Une motion des conservateurs sur Israël dénoncée

Métro avec la Presse canadienne, lundi 22 février 2016

MONTRÉAL – Plusieurs organisations québécoises demandent aux députés libéraux fédéraux de voter contre une motion conservatrice dénonçant la campagne internationale « Boycott, désinvestissement et sanctions » qui vise l’État d’Israël.

Ce mouvement, qui est inspiré du boycott qui avait été lancé contre l’Afrique du Sud dans les années 1980 pour dénoncer l’apartheid, a pour objectif de faire cesser les politiques d’occupation et de colonisation du gouvernement israélien.

La motion conservatrice rappelle que le Canada et Israël partagent une longue histoire d’amitié ainsi que des relations économiques et diplomatiques. Les conservateurs demandent au Parlement de condamner toute personne ou organisation qui ferait la promotion de la campagne de boycottage d’Israël.

En point de presse à Montréal dimanche, le regroupement a révélé avoir envoyé une lettre aux députés fédéraux pour leur demander de se lever contre cette motion qu’il juge antidémocratique. La lettre compte 74 organisations signataires, parmi lesquelles se trouvent la CSN, les Artistes pour la Paix et Voix juives indépendantes.

Selon le vice-président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), Jean Lacharité, la motion vise « à empêcher la liberté d’expression des groupes qui veulent être critiques à l’égard des politiques d’Israël contre le peuple palestinien ».

En entrevue à La Presse Canadienne, M. Lacharité — qui s’est déjà rendu lui-même en Palestine — a dit avoir eu vent que les députés libéraux voteraient en faveur de la motion, qui devrait être soumise au vote lundi.

« C’est une campagne pacifiste, pas du tout antisémite, fait-il valoir. Mais compte tenu des exactions commises par le gouvernement israélien à l’encontre du peuple palestinien, on se doit de pouvoir critiquer ça. »

Selon le regroupement, cette motion est tout simplement en violation des chartes protégeant nos droits et libertés.

« Forcer, par une telle motion, à faire taire les voix divergentes concernant un conflit marqué par la pensée unilatérale des conservateurs de M. Harpeur (sic), par la désinformation et l’absence de débat public éclairé, est tout simplement inacceptable en démocratie », fait valoir Marc-Édouard Joubert du Conseil régional de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) du Montréal métropolitain, par communiqué.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD), le Bloc québécois et le Parti vert ont déjà déclaré qu’ils voteraient contre la motion.