Semaine palestinienne à Nantes

AFPS 44, vendredi 23 octobre 2015

LA SEMAINE PALESTINIENNE DE L’AFPS 44 s’est déroulée du 10 au 18 octobre 2015.

Nous avons accueilli une délégation de 12 jeunes de Nabi Saleh dont 7 acteurs de théâtre amateur. Ils étaient accompagnés de deux femmes du village (Nariman et Nawal) et du metteur en scène Issa Abu Srour du camp d’Aïda.

Un joueur de Oud palestinien de Jérusalem et un batteur libanais se sont par ailleurs joints au Quintet Hamon Martin pour un concert.

Cette semaine a permis de rencontrer des jeunes de différents quartiers nantais.

Le programme de trois soirées a dépassé nos attentes :

Mercredi , 200 personnes sont venues écouter les témoignages de Nariman et Nawal sur le thème des « femmes dans la résistance » . Témoignage d’autant plus émouvant que ces femmes ont appris durant la semaine que le fils de Nariman a été blessé et qu’un de ses amis a été tué à Jérusalem.

Jeudi, 450 personnes ont assisté à la première d’un Concert Area D, création originale de musique métissée ( arabo-bretonne). Le concert a également été donné à Nanterre le lendemain avec l’organisation de l’AFPS Nanterre.

Le vendredi, 400 personnes ont assisté à une représentation théâtrale donnée par la troupe palestinienne et la troupe française de 12 jeunes amateurs entraînés par un théâtre professionnel ( Messidor). Chaque troupe a écrit et mis en scène un texte qu’elles se sont échangées. Chacune des pièces a été jouée à tour de rôle en français, puis en arabe. Le même scénario s’est renouvelé à Caen avec l’AFPS14 le samedi.

Cette semaine qui s’inscrit dans un projet culturel global débuté en 2013 est destiné à se poursuivre dans le cadre d’échanges à venir.

Ce projet a bénéficié de l’aide financière de la Région, du Conseil départemental et de la Ville de La Chapelle-sur–Erdre qui a mis l’ensemble de son espace culturel à disposition pour toute la semaine. Le drapeau palestinien a été hissé durant la semaine au fronton de la mairie et le conseil départemental a reçu officiellement la délégation.

Seule fausse note : la ville de Nantes qui avait lancé un carton d’invitation pour une réception a annulé au dernier moment, sans nous prévenir ; raison donnée par oral à un conseiller qui devait nous accueillir : « Nantes est une ville neutre ».

Cela ne les avait pas empèché d’accueillir l’ambassadeur d’Israël quelques mois après la première attaque de Gaza !

Le partenariat avec certaines collectivités n’est pas un long fleuve tranquille…

Un bilan complet sera réalisé à tête reposée, mais déjà on peut signaler que

- l’impact sur la jeunesse palestinienne est énorme : au fil des jours , nous avons vu des visages s’ouvrir,

en particulier de deux « shebabs » qui sortaient de prison une semaine plus tôt

- Par la culture et l’art nous avons touché un public différent.

- Ce sont plusieurs dizaines d’adhérents qui ont travaillé à ce projet.

- Huit des jeunes français de la troupe ont adhéré à l’AFPS ( moyenne d’âge 25 ans).

- Nos liens avec les élus se sont renforcés et conduisent ceux-ci à prendre une position plus forte envers le gouvernement.

Rien que du positif ?

Non, mais on garde ce qui a moins bien marché pour un bilan plus complet

sans oublier la troupe française