Bil’in appelle à la libération des villageois emprisonnés

Environ 150 militants palestiniens, internationaux et israéliens se sont réunis à Bil’in aujourd’hui (11 décembre), marquant ainsi le 22e anniversaire du début de la première Intifada et appelant à la libération des prisonniers du village arrêtés pour leur implication aux manifestations non-violentes contre le mur et les colonies construites sur les terres volées du village.

Comité Populaire de Bil’in , lundi 14 décembre 2009

Les manifestants se sont rassemblés dans le village après la prière du vendredi et ont marché vers le mur en construction sur les terres du village. Organisé par le Comité Populaire Contre le Mur et les colonies, les activistes ont brandi des drapeaux palestiniens et des banderoles condamnant la politique israélienne d’expansion des colonies et la campagne d’arrestation récente menée par l’armée israélienne contre les habitants de Bil’in.

Les manifestants ont scandé des slogans appelant à l’unité nationale et le rejet des différences politiques, soulignant la nécessité de maintenir les principes nationaux palestiniens. Ils ont exprimé leur détermination à résister à l’occupation et à poursuivre la lutte pour la libération de tous les prisonniers politiques. Les manifestants ont exigé la libération de tous les détenus de Bil’in, dont Abdallah Abu Rahma, coordinateur du Comité Populaire de Bil’in, qui a été arrêté par des militaires israéliens à 2h du matin le jeudi 10 Décembre. Adeeb Abu Rahma, un des autres coordinateurs, est quant à lui emprisonné dans les prisons israéliennes depuis plus de cinq mois.

Lorsque le cortège est arrivé devant le chantier du mur, ils ont été confrontés aux soldats israéliens postés de l’autre côté de la barrière. L’armée a immédiatement tiré des bombes lacrymogènes et, après que des militants aient tenté d’ouvrir la porte soutenu par du fil barbelé qui sépare les villages de leurs terres, les soldats israéliens ont lancé des grenades asphyxiantes, et tiré des cartouches de gaz lacrymogène ainsi des balles en acier recouvert de caoutchouc. Des dizaines de militants ont éré intoxiqués.

Au delà de la manifestation, le Comité populaire de Bil’in a exprimé leur soutien à l’initiative récente de la Suède et des ministres des affaires étrangères de l’Union européenne appelant à la reconnaissance de l’Etat palestinien dans les frontières de 1967, y compris Jérusalem-Est occupée comme capitale, et leur rejet de toutes autres propositions ne reconnaissant pas les frontières de 1967.

La veille, dans le cadre des opérations israéliennes d’arrestations des principaux repsonsables du comité popilaire (débutées en juin dernier), Abdallah Abu Rahma, enseignant et coordinateur du Comité Populaire de Bil’in a été arrêté par des soldats israéliens. Le jeudi 10 Décembre 2009 vers deux heures du matin, neuf jeeps de l’armée israélienne ont fait irruption devant sa maison. Les soldats s’y sont introduits et ont tiré Abballah de son lit, en présence de sa femme et de ses trois enfants. Une opération précédente voulant à arrêter Abdallah, avait eu lieu le 15 Septembre dernier, faite avec une violence telle, qu’un des soldat impliqué avait été inculpé de voies de fait. La semaine dernière des unités secrètes de l’armée avaient envahi Bil’in à deux reprises, toujours pour rechercher Abdallah.

Son arrestation fait partie de la campagne permanente menée par l’armée israélienne contre les habitants de Bil’in et des dirigeants du Comité Populaire, pour tenter de les dissuader de poursuivre leur lutte non violente. Depuis le 23 Juin 2009, 31 habitants de Bil’in ont été arrêtés.