Syrie : le camp de Yarmouk risque la famine

Le Figaro avec Reuters, dimanche 17 avril 2016

Des populations civiles sont menacées de famine et de déshydratation dans un camp de réfugiés palestiniens dans la banlieue de Damas dont l’organisation État islamique et d’autres groupes djihadistes se disputent le contrôle. L’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), qui a pour mission de venir en aide aux réfugiés palestiniens dans la région, estime à 10.000 le nombre de civils pris au piège chez eux à Yarmouk, au sud de la capitale syrienne.

"Quelles qu’aient été leurs réserves de nourriture et d’eau, elles sont épuisées depuis longtemps. Etant donnée la fréquence des combats nourris, le risque très élevé de blessures graves et de mort empêche les civils de quitter leur habitation pour aller chercher de la nourriture, se ravitailler en eau ou trouver des traitements médicaux pour leurs blessures", a dit l’UNRWA dans un communiqué. "Des informations crédibles reçues de Yarmouk font état de tirs intensifs et délibérés sur des habitations et d’autres bâtiments civils à une échelle rarement observée auparavant. La situation sécuritaire précaire empêche aussi l’UNRWA de poursuivre ses missions humanitaires dans la zone adjacente de Yalda", ajoute-t-il.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), basé en Grande-Bretagne et qui diffuse des informations sur le conflit syrien reçues d’un réseau d’informateurs sur le terrain, a pour sa part déclaré que le camp de Yarmouk était désormais sous le contrôle de l’EI.