Trois prisonniers en grève de la faim mènent un combat pour la dignité

Trois prisonniers qui croupissent dans les prisons israéliennes continuent leur combat pour la dignité en poursuivant une grève de la faim pour protester contre leur détention administrative abusive.

Ma’an News, mardi 26 avril 2016

Ramallah - Le prisonnier Sami Janazreh, 43 ans, du camp Al-Fawwar dans le district d’Hébron, marié et père de trois enfants, a connu la prison et les privations, il a passé près de neuf ans dans les prisons israéliennes. Très affaibli, il ne pèse plus que 52 kg et souffre de troubles du cœur et d’hypotension, il poursuit une grève de la faim depuis 51 jours d’affilée, pour protester contre sa détention administrative arbitraire.

L’administration pénitentiaire israélienne a transféré d’urgence, aujourd’hui à l’aube, le prisonnier Sami Janazreh à l’un des hôpitaux israéliens, après la détérioration de son état de santé suite à perte de conscience et chute causant des blessures à la tête lors de son transfert hier de la prison du Néguev à l’isolement dans la prison d’Ayla.

Le prisonnier Fouad Rabah Shukri Aassi, 30 ans, de Beit-Lakia dans le district de Ramallah, poursuit sa grève de la faim depuis 20 jours, pour protester contre le renouvellement de sa détention administrative pour une période de six mois supplémentaires.

Pour le dissuader de continuer sa grève, l’administration pénitentiaire lui impose une inspection toutes les deux heures, ne lui permet d’aller aux toilettes qu’une fois par jour, elle lui a confisqué ses vêtements et ses affaires personnelles ainsi que les appareils électroniques et ne le laisse sortir dans la cour que 1h par jour.

Le prisonnier Fouad Aassi est marié, il a passé cinq ans de sa vie dans les prisons israéliennes, son frère Mohammed Aassi a été assassiné par les forces d’occupation le 22/10/2013, a été arrêté à son domicile au mois d’août et mis aussitôt en détention administrative sans inculpation ni jugement et sous prétexte de l’existence d’un dossier secret le concernant. Il a croupi depuis dans une cellule d’isolement dans la prison du Néguev.

Le prisonnier Adib Mohammed Jamal Mfarjeh, 28 ans, de beit-Lakia à l’ouest de Ramallah, poursuit lui aussi une grève de la faim depuis 20 jours dans une prison située dans le désert du Néguev, pour protester contre la reconduite de sa détention administrative pour la énième fois sans inculpation ni jugement depuis 16 mois. Il est détenu depuis le 10 Décembre 2014, après avoir été libéré d’une détention antérieure de neuf mois. C’est un ancien prisonnier, il a passé plusieurs années dans les prisons israéliennes.

Traduction : Moncef Chahed

Groupe de travail prisonniers de l’AFPS