Une soirée de solidarité avec les prisonniers palestiniens autour du film 3000 nuits

AFPS Roubaix Tourcoing, lundi 6 mars 2017

Dans le cadre du collectif 3CIT, regroupant les associations LDH, MRAP, Solidarité TourcoinGaza, MJC Le Virolois, CCFD Terre Solidaire, CIMADE, AFPS Roubaix-Tourcoing, le cinéma Le Fresnoy a proposé une soirée ciné-débat vendredi 24 février 2017.

70 personnes sont venues voir le film de la cinéaste palestinienne Mai Masri (https://fr.wikipedia.org/wiki/Mai_Masri), 3000 Nuits, en solidarité avec les prisonniers politiques palestiniens détenus dans les prisons israéliennes.

Avant la projection nous avons dégusté des soupes (soupe aux lentilles à la mode palestinienne, harira marocaine, et soupe aux quatre légumes locaux). Les trois soupes ont été préparées et offertes par nos cuistots bénévoles.

Le film, fort et bouleversant, témoigne de l’injustice faite aux Palestiniens (hommes, femmes et enfants) par l’occupant israélien dans indifférence générale de nos dirigeants occidentaux et l’impunité totale d’un gouvernement israélien de droite extrême.

Moncef Chahed, responsable du groupe de travail Prisonnier de l’AFPS, et parrain de notre soirée, a fait le point sur la situation générale des prisonniers politiques, des difficultés des familles à rendre visite à leurs proches en prison ; il a exposé des situations préoccupantes de certains prisonniers et a insisté sur les stratégies d’humiliation des prisonniers et de punition collective des familles à cause de condamnations à plusieurs perpétuités empêchant la restitution des corps sur plusieurs générations et les familles de faire leur deuil. Il a rappelé aussi le même sort (emprisonnement) est réservé aux juifs palestiniens.

Les questions des spectateurs indignés ont portés, au-delà des techniques et contexte du film, sur les raisons du silence des démocraties occidentales, dont la France, face à cette injustice, les possibilités d’actions et de mobilisations en faveur des prisonniers. Nous avons invité le public à s’engager dans le parrainage des prisonniers politiques palestiniens, et une trentaine de personnes ont emmené la brochure « parrainage des prisonniers palestiniens ». Nous avons aussi vendu 35 brochures de la plate forme des ONG françaises pour la Palestine « Enfances brisées : les mineurs palestiniens dans le viseur de la répression israélienne ».