Un journaliste détenu arbitrairement risque de mourir

Amnesty International, lundi 22 février 2016

Pétition à l’attention de Benyamin Netanyahu

Signez ici

Monsieur le Premier ministre,

Je vous écris pour vous faire part de mes préoccupations concernant l’état de santé de Muhammed al Qiq. Ce journaliste palestinien est détenu sans inculpation ni jugement depuis près de trois mois. En date du 25 novembre, Muhammed a entamé une grève de la faim pour protester contre les actes de torture et autres mauvais traitements dont il affirme avoir été victime aux mains des autorités israéliennes et pour demander sa libération.

La santé de cet homme est aujourd’hui gravement menacée.

En tant que détenu non condamné, il a le droit de recevoir un traitement par les médecins de son choix. Compte tenu de son état de santé critique, je vous exhorte à faire en sorte que les autorités compétentes mettent immédiatement fin à tout traitement médical non consenti et facilitent de toute urgence son transfert vers un hôpital palestinien de Ramallah, qui est prêt à le recevoir, conformément sa volonté.

Je suis également vivement préoccupé(e) par le fait que sa détention administrative - comme cela a été le cas pour plusieurs détenus - puisse être utilisée comme un moyen de le punir sans inculpation, ce qui équivaudrait à la détention arbitraire d’une personne qui n’a commis aucune infraction.

Par conséquent, en plus de l’urgence que représente son transfert vers l’hôpital de son choix, je vous demande également d’annuler son ordre de détention administrative et de le libérer, à moins qu’il ne soit inculpé d’une infraction dûment reconnue internationalement et jugé conformément aux normes internationales d’équité.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier ministre, l’expression de ma haute considération.

Signez ici

Voir aussi l’appel de l’ACAT (Association des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture)