Première livraison de l’aide turque à Gaza

Un premier camion d’aide turque est arrivé lundi soir dans la bande de Gaza. Au total ce sont 500 camions, soit 11 000 tonnes de colis alimentaires, vêtements ou jouets qui doivent parvenir jusqu’à l’enclave palestinienne. Cette aide turque fait suite à l’accord signé entre la Turquie et Israël après six années de brouilles. En mai 2010, l’armée israélienne avait donné l’assaut contre un bateau turc qui souhaitait briser le blocus de Gaza faisant 10 morts du côté des militants propalestiniens.

Nicolas Ropert, RFI, mardi 5 juillet 2016

Les premiers véhicules ont pu entrer, ce lundi 4 juillet, dans la bande de Gaza sous le contrôle du Croissant-Rouge turc en passant par le poste frontalier de Kerem Shalom. REUTERS/Ibraheem Abu Mustafa

Le Lady Leyla, un cargo en provenance de Turquie, était arrivé dès dimanche dans le port israélien d’Ashdod. Dans des communiqués séparés, mais délivrés au même moment, les autorités israéliennes et turques ont annoncé ce lundi que le premier des 500 camions avait transité du port israélien jusqu’à Gaza.

Les couches, jouets et peluches de ce premier chargement sont passés par le point de passage de Kerem Shalom contrôlé par Israël. Des colis de nourritures ainsi que des vêtements et des chaussures doivent suivre le même chemin.

Ces livraisons supervisées par le Croissant-Rouge turc, devraient soulager un peu l’enclave palestinienne, qui vit sous blocus israélien depuis dix ans bientôt et la prise de pouvoir du Hamas, le parti islamiste palestinien.

Le réchauffement des relations entre Ankara et Tel-Aviv s’est concrétisé la semaine dernière avec la signature d’un accord entre les deux capitales. A défaut d’avoir obtenu la levée du blocus par Israël, le gouvernement turc souhaite montrer son soutien à la population gazaouie. Israël espère de son côté que le Hamas rende les corps de ses deux soldats tués pendant la guerre de l’été 2014 à Gaza.

Déchargement des containers du navire cargo Lady Leyla, le 3 juillet 2016, dans le port d'Ashdod,en Israël, à une trentaine de kilomètres au nord de la bande de Gaza. REUTERS/Amir Cohen