Stand et intervention AFPS à la fête de l’HUMA 63

AFPS 63, lundi 4 juillet 2016

Stand et intervention AFPS 63 à la fête de l’HUMA 63

La Fête de l’Huma 63 s’est déroulée le 2 juillet à partir de 14h sur la plage des Palisses à Pont du Château (63).

Six militants AFPS-BDSF 63 ont tenu un stand avec deux banderoles BDS, et une table de presse avec tracts, notamment sur BDS, pétitions, brochures, stickers Teva, … et vente (184 euros) d’huile olive, keffiehs, savons, t-shirts BDS. De nombreuses personnes sont venues discuter, signer les 3 pétitions (80 signatures), coller des stickers Teva sur Carte Vitale (environ 150 distribués), échanger des contacts. Une promesse d’adhésion.

Un débat interactif « Que demande le peuple ? Ensemble, construisons le temps du commun » avec 150 à 200 personnes a été animé par B. Bouchet (élu régional) et J. Brugerolles (élu local) de 17h à 19h, avec à la tribune 7 « grands témoins », dont le député A. Chassaigne, et des représentantEs de « Femmes et Hommes d’avenir », de la CGT 63, de la CNL 63, du service culturel de Thiers, un éducateur sportif de quartier et l’AFPS 63.

Le représentant AFPS 63 a rappelé l’importance (pour le Moyen Orient comme pour la France) de la situation en Palestine, qui se détériore continuellement depuis 68 ans. Fuite en avant fascisante des gouvernements israéliens, colonisation, expulsions, emprisonnements de résistants, apartheid y compris contre les arabes israéliens, blocus de Gaza, non application du droit au retour voté par l’ONU. Le gouvernement Hollande-Valls, après ceux de Sarkozy et Alliot-Marie, est probablement le pire depuis 1958 (5 ème République) pour la Palestine, ainsi que pour les menaces contre les militants du boycott pacifique. Face à la complicité ou à la démission de la plupart des gouvernements devant les violations du droit par Israël, les Palestiniens ont lancé le mouvement BDS en 2005 pour mobiliser les citoyens du monde, comme cela avait été le cas contre l’apartheid en Afrique du sud. Face aux succès remportés, des officines sionistes aidées par nos gouvernements successifs trainent des militants BDS en justice, ce qui nécessite une large solidarité. Une Coalition BDS 63 a été crée avec 40 organisations du 63 (y compris des associations de quartiers), où le PCF tient toute sa place, et où des citoyens et citoyennes s’engagent. La lutte continue pour le boycott, notamment des produits des colonies illégales en territoires palestiniens occupés.

Dans sa réponse, le député A. Chassaigne a rappelé l’existence du groupe de 10 éluEs FdG à l’Assemblée Nationale, dont le porte parole est F. Asensi d’Ensemble ! Le groupe demande la reconnaissance de l’Etat de Palestine par la France. Et il refuse de laisser dire aux représentants du gouvernement français que l’antisionisme serait de l’antisémitisme. D’où l’importance des voix juives antisionistes. On ne doit pas criminaliser l’appel au boycott, et notamment des produits des colonies.