Pourquoi « l’intifada des couteaux » continue

« Les enfants perdus de la génération d’Oslo ». Les attaques à l’arme blanche perpétrées depuis octobre 2015 par de jeunes Palestiniens contre des Israéliens — couramment désignées sous le terme d’« intifada des couteaux » — ne sont pas près de s’arrêter, tant que ces enfants perdus resteront déterminés à transformer en action leur désespoir face à un horizon totalement bouché. Pendant ce temps, Benyamin Nétanyhaou promet aux Israéliens un avenir radieux : leur « villa dans la jungle » sera un jour entièrement clôturée.

Sylvain Cypel, Orient XXI, mercredi 24 février 2016

Steve Evans, 15 janvier 2015

On a pu croire un moment, en décembre-janvier, que l’« intifada des couteaux » — qui désigne les attaques commises par de jeunes Palestiniens avec des outils coupants contre des soldats, des colons et parfois des civils israéliens à l’intérieur même d’Israël —, lancée le 1er octobre 2015 par l’assassinat d’un couple de résidents de la colonie religieuse de Neria, s’essoufflait et déclinait. On constate qu’il n’en est rien. Vendredi 19 février, deux membres de la police des frontières étaient attaqués au couteau à la porte de Damas, une des principales entrées de la Vieille Ville de Jérusalem, et légèrement blessés par un Palestinien de vingt ans du village de Kfar Aqab, situé à l’intérieur des limites municipales de la ville. Comme dans la grande majorité des cas, l’assaillant était abattu aussitôt par les forces israéliennes. Selon l’agence palestinienne Ma’an, dimanche 21 février au matin, les forces israéliennes ont arrêté deux jeunes : un garçon de 14 ans d’un village près d’Hébron et une jeune fille de 17 ans du district de Naplouse, tous deux suspectés d’avoir cherché à attaquer des soldats au couteau. Quelques heures plus tard, un jeune de quinze ans qui avait tenté de poignarder un soldat israélien était tué près de Naplouse.

Un pic avait été atteint le 14 février, avec huit attaques perpétrées en différents points de la Cisjordanie et à Jérusalem-Est en l’espace de douze heures : trois à l’arme blanche, trois autres avec des armes à feu et deux avec des bombes artisanales. Aucune n’a fait de victime, comme c’est le cas en général. Cinq parmi les assaillants palestiniens ont été tués (là encore, comme à l’accoutumée) et l’un gravement blessé. Selon les autorités israéliennes, le 19 février, en quatre mois et demi, 31 Israéliens étaient décédés des suites de ces attaques, et 174 Palestiniens avaient été abattus (et un peu plus d’une quarantaine d’autres capturés). Des chiffres d’une envergure « limitée », comparé au pic de la seconde intifada, par exemple. Mais le responsable des affaires sécuritaires du journal Haaretz, Amos Harel, comparant avec les quatre premiers mois et demi de cette seconde intifada, parvient à une conclusion sans appel : « Israël est en pleine intifada » [1]. Car le nombre des victimes il y a 15 ans, durant la même période initiale, étaient certes supérieur, mais seulement deux fois plus (58 Israéliens et 320 Palestiniens décédés).

Des attaques imprévisibles

Qui sont les assaillants ? Le Shin Bet, le service de sécurité intérieure israélien, a livré le 15 février un certain nombre de données : la moitié des 228 attaques palestiniennes « au couteau » recensées depuis le 1er octobre 2015 ont été le fait de jeunes de moins de 20 ans, dont 10 % avaient moins de 16 ans. Près de 90 % avaient moins de 25 ans, et les femmes constituaient 11 % d’entre eux. Contrairement à l’idée reçue, la plupart ne venait pas de la région de Jérusalem, mais de Hebron, de Ramallah et leurs environs, des grandes villes situées à l’intérieur du mur qui entoure la Cisjordanie. Devant la difficulté à franchir ce mur, les trois quarts des attaques se sont d’ailleurs déroulées en Cisjordanie même, visant prioritairement des militaires et des colons.

Même si Benyamin Nétanyahou tente d’accréditer l’idée que le président de l’Autorité palestinienne est responsable de cet « accès de violence », qu’il y incite ou ne le combat pas, ses propos, même en Israël, tombent à plat. Car tant le Shin Bet que les services de renseignement militaire sont démunis devant la nature de ces attaques. Au bout d’un mois d’« intifada des couteaux », un haut responsable du Shin Bet avait dû admettre que son organisme n’avait disposé d’informations sur aucun de ceux qui avaient perpétré ces attaques. Et que ces dernières n’avaient pas été préparées par ou avec le concours d’organisations palestiniennes connues, ni du côté laïc (Fatah, Front populaire de libération de la Palestine -– FPLP — notamment), ni du côté religieux (Hamas, Djhad islamique). Cette situation n’a pas évolué. Le chef d’état-major, le général Gadi Eizenkot, a admis à son tour en janvier que le renseignement militaire n’avait pas reçu la moindre alerte avant les 101 premières attaques. « Depuis, il y a eu des douzaines de nouvelles attaques, mais il n’y a toujours pas la moindre alerte préalable. (…) Les forces de sécurité tâtonnent toujours en quête d’une solution », écrit encore Harel.

Sur le plan politique, quelques ministres ont proposé de prendre des mesures draconiennes de fermeture des territoires palestiniens pour rassurer la population israélienne. Mais, hormis le fait qu’il serait difficile de maintenir un couvre-feu général sur la totalité des villes et villages palestiniens sur le long terme, un simple bouclage de la Cisjordanie aurait peu d’effet : comme on a vu, les principales attaques sont menées sur des colons et des militaires en Cisjordanie même. L’armée et le Shin Bet se sont d’ailleurs opposés à un renforcement de la répression, arguant que dans la phase actuelle, cela aurait vraisemblablement un effet incitatif plutôt que dissuasif sur la jeunesse palestinienne pour multiplier plus encore les attaques.

« Je n’appartiens à personne »

Vu l’attitude des forces de l’ordre israélienne, qui tirent souvent pour tuer préventivement, sur simple suspicion, avant que l’attaquant ait eu le temps de commettre son acte, il est clair que les jeunes qui se lancent dans ce genre d’attaques savent pertinemment qu’ils ont très peu de chances d’en sortir vivants. Ce sont les « enfants perdus de la génération d’Oslo », estime Amira Hass, la correspondante du journal israélien Haaretz dans les territoires palestiniens occupés, au cours d’un entretien avec l’auteur le 21 février. Ceux qui partent à l’assaut avec un couteau ou un tournevis en poche ne sont pas particulièrement pauvres, même si certains d’entre eux le sont, note-t-elle, et dans presque la totalité des cas, ils ne sont pas organisés politiquement. Âgé d’un peu moins de trente ans, l’un des assaillants tué par les forces israéliennes avait laissé un message aux organisations palestiniennes dans lequel il indiquait n’être membre d’aucune d’entre elles. « Ne m’adoptez pas » comme un martyr, leur écrivait-il, comme pour leur dire : je n’appartiens à personne. De sources concordantes, il semble que ces jeunes focalisent l’essentiel de leur rage sur les colons, leur arrogance et leur impunité, qui fonctionnent en miroir de leur propre impuissance, même si, à l’intérieur de la Cisjordanie, ils attaquent aussi des soldats.

La recrudescence des attaques ne laisse pas uniquement les forces de l’ordre israéliennes sans ligne de conduite claire. Les dirigeants palestiniens eux-mêmes sont sans réponse face à cette vague sur laquelle ils n’ont aucune prise. Et ils tentent visiblement d’y mettre fin, même s’ils ne peuvent la critiquer publiquement. Fin janvier, Amira Hass racontait comment le ministère de l’éducation de l’Autorité palestinienne était intervenu avec la municipalité (dirigée par le Fatah) de Qabatiyah, pour essayer de faire cesser ces attaques. Dans ce bourg palestinien de 31 000 habitants, 10 jeunes Palestiniens, dont 6 du même établissement scolaire étaient déjà partis commettre des attaques sans crier gare. Parmi eux, un étudiant en ingénierie médicale de 23 ans, Mohammed Sabaaneh, qui poursuivait brillamment ses études à l’université arabe américaine de Jénine avant d’aller un beau matin, avec un jeune cousin, s’en prendre à deux soldats israéliens en faction à un check-point. « Les membres du Fatah ne l’admettent pas publiquement, mais ils savent qu’ils sont en train de perdre la jeune génération » [2], écrivait la journaliste.

Un désespoir actif

Ces Palestiniens vivent dans le sentiment d’un horizon totalement bouché et de l’impossibilité de sortir de leur enfermement. Une claustration qui n’atteint pas la dimension de ce qui advient à Gaza, dit la journaliste, mais « le Mur leur indique que leur avenir est le même ». Étudier devient très difficile, travailler presque impossible, se déplacer est une épreuve, voyager un rêve. Et le sentiment d’impuissance enfle : depuis l’échec de la seconde intifada, les Israéliens renforcent les colonies à un rythme accéléré, et les destructions de maisons palestiniennes, pour des motifs « sécuritaires » ou simplement « administratifs » enflent dans une impunité internationale absolue (les ONG israéliennes ont constaté récemment un accroissement important des destructions d’édifices subventionnés par l’Union européenne).

À cela s’ajoute le poids de l’absence de leadership palestinien, avec une direction du Fatah vieillissante et discréditée, incapable de promouvoir une mobilisation populaire, et un Hamas isolé et n’offrant pas de réelle alternative. Indubitablement, la multiplication des agressions à l’arme blanche incluant la probabilité de sa propre mort violente implique un phénomène d’émulation entre ces jeunes. Mais elle ressort surtout de ce que Hass nomme « un désespoir actif », sur fond de fragmentation et de passivité générale d’une société palestinienne abattue : les manifestations de soutien aux nouveaux « martyrs » rassemblent beaucoup moins de monde que, par exemple, les mobilisations identiques au début de la seconde intifada. Dans le « monde sans horizons » qu’elle décrit, entre le refus de poursuivre cette vie d’enfermement imposé et l’impossibilité ou l’incapacité d’y mettre fin collectivement, pour ces jeunes Palestiniens, reste au moins à agir pour ne plus subir. Quitte à en mourir.

Retour de « la villa dans la jungle »

Pendant ce temps, Benyamin Nétanyahou promet à ses compatriotes un avenir radieux. Le 9 février 2016, il a annoncé un vaste plan pluriannuel de prolongement et de consolidation de tous les murs, clôtures, fossés, etc. qui entourent le pays. « À la fin, l’État d’Israël tel que je le vois sera entièrement clôturé. On va me dire : est-ce donc ce que vous voulez, protéger la villa ? La réponse est oui. Va-t-on entourer tout l’État d’Israël de barrières et de clôtures ? La réponse est oui. Dans la région où nous vivons, nous devons nous défendre face à des bêtes sauvages » [3]. L’image célèbre de la « villa dans la jungle », d’un Israël seul État civilisé entouré d’animaux sauvages, avait déjà été émise, après l’échec de Camp David à l’été 2000, par le premier ministre travailliste de l’époque, Ehoud Barak.