Espoir à Gaza sur un éventuel allègement du blocus israélien

L’Orient le Jour avec AFP, vendredi 15 juillet 2016

Les Palestiniens à Gaza espéraient jeudi que l’ouverture du passage d’Erez avec Israël pour les voitures destinées à la vente était un signe vers un allégement du blocus.

Le point de passage d’Erez entre Israël et la bande de Gaza dirigée par le mouvement islamiste Hamas, a été ouvert mercredi afin de permettre pour la première fois depuis neuf ans, le passage de véhicules destinés à la vente.

Depuis 2007, Erez était réservé au passage des personnes. Les marchandises transitaient par le point de passage de Kerem Shalom dans le sud de la bande de Gaza.

Situé au nord de l’enclave palestinienne, Erez est plus proche des grandes villes israéliennes que Kerem Shalom. Sa réouverture pourrait faciliter le transport de marchandises en provenance des villes portuaires israéliennes comme Ashdod.

L’ouverture d’Erez a été accueillie avec joie par les concessionnaires de voitures à Gaza qui espèrent que ce mouvement se poursuivra.

Ismail al-Nakhala, à la tête de l’association des importateurs d’automobiles de la bande de Gaza, a dit espérer que cette ouverture signalait "le début de l’importation de plus de voitures et d’autres biens".

Selon Maher Abou al-Ouf, haut fonctionnaire du ministère des Affaires civiles à Gaza, 54 camions et bus sont entrés jeudi dans Gaza.

"Nous attendons dans la prochaine phase que d’autres produits soient autorisés comme des fruits et des congélateurs", a-t-il affirmé.

Le COGAT, organisme coordonnant les activités israéliennes dans les territoires palestiniens occupés, n’a pas souhaité faire de commentaire.

Israël impose depuis près d’une décennie un blocus terrestre, maritime et aérien à la bande de Gaza.

Selon la Banque mondiale et l’Onu, le blocus a virtuellement tué toute exportation de Gaza, mené l’économie de la petite enclave coincée entre l’Egypte, Israël et la Méditerranée au bord du gouffre. Il prive également de mouvement la grande majorité des 1,9 million de Palestiniens de Gaza.