiniens, qui a dénoncé "un crime qui reflète la mentalité barbare et terroriste des forces d’occupation à l’encontre des médias palestiniens".

L’armée israélienne a accusé Al-Hourriya de jouer un rôle moteur dans les violences qui secouent actuellement Hébron et ses environs.

Al-Hourriya "encourage les attaques au couteau, les émeutes violentes et diffuse des informations fausses et malveillantes en prétendant que les forces de sécurité (israéliennes) exécutent et kidnappent des Palestiniens en vue de provoquer des violences", a dit l’armée dans un communiqué.

La radio "glorifie les attentats contre les Israéliens et félicite les familles de ceux qui sont morts en commettant ces attaques", selon l’armée, qui a indiqué que 29 attaques (dont 22 à l’arme blanche) ont été commises en octobre à Hébron par des Palestiniens contre des Israéliens.

Grâce à un important réseau de collaborateurs, Al-Hourriya peut annoncer les attaques ou les noms des Palestiniens tués et couvrir les manifestations en direct.

Comme d’autres médias palestiniens, elle s’est largement fait fait l’écho de versions contredisant celle des forces israéliennes sur la mort de Palestiniens.

Hébron est actuellement secouée par des heurts quotidiens et des attaques contre des soldats ou des colons israéliens. Une vingtaine de jeunes Palestiniens ont été abattus par les forces israéliennes —et dans un cas par un colon— ces deux dernières semaines dans le secteur.

Le personnel d’Al-Hourriya a observé un sit-in mardi matin devant le gouvernorat de Hébron pour protester contre l’opération israélienne, menée dans une zone officiellement sous contrôle total des forces palestiniennes.

Selon l’armée israélienne, la radio a été créée en 2002 à Gaza par le Fatah, le parti du président Mahmoud Abbas, mais son siège a été transféré à Hébron après la prise de pouvoir des islamistes du Hamas à Gaza en 2007. Al-Hourriya avait déjà été fermée en 2002 puis en 2008.