Un Palestinien tué à Jérusalem par des soldats israéliens pendant Kippour

La police est en état d’alerte alors que des dizaines de milliers de juifs arrivent à Jérusalem pour prier devant le mur des Lamentations.

Le Monde avec AFP, jeudi 13 octobre 2016

Israël a renforcé sa sécurité pour le jour du Grand Pardon. Plus de 3 000 policiers sont mobilisés à Jérusalem. AHMAD GHARABLI / AFP

Ali Shiouki, un Palestinien de 20 ans, a été tué mardi 11 octobre lors d’affrontements avec des soldats israéliens à Silwan, un quartier de Jérusalem-Est occupée et annexée, ont annoncé des responsables palestiniens. Les détails concernant ces affrontements ne sont pas encore connus.

La sécurité dans le pays a été renforcée alors qu’Israël célèbre de mardi soir à mercredi soir le Yom Kippour, la fête juive du Grand Pardon. Le contexte est plus tendu encore qu’à l’accoutumée dans la ville sainte. Dimanche, un Palestinien de 39 ans a ouvert le feu sur des piétons, armé d’un fusil d’assaut M16.

L’armée israélienne et la police sont notamment présentes en force en Cisjordanie par peur de risque d’attentats, alors que des dizaines de milliers de fidèles juifs sont attendus à Jérusalem pour prier devant le mur des Lamentations. Plus de 3 000 policiers sont mobilisés à Jérusalem pour les fêtes.

Les Palestiniens, eux, craignent que les Israéliens n’autorisent que les juifs à prier sur l’esplanade des Mosquées. Deux cent trente-trois Palestiniens et 36 Israéliens (décompte de l’AFP) ont été tués depuis octobre 2015.