Israël-Palestine et la France en BD

Dominique Vidal, jeudi 11 mai 2017

Lorsqu’on me demande pourquoi je me suis passionné pour le conflit israélo-arabe, je cite toujours « ma » matinée du 5 juin 1967 : alors que je viens, sur Europe 1, d’entendre Julien Besançon raconter la destruction de l’aviation égyptienne par les raids israéliens, je descends dans la rue pour aller à la fac et découvre France-Soir proclamant « Les Égyptiens attaquent Israël ». C’est dire combien j’ai été ému de retrouver cette « une » du grand journal populaire dans "Un chant d’amour. Israël-Palestine, une histoire française" [1].

C’est une idée formidable qu’a eue mon collègue et ami Alain Gresh, avec la dessinatrice Hélène Aldeguer : raconter, sous forme de bande dessinée, les cinquante dernières années du bras de fer israélo-palestinien, le rôle qu’y ont joué les présidents successifs de la France et les débats qu’il a suscités dans notre société.

Une vraie réussite : le texte synthétise, sans jamais la schématiser, une histoire éminemment complexe, de la guerre des Six-Jours au « chant d’amour » pour Benyamin Netanyahou entonné par François Hollande, en passant par Sabra et Chatila et les deux Intifadas. Les dessins illustrent le récit avec un grand talent, certaines pleines pages frappant en particulier par leur force graphique.

Le livre refermé, une évidence s’impose : la continuité d’une politique proche-orientale française équilibrée, rompue à partir de Chirac II, mais surtout de Sarkozy et Hollande, pro-israéliens dans l’âme – ou l’intérêt ?

Dominique Vidal