Bil’in appelle à la libération des villageois emprisonnés

Comité Populaire de Bil’in, lundi 14 décembre 2009

Environ 150 mili­tants pales­ti­niens, inter­na­tionaux et israé­liens se sont réunis à Bil’in aujourd’hui (11 décembre), mar­quant ainsi le 22e anni­ver­saire du début de la pre­mière Intifada et appelant à la libé­ration des pri­son­niers du village arrêtés pour leur impli­cation aux mani­fes­ta­tions non-​​violentes contre le mur et les colonies construites sur les terres volées du village.

Les mani­fes­tants se sont ras­semblés dans le village après la prière du ven­dredi et ont marché vers le mur en construction sur les terres du village. Organisé par le Comité Popu­laire Contre le Mur et les colonies, les acti­vistes ont brandi des dra­peaux pales­ti­niens et des ban­de­roles condamnant la poli­tique israé­lienne d’expansion des colonies et la cam­pagne d’arrestation récente menée par l’armée israé­lienne contre les habi­tants de Bil’in.

Les mani­fes­tants ont scandé des slogans appelant à l’unité nationale et le rejet des dif­fé­rences poli­tiques, sou­li­gnant la nécessité de main­tenir les prin­cipes nationaux pales­ti­niens. Ils ont exprimé leur déter­mi­nation à résister à l’occupation et à pour­suivre la lutte pour la libé­ration de tous les pri­son­niers poli­tiques. Les mani­fes­tants ont exigé la libé­ration de tous les détenus de Bil’in, dont Abdallah Abu Rahma, coor­di­nateur du Comité Popu­laire de Bil’in, qui a été arrêté par des mili­taires israé­liens à 2h du matin le jeudi 10 Décembre. Adeeb Abu Rahma, un des autres coor­di­na­teurs, est quant à lui empri­sonné dans les prisons israé­liennes depuis plus de cinq mois.

Lorsque le cortège est arrivé devant le chantier du mur, ils ont été confrontés aux soldats israé­liens postés de l’autre côté de la bar­rière. L’armée a immé­dia­tement tiré des bombes lacry­mo­gènes et, après que des mili­tants aient tenté d’ouvrir la porte soutenu par du fil barbelé qui sépare les vil­lages de leurs terres, les soldats israé­liens ont lancé des gre­nades asphyxiantes, et tiré des car­touches de gaz lacry­mogène ainsi des balles en acier recouvert de caou­tchouc. Des dizaines de mili­tants ont éré intoxiqués.

Au delà de la mani­fes­tation, le Comité popu­laire de Bil’in a exprimé leur soutien à l’initiative récente de la Suède et des ministres des affaires étran­gères de l’Union euro­péenne appelant à la recon­nais­sance de l’Etat pales­tinien dans les fron­tières de 1967, y compris Jérusalem-​​Est occupée comme capitale, et leur rejet de toutes autres pro­po­si­tions ne recon­naissant pas les fron­tières de 1967.

La veille, dans le cadre des opé­ra­tions israé­liennes d’arrestations des prin­cipaux rep­son­sables du comité popi­laire (débutées en juin dernier), Abdallah Abu Rahma, ensei­gnant et coor­di­nateur du Comité Popu­laire de Bil’in a été arrêté par des soldats israé­liens. Le jeudi 10 Décembre 2009 vers deux heures du matin, neuf jeeps de l’armée israé­lienne ont fait irruption devant sa maison. Les soldats s’y sont intro­duits et ont tiré Abballah de son lit, en pré­sence de sa femme et de ses trois enfants. Une opé­ration pré­cé­dente voulant à arrêter Abdallah, avait eu lieu le 15 Sep­tembre dernier, faite avec une vio­lence telle, qu’un des soldat impliqué avait été inculpé de voies de fait. La semaine der­nière des unités secrètes de l’armée avaient envahi Bil’in à deux reprises, tou­jours pour rechercher Abdallah.

Son arres­tation fait partie de la cam­pagne per­ma­nente menée par l’armée israé­lienne contre les habi­tants de Bil’in et des diri­geants du Comité Popu­laire, pour tenter de les dis­suader de pour­suivre leur lutte non vio­lente. Depuis le 23 Juin 2009, 31 habi­tants de Bil’in ont été arrêtés.