Foot dans les colonies : Sexwale rencontre Israéliens et Palestiniens

L’Orient le Jour avec AFP, mercredi 23 novembre 2016

L’émissaire de la Fifa, Tokyo Sexwale, a évoqué lundi et mardi avec les dirigeants des deux bords la question des clubs israéliens évoluant dans des colonies des Territoires palestiniens occupés, à l’approche d’un congrès de la Fifa où le sujet doit être soulevé.

Le patron de la Fifa Gianni Infantino avait récemment assuré à l’AFP que la résolution de cette question était "une de (ses) priorités" et le Sud-Africain Sexwale, président de la commission de surveillance des problèmes qui affectent le développement du football en Palestine au sein de la Fifa, est revenu sur ce sujet mardi à Ramallah, en Cisjordanie occupée.

A l’issue d’une rencontre avec le président de la Fédération palestinienne Jibril Rajoub, il a assuré à la presse que son rapport au Congrès serait "clair et ferme à ce sujet". "La question des clubs évoluant dans des colonies est le principal problème, c’est pour cela qu’il faut que les gens agissent", a-t-il dit. Les Palestiniens, eux, "espèrent une résolution claire en janvier pour aider la famille du sport palestinien à se développer et à jouer au foot comme n’importe quelle autre nation", a dit M. Rajoub.

La veille, lors d’une rencontre avec la ministre israélienne des Sports Miri Regev, M. Sexwale avait argué que "le football peut servir à construire des ponts". "La Fifa est d’accord, (le football) ne doit pas être prisonnier de la politique", avait-il dit. Mme Regev avait estimé auparavant que "il ne fallait pas mélanger sport et politique". "Il n’est pas juste que les Palestiniens et Jibril Rajoub utilisent la FIFA à des fins politiques", avait encore accusé cette figure de proue de la droite israélienne.

Six clubs des 3e, 4e et 5e divisions israéliennes (semi-professionnelles), jouent leurs matchs dans des colonies de Cisjordanie, territoire occupé par l’armée israélienne depuis 1967. Ces implantations sont illégales au regard du droit international.

Les responsables palestiniens ont appelé la Fifa à ne plus reconnaître ces clubs ou à les forcer à évoluer uniquement dans les limites du territoire israélien reconnu internationalement. Ils ont prévenu qu’ils envisageaient de saisir le Tribunal arbitral du sport (TAS).