Sur i24, gloire au Mossad et honneur à Manuel Valls

Samuel Gontier, Télérama, mardi 24 mai 2016

« Spéciale : Le Mossad recrute », titre le magazine Défense, sur i24 news. Je suis arrivé en avance pour l’interview de Manuel Valls par Paul Amar dans Paris-Jaffa, l’émission phare de la chaîne info de Patrick Drahi. « Comment rentrer au Mossad ? », interroge la présentatrice, Danielle Attelan, rappelant une très originale opération lancée la semaine dernière. « Le Mossad recrute sur la Toile avec une vidéo digne des meilleures séries d’espionnage. Faire campagne sur le Net, c’est une initiative étonnante pour une agence qui cultive le secret. » Et l’assassinat ciblé.

« Pour attirer des experts en cybersécurité », explique un reportage, le Mossad a fait paraître sur Internet et dans la presse « un message avec un code à déchiffrer pour pouvoir candidater ». Selon un expert, « quand vous publiez un défi comme celui-ci, vous montrez aux recrues potentielles que vous êtes sérieux et que vous ne voulez attirer que les meilleurs candidats ». Le Mossad n’est pas une vulgaire start-up exploiteuse de stagiaires.

Invité en plateau, Gad Shimron, ancien agent du Mossad, confirme qu’il s’agit d’« une opération de relations publiques » destinée à renforcer l’attractivité de l’agence, confrontée à « la concurrence de sociétés high-tech qui recrutent tous les diplômés » (et à celle des autres services de renseignement israéliens, ajoute-t-il). « Ces sociétés proposent plus que le Mossad en rémunération », explique le retraité, avant de nuancer : « Au Mossad, on est quand même bien payé, et le côté défi peut attirer des gens. » Ah oui, j’adore le côté défi. Et si la paye est bonne…

« Comment avez-vous été recruté par le Mossad ? », demande la présentatrice. « Moi, tout simplement, un ami est venu me voir et m’a recommandé au Mossad », répond Gad Shimron, racontant le bon temps du recrutement entre potes. « Au-delà des clichés hollywoodiens des films d’espionnage, à quoi ça ressemble la vie d’un agent du Mossad ? » « Le scénariste hollywoodien doit prendre beaucoup de champignons hallucinogènes pour imaginer quelque chose qui corresponde à la réalité de ce que fait le Mossad. L’une des qualités du Mossad, c’est la capacité de penser en dehors des sentiers battus. » Alors là, j’applaudis, ce côté anticonformiste me séduit.

Pour finir, l’ancien agent évoque ses émouvants souvenirs de l’exfiltration des juifs éthiopiens dans les années 80, « une opération complètement folle de A à Z, chacun des agents était à la limite du cas psychiatrique », genre Les Douze Salopards mais en vrai, ça me fait kiffer. En plus, au Mossad, « on a une bonne retraite », ce n’est pas négligeable.

La présentatrice donne rendez-vous la semaine prochaine pour une « immersion au cœur de la planète stratégique et militaire » puis une brève séquence vidéo présente de chouettes tirs de missiles avec la légende : « Le Dôme de fer testé avec succès à partir d’un navire de guerre. » Je ne savais pas que Tsahal tournait un remake modernisé du Trône de fer pour attirer les recrues. Ces Israéliens sont vraiment très forts en opérations de communication.

Paul Amar, le présentateur de Paris-Jaffa, apparaît pour saluer Manuel Valls. « Merci sincèrement d’avoir accepté notre invitation pour cette émission spéciale diffusée en direct par i24 et BFMTV en partenariat avec Libération et L’Express. Quatre médias qui vous offrent une forte visibilité et une vraie diversité éditoriale. » Il y a en effet pour interroger le Premier ministre, outre Paul Amar, Apolline de Malherbe (« elle s’est déplacée à Tel-Aviv »), Christrophe Barbier et Laurent Joffrin (en duplex). Bref, toutes les sensibilités politiques (de la droite de la gauche à la droite de la droite) sont représentées. Preuve que Patrick Drahi préserve l’indépendance éditoriale de ses rédactions. Tout en réalisant des synergies pour m’offrir dans une même émission la crème de la crème des intervieweurs politiques.

« Nous vous demanderons, Manuel Valls, de faire le point sur l’état du monde, un monde angoissé, menacé et parfois menaçant », menace Paul Amar. Mais d’abord, un reportage résume la journée du Premier ministre, rapportant notamment qu’« une médaille récompense son combat contre l’antisémitisme et le boycott d’Israël ». « Quel accueil !, s’exclame Paul Amar en studio. Je suis là depuis septembre, je n’ai jamais vu un homme politique français aussi bien accueilli. »

Manuel Valls rappelle le lien indéfectible qui unit la France à Israël. « Pour observer au quotidien le peuple israélien, je peux vous dire qu’il éprouve un sentiment très fort d’injustice, il se sent très seul, témoigne Paul Amar. C’est la seule démocratie dans cette région mais c’est le seul pays à subir autant de critiques, contrairement aux autres pays alentour. » C’est vrai ! Marre que la Syrie, l’Egypte, l’Irak, l’Arabie Saoudite, etc., soient continuellement célébrés pour leur respect des droits de l’homme !

« Je connais bien ce pays, répond Manuel Valls, son histoire mais aussi sa géographie, l’étroitesse d’Israël, vivant dans un environnement hostile. Il y a un beau titre d’un ouvrage de Frédéric Encel, Israël, une démocratie en guerre. » C’est très beau. Et ça résume si bien la ligne politique du Premier ministre, « une démocratie en guerre ». Rappelons que Frédéric Encel est un universitaire aux analyses indiscutables, sauf par quelques antisionistes du genre de Pascal Boniface.

Paul Amar, lui, a l’habitude d’adopter les arguments du gouvernement israélien, ce qu’il fait une nouvelle fois dimanche soir, estimant que l’initiative de paix de la France constitue une ingérence : « Vous citiez Frédéric Encel, il était ici la semaine dernière, il parlait très brillamment des accords Sykes-Picot, quand l’Angleterre et la France avaient dessiné la carte du Moyen-Orient. On a le sentiment que c’est ce qui se passe aujourd’hui. » Notamment en déniant à Israël son droit à étendre ses colonies — pardon, ses « implantations », comme on dit sur i24.

Après la séquence internationale, un reportage introduit le thème de la sécurité intérieure. « La France sera-t-elle une nouvelle fois frappée par l’Etat islamique ? » Le journaliste fait état de « l’imminence du danger. La menace ne faiblit pas, bien au contraire. » Du coup, « Manuel Valls devrait profiter de son séjour en Israël pour apprécier le savoir-faire local en matière de lutte contre le terrorisme. » Bonne idée. « En 2015 et 2016, le Shin Beth a déjoué quelque trois cents attentats terroristes majeurs. » Trois cents ! Bernard Cazeneuve est ridiculisé. « Des plans macabres enrayés grâce aux renseignements obtenus sur le terrain par les agents de la police intérieure de l’Etat hébreu. Un travail de fourmi que la France se doit d’accomplir à l’approche de l’Euro 2016. » La France possède une vocation de démocratie de guerre, rappelez-vous.

Apolline de Malherbe s’inquiète : « Est-ce que ça veut dire que la France est plus ciblée que les autres pays ? » « Elle l’est, me terrorise Manuel Valls. Elle est peut-être aujourd’hui la cible numéro 1 de Daesh. » Flippant. L’Irak, la Syrie, la Lybie et le Yémen sont devenus des cibles secondaires de l’EI, la France est en première ligne et « la menace n’a jamais été aussi élevée ». « Mais ça fait dix fois que vous le dites !, s’indigne Apolline de Malherbe. Mais est-ce qu’on peut dire que la France est un pays sûr ? » « Le risque zéro n’existe pas. On ne le dit pas assez souvent, Israël aussi, cette démocratie qui est en guerre, est victime du terrorisme. » « Dont on parle très peu dans les médias français, d’ailleurs », intervient Paul Amar. « Oui », convient Manuel Valls. Le Premier ministre s’emporte : « Retenez ce chiffre : 2 062 personnes dans ces filières, 9 300 personnes signalées et des milliers de personnes qui ont succombé à la radicalisation. » Euh… Quel chiffre ? « Ça, c’est des chiffres extrêmement précis », note Apolline de Malherbe. Ça dépend lequel. « Et en même temps, on a l’impression qu’un certain nombre vous échappe, Abdelhamid Abaoud vous a échappé alors qu’il était surveillé par la CIA, le Mossad. » « Le Mossad, dont tout le monde connaît le professionnalisme », précise Manuel Valls. Moi le premier. Comme le chef du gouvernement, j’admire par exemple l’idée d’utiliser un passeport français pour réaliser un assassinat ciblé à Dubaï en 2010. Ça sort des sentiers battus.

Le Premier ministre explique que certains terroristes sont difficiles à repérer « parce qu’ils s’adaptent en permanence, ils coupent leur téléphone, se fondent dans la population ». C’est bien pour ça que j’espionne tous les gens de mon quartier. Quand je vais leur remettre mon rapport, les recruteurs du Mossad seront bluffés. Pour Paul Amar, la vulnérabilité des pays occidentaux « est liée à la démocratie. La démocratie est forte sur le théâtre d’opération extérieur. La France au Mali, remarquable ! » Magnifique. « L’aviation alliée en Irak et en Syrie, on voit la force des armes démocratiques… » L’EI anéanti (ou presque) sans aucune victime civile. « Mais en même temps, quelle faiblesse ! Parce que justement on est démocratie, c’est presque dans notre ADN d’être un pays-passoire, de laisser entrer… » Ne faudrait-il pas prendre à nouveau exemple sur Israël et construire un mur de séparation le long de nos frontières (et autour de Saint-Denis, « Molenbeek-sur-Seine » selon Le Figaro) ?

« L’Euro commence dans trois semaines, rappelle Apolline de Malherbe. Comment pouvez-vous assurer la sécurité à la fois des manifestations qui, on le voit chaque jour, dégénèrent ; de la radicalisation et de l’Euro ? Comment c’est possible ? » La radicalisation de l’Euro qui dégénère, c’est vrai que ça paraît compliqué. « C’est une très bonne remarque, répond Manuel Valls. Chacun doit avoir conscience de la charge qui pèse sur les policiers et les gendarmes et peut-être qu’avant d’organiser des manifestations, on peut se demander s’il n’y a pas des priorités… A eux d’assumer leurs responsabilités. » Si des terroristes massacrent des centaines de supporters, ce sera à cause à des irresponsables syndicalistes qui occupent les forces de l’ordre. « On voit bien comment les choses peuvent déraper, ce qui s’est passé avec cette voiture de police qui a brûlé. » On a très vite dérapé de la manifestation contre la loi travail au terrorisme de masse.

Interrogé sur « la tentation du pouvoir autoritaire en Europe » et l’éventualité d’un président d’extrême droite en Autriche, le Premier ministre fustige « le discours anti-musulman sur fond de montée de l’antisémitisme. Si je suis respecté en Israël, c’est parce qu’on connaît mon combat contre l’antisionisme, contre l’antisémitisme, contre la haine du juif. » Et contre le discours anti-musulman. « On vous a dit vous êtes l’un des seuls à soutenir Israël et qui soit sioniste, attaque Apolline de Malherbe. Sioniste et socialiste, c’est compatible ? » Une telle inculture historique et politique nécessite les rectifications conjointes de Paul Amar et Manuel Valls.

L’intervieweuse de BFMTV se contente alors de citer Manuel Valls : « Le discours antisioniste, c’est le premier pas vers l’antisémitisme », et rappelle : « Vous avez parlé d’islamo-gauchisme à propos de Clémentine Autain. » Le chef du gouvernement maintient, la parole est à Christophe Barbier. « On le voit, les Français sont inquiets, ils se demandent s’ils vont trouver de l’essence pour aller travailler demain. Est-ce que vous allez donner l’ordre d’évacuer, s’il le faut par la force, les raffineries et de réquisitionner le carburant nécessaire ? » Ne faudrait-il pas prendre exemple sur l’opération Plomb durci pour et envoyer quelques missiles sur les raffineries tenues par la CGT ? « Avez-vous l’impression que la CGT est dans une démarche jusqu’au-boutiste presque désespérée dont le but est de faire tomber votre gouvernement ? » Un peu comme le Hamas.

« Il y a une forme de radicalité qui peut amener la violence, approuve Manuel Valls. Le tract de la CGT concernant la police était insupportable. » Celui qui appelait au djihad contre les policiers ? On a vu ce que ça a donné. La parole est à Laurent Joffrin. « Ce matin, dans Le Journal du dimanche, un sondage vous place à 22 % d’opinions favorables et François Hollande à 15 %. Est-ce que vous croyez que la gauche a encore une chance à la prochaine présidentielle ? » La gauche ? Quelle gauche ? Ah, justement, l’éditorialiste de gauche (excusez l’oxymore) voudrait savoir : « Est-ce qu’il y a toujours deux gauches irréconciliables et, si oui, est-ce qu’il reste des chances de réunion et donc de victoire ? » Autrement dit, s’il y a deux gauches irréconciliables, sont-elles réconciliables ?

Une telle alternative ne laisse pas le choix à Manuel Valls, il est contraint d’admettre qu’il ne pourra jamais se réconcilier avec Jean-Luc Mélenchon, auteur de propos infamants contre François Hollande et lui même. « Je rappelais cette discussion étrange entre Clémentine Autain et Tarek Ramadan… » L’islamiste et l’auteur de la pétition contre la loi travail réunis pour discuter, n’est–ce pas la preuve vivante de l’existence de l’islamo-gauchisme ?

« Est-ce qu’il va y avoir une primaire de la gauche ? », demande encore Laurent Joffrin, extrêmement pugnace. Puis : « Libération a publié un appel pour limiter le salaire des grands patrons. Allez-vous légiférer ? » « Mon combat, insiste Manuel Valls, c’est un combat pour l’égalité, pour l’équité, pour les inégalités. » Personne ne relève le lapsus, Apolline de Malherbe préfère demander à l’invité s’il compte s’engager dans le Mossad : « Est-ce que vous auriez un projet pour 2017 ? »

Paul Amar conclut l’émission. « A vous écouter, je suis frappé par le contraste entre la situation en France, en Europe et celle d’ici, en Israël. Voilà un pays en guerre depuis sa création, confronté à une menace permanente et qui continue à innover, à aller de l’avant. De l’autre côté, un pays qui est en paix, la France, et qui a tant de mal à se réformer, à accepter les réformes, avec un blocage absolument inouï, une défense des situations acquises, alors qu’il pourrait tant avancer ! » Il lui faudrait une bonne guerre. Alors, elle pourrait enfermer préventivement Clémentine Ramadan et tous les islamo-gauchistes de la CGT, comme en 1939 leurs ancêtres du PCF.

Paul Amar annonce enfin un résumé des nouvelles du jour, un mini-JT tout en images qui s’ouvre par l’actualité brûlante de la voiture de police brûlée. « Le policier a été décoré, ses agresseurs écroués et inculpés pour tentative de meurtre », relate le commentaire, qui se permet l’ironie : « Issus de la mouvance antifasciste, bien connue pour son amour de la démocratie, ils ont entre 18 et 32 ans. Et si, pour l’avocat de l’un des quatre inculpés, tout ceci n’est qu’une farce honteuse ne tenant que sur le témoignage d’un homme, il s’avère que l’homme en question est un policier. » Un gage d’objectivité. i24 s’y connaît.