Projection : Dans un jardin je suis entré

Mucem - Fort Saint Jean, vendredi 17 mars 2017

J4 | Auditorium Germaine Tillion - Vendredi 17 mars 2017 à 16h30

DURÉE : 1h38

PAYS : Israël/France

ANNÉE DE RÉALISATION : 2012

ARTISTE(S) ET COLLABORATEUR(S) : D’Avi Mograbi

Tout commence par le rêve d’une impossible rencontre entre Avi Mograbi et son grand-père, Ibrahim, devant leur maison de Damas, en 1920. Quelle langue parlaient-ils ? L’arabe d’Avi est rudimentaire, et son grand-père n’a pas encore appris l’hébreu. Dans ce rêve, le grand-père d’Avi l’informe que sa famille a décidé de quitter la Syrie pour la Palestine, Damas pour Tel-Aviv. Dans ce rêve, Avi décide de rester. « Vous partez pour la Palestine, dit-il à son grand-père, je resterai et garderai la maison. »

Pour déplacer le rêve dans le réel, Avi se tourne vers son professeur d’arabe, Ali Al-Azhari, et lui propose une association : faire un film ensemble, d’un bout à l’autre. Dans ce jardin je suis entré fantasme un « ancien » Moyen-Orient dans lequel les communautés n’étaient pas séparées par des frontières ethniques et religieuses, un Moyen-Orient dans lequel même les frontières métaphoriques n’avaient pas leur place.

Né en 1956 à Tel-Aviv, Avi Mograbi est réalisateur et artiste vidéo. Il enseigne à l’Université de Tel-Aviv et à l’École des beaux-arts de Bezalel de Jérusalem. Cinéaste engagé, il n’a de cesse, dans ses documentaires, de remettre en question les grands mythes fondateurs de son pays. Il s’implique activement dans « Breaking the Silence », projet dédié à la collecte de témoignages de soldats israéliens ayant servi dans les territoires palestiniens occupés.

Depuis son premier film en 1989, il a signé plusieurs courts et longs-métrages, notamment Comment j’ai appris à surmonter ma peur et à aimer Ariel Sharon (1997), Août, avant l’explosion (2002), Pour un seul de mes deux yeux (2005), Z32 (2008), et Dans un jardin je suis entré (2012).

Voir le programme complet de Temps fort Palestine : territoire, mémoire, projections