BDS : Un droit d’expression légitime !

AFPS Lyon - Lyon, samedi 4 juin 2016

RASSEMBLEMENT samedi 4 juin 2016 - 15h

Berges du Rhône Pont de la Guillotière

(Métro Guillotière ligne "D")

Stands, expositions, musique, interventions, nourriture palestinienne etc. Solidaires du peuple palestinien Droit au boycott

Pour la défense des libertés, le droit au boycott, la fin de l’occupation, et l’exigence de sanctions, tant que l’Etat d’Israël, viole le droit international.

Pour avoir demandé à des clients de supermarchés de s’abstenir d’acheter des produits israéliens, 12 militants de Mulhouse, de la campagne internationale « Boycott-Désinvestissement-Sanctions » (BDS) ont été récemment condamnés par la Cour de cassation. Aujourd’hui, ils en appellent à la Cour européenne des droits de l’homme, dernier rempart contre la volonté des autorités française de museler toute dénonciation de la politique israélienne.

Car la France est le seul pays d’Europe qui agit pour faire de l’appel au boycott un délit. Le gouvernement français est totalement aligné sur les positions israéliennes et répond, au garde à vous, aux injonctions de ses soutiens en France. Car Israël s’inquiète de cette campagne qui gagne chaque jour du terrain.

Au nom de quoi en vient-on, en France, à considérer qu’un appel au boycott serait une incitation à la discrimination quand il concerne Israël alors qu’il ne poserait aucun problème quand il s’agit d’un autre pays ? Est-ce que le boycott contre l’apartheid sud-africain était une forme de discrimination ?

Cela fait des dizaines d’années que l’État d’Israël viole les conventions internationales et bafoue les droits du peuple palestinien reconnus par l’ONU, et notamment son droit inaliénable à l’auto-détermination, sans provoquer de réaction de la part de nos gouvernements. Devant cette inaction, c’est le droit et le devoir des citoyens d’agir par les moyens pacifiques qui sont à leur disposition.

Le Boycott par les citoyens, l’appel au Désinvestissement adressé aux institutions, l’exigence de Sanctions de la part des États, de l’Union européenne et des Nations Unies, sont des moyens non violents répondant à l’appel de la société civile palestinienne en 2005. Cet appel s’appuie sur les principes de la déclaration universelle des droits de l’homme et le rejet de toute forme de racisme y compris l’islamophobie et l’antisémitisme.

Comme le déclare l’ancien Président de "Médecins sans frontière", Rony Brauman " j’estime que le BDS est une arme pacifique et efficace pour mobiliser les citoyens et influer sur le cours politique des choses."

Dans le cadre de la semaine nationale d’action (lire l’appel unitaire)

PDF - 149.4 ko
Tract