Un groupe extrémiste israélien accusé de l’incendie criminel de Duma

Le groupe Révolte, dont les membres sont accusés d’avoir perpétré un incendie criminel meurtrier, demande le remplacement du gouvernement d’Israël par un roi.

Middle East Eye, mardi 5 janvier 2016

Lorsque les enquêteurs ont commencé à se pencher sur l’incendie criminel qui a tué les membres de la famille Dawabsheh en juillet, ils croyaient à l’origine que les faits avaient été commis par des membres du « price tag » (« prix à payer »).

Mais ce dimanche, après la levée d’une ordonnance de non-publication, des éléments d’une enquête de plusieurs mois menée par le Shin Bet ont révélé que les suspects désormais accusés de meurtre font partie du groupe Révolte, qui vise à renverser le gouvernement d’Israël et à le remplacer par un roi.

Selon des informations relatives à l’enquête relayées par la chaîne israélienne Channel 2, ses membres sont généralement âgés de 15 à 24 ans et la moitié des auteurs des faits sont mineurs.

Les membres du groupe commencent souvent dans les rangs des Jeunes des collines, des colons partisans de la ligne dure qui vivent dans des avant-postes illégaux en Cisjordanie et qui endommagent des propriétés et des terres appartenant à des Palestiniens, mais se livrent ensuite à des activités plus violentes au sein du groupe Révolte, a rapporté Channel 2.

« Nous en avons parfois assez de seulement endommager des propriétés, alors il nous arrive de vouloir tout simplement brûler des maisons et ceux qui y vivent », aurait déclaré un membre interrogé par le Shin Bet.

Le groupe estime que l’État d’Israël actuel n’a pas le droit d’exister et entrave ses objectifs, à savoir l’instauration d’un royaume juif et la construction du second temple.

Il utilise des outils subversifs pour « se révolter » contre le système actuel en endommageant des biens importants de l’État, a indiqué le rapport.

Selon le rapport, une partie des activités du groupe, inspirées par ce qui a été décrit comme une nouvelle idéologie antisioniste, consiste à frapper autrui en guise d’acte de rébellion contre le gouvernement, en ciblant en particulier les Palestiniens.

« Israël n’a pas le droit d’exister, et nous ne sommes pas tenus de respecter les règles du jeu », aurait indiqué le même membre du groupe au Shin Bet.

Le groupe Révolte considère le gouvernement israélien comme une entité étrangère et illégitime, a-t-il ajouté.

« Puisque nous n’avons aucune chance aujourd’hui de construire un mouvement organisé sous le système actuel, notre but est de construire des cellules dans un certain nombre d’endroits et, avec l’aide de ces cellules, de construire quelque chose de plus grand et d’être en mesure de diffuser notre idéologie au reste des colons », a affirmé le membre du groupe.

Traduction de l’anglais (original) par VECTranslation.