Une Palestinienne tuée après avoir menacé un soldat

Une Palestinienne a été tuée samedi alors qu’elle menaçait avec un couteau un soldat israélien près de l’ultra-sensible Tombeau des Patriarches, lieu saint juif et musulman au coeur de Hébron dans le sud de la Cisjordanie occupée, a annoncé l’armée israélienne.

7 sur 7 avec Belga, lundi 15 février 2016

"L’assaillante a sorti un couteau et tenté de poignarder un soldat posté près du Tombeau des Patriarches. En réponse, les forces ont tiré sur elle et l’ont tuée", a indiqué l’armée dans un communiqué. Le ministère palestinien de la Santé a confirmé le décès d’une Palestinienne, sans toutefois être en mesure de donner dans l’immédiat son identité et son âge.

Hébron

Hébron, la plus grande ville de Cisjordanie et longtemps coeur commercial du territoire palestinien occupé depuis 1967 par Israël, est une véritable poudrière depuis que 500 colons se sont installés dans le centre historique, barricadés sous haute protection militaire et retranchés derrière une zone tampon désormais interdite d’accès aux 200.000 habitants palestiniens.

Violences

La ville a un temps concentré une grande part des violences qui secouent les Territoires palestiniens et Israël et ont fait depuis le 1er octobre 167 morts côté palestinien, 26 côté israélien, ainsi qu’un Erythréen, un Américain et un Soudanais, selon un décompte de l’AFP. La majorité des Palestiniens tués sont des auteurs ou auteurs présumés d’attaques contre des civils ou des membres des forces israéliennes, commises principalement à l’arme blanche.

Tombeau d’Abraham

Hébron est sacrée pour les juifs et les musulmans qui y révèrent Abraham et les patriarches, enterrés dans un monument appelé tombeau des Patriarches par les juifs, mosquée d’Abraham par les musulmans. Pour les colons qui vivent là malgré les tensions permanentes, leur présence est un acte idéologique renvoyant à la présence juive aux temps bibliques.

Maux de l’occupation

Pour les Palestiniens, Hébron, avec sa partition, ses checkpoints israéliens, ses restrictions aux déplacements, son centre vidé de toute substance commerciale et son climat d’animosité, est un concentré des maux de l’occupation et de la colonisation israéliennes.