En Israël, des soupçons de ségrégation à l’hôpital provoquent un scandale

Piotr Smolar, Le Monde, jeudi 7 avril 2016

Certaines maternités israéliennes sont accusées d’organiser une ségrégation de fait entre mères arabes et mères juives, a révélé mardi 5 avril Radio Israël. Selon elle, plusieurs établissements de Jérusalem, comme Shaarei Zedek, Hadassah Ein Kerem et Hadassah Mont Scopus, ou encore Ichilov à Tel Aviv, seraient impliqués. La radio explique qu’ils ont tous nié de telles pratiques, tout en reconnaissant pour certains qu’ils satisfaisaient parfois les demandes des femmes enceintes réclamant des chambres distinctes.

Contactée par Le Monde, la direction de l’hôpital Hadassah rejette ces accusations de ségrégation, et souligne que le lieu est au contraire « exemplaire en ce qui concerne la vie en commun entre juifs et arabes, que ce soit dans le traitement des patients ou dans le travail médical. »

Cette enquête a confirmé ce qu’intuitivement sentent tous les Israéliens, à savoir les difficultés croissantes de coexistence au sein de la société, qui compte 20 % de citoyens arabes. Elle a d’ailleurs moins suscité de commentaires que les propos tenus, en réaction, par un député extrémiste, Betzalel Smotrich. Elu du Foyer juif à la Knesset (Parlement), c’est un habitué des prises de position incendiaires.

La « pureté » de la naissance

Cette fois, le député a défendu l’idée d’une ségrégation, sur son compte Twitter. « Ma femme n’est vraiment pas raciste, mais après avoir accouché, elle veut se reposer et ne veut pas de fêtes de masse qui sont la norme dans les familles de femmes arabes après la naissance. » Avant d’ajouter, dans un autre message : « Il est naturel que ma femme ne souhaite pas être couchée à côté de quelqu’un dont le bébé pourrait vouloir tuer notre fils dans vingt ans. » L’épouse de Betzalel Smotrich, sollicitée par la télévision, a surenchéri. La « pureté » de la naissance est si sacrée à ses yeux qu’elle réclame les mains d’un médecin juif.

La popularité dont jouit le député Smotrich parmi les colons et l’extrême droite israélienne l’encourage dans ses provocations et sa radicalité idéologique. « Non, Smotrich n’est pas un nazi », écrit mercredi le journaliste Ben Caspit, dans le quotidien Maariv, « mais c’est un juif arrivé aussi près que possible de ce titre discutable. »

Il y a dix ans, Smotrich estimait que les participants à la Gay Pride étaient l’œuvre d’un « groupe de déviants » dont les actes étaient « pires que ceux des animaux ». Il a aussi refusé de qualifier de terrorisme l’incendie volontaire d’une maison, dans le village palestinien de Douma, en juillet 2015, dans lequel un bébé de 18 mois et ses parents étaient décédés. Le député a aussi proposé ses services comme bourreau, dans l’hypothèse où la Knesset rétablirait la peine de mort pour les terroristes.

Le patron du Foyer juif, le ministre de l’éducation, Naftali Bennett, s’est démarqué des propos racistes de son député sur les maternités, mais sans envisager la moindre sanction contre lui, pour éviter une guerre ouverte au sein de sa formation. « Les juifs et les arabes sont tous des êtres humains, a-t-il dit. Nous avons tous été créés à l’image [de Dieu]. Nous avons tous une âme unique, une famille, une volonté de vivre dans la dignité. Le camp national, ce n’est pas la haine des arabes. » Mais pour la base la plus extrémiste du Foyer juif, Naftali Bennett, qui prône l’annexion de la zone C en Cisjordanie (soit 60 % du territoire), est trop porté sur les compromis.