Palestiniens au purgatoire : les citoyens déplacés à l’intérieur d’Israël

Environ 300 000 Palestiniens ont la citoyenneté israélienne mais vivent encore comme des « réfugiés internes » au sein des frontières d’Israël

Mona Bieling, Middle East Eye, vendredi 29 juillet 2016

Je suis retournée à Haïfa il y a deux semaines et j’ai immédiatement été attirée vers le quartier palestinien abandonné de Wadi Salib, situé entre le quartier animé de Hadar et le port de Haïfa. À Wadi Salib, la vie s’efface. Les habitants de la région ont été chassés par la guerre de 1948 – la Nakba (« catastrophe ») selon les Palestiniens – et ne furent jamais autorisés à revenir. La repopulation de la zone avec des juifs mizrahim dans les années 1950 a lamentablement échoué et, depuis, Wadi Salib a été abandonné à son sort.

Des plans actuels pour ranimer la région ont cependant commencé à prendre forme. La création d’un bureau pour les soldats démobilisés à l’une des entrées de Wadi Salib, juste à côté de l’ancien cimetière, est l’une des grandes ironies d’Israël et de ses rapports avec son histoire.

La question des réfugiés palestiniens s’est posée suite à la Nakba de 1948 et l’expulsion par les forces juives de 750 000 citoyens arabes de la Palestine mandataire. Cependant, au cours de cette même guerre, un deuxième groupe de personnes déplacées a été créé, lequel a largement échappé à l’attention du public. Ce groupe était composé d’environ 25 000 Palestiniens qui ont été déplacés à l’intérieur du pays pendant la guerre de 1948. Ils ont été contraints de quitter leurs foyers, mais ont réussi à rester dans les frontières de l’État nouvellement créé d’Israël. Après la guerre, ils ont été empêchés de rentrer chez eux. Ce groupe de personnes est souvent désigné comme « réfugiés internes » ou « Palestiniens déplacés internes (PDI) » et représente environ un quart de la communauté palestinienne en Israël aujourd’hui.

Ces déplacés internes, estimés à environ 300 000 personnes, entrent dans une catégorie différente des Palestiniens non déplacés de nationalité israélienne parce qu’ils ont un passé distinct qui est connecté à un ensemble unique de revendications. Dans le même temps, ils ne doivent pas non plus être traités comme des réfugiés palestiniens car ils sont le seul groupe de Palestiniens déplacés à avoir reçu la citoyenneté israélienne.

De toute évidence, les déplacés internes constituent « une minorité au sein d’une minorité ». Un équilibre sain devrait être recherché entre, d’une part, insister sur leur caractère unique et aborder les injustices qui ont été commises à leur égard et, d’autre part, placer leur lutte au sein de la lutte de la communauté palestinienne dans son ensemble.

En fin de compte, aliéner une communauté palestinienne par rapport à une autre sur la base de l’unicité de son sort ne fera pas avancer, mais entravera plutôt, la lutte pour la justice que partagent tous les Palestiniens.

Racines historiques et implications

Tout de suite après la cessation des combats en 1948, Israël a imposé la loi martiale à l’ensemble de la population palestinienne demeurant à l’intérieur d’Israël. Cette loi est restée en place jusqu’en 1966 et restreignait drastiquement la circulation des Palestiniens et les activités collectives. Parmi les autres mesures prises par les autorités israéliennes pour empêcher le retour des déplacés internes figurent la déclaration de villages abandonnés comme zones militaires, la repopulation des villages abandonnés par des colons juifs, la destruction des maisons restantes ou la plantation d’arbres et le changement de nom de ces villages pour enfouir leur passé.

À la fin de la guerre de 1948, 167 villages palestiniens dans le nord étaient abandonnés ou détruits. Sur les 70 villages restants, 47 ont accueilli les 25 000 déplacés internes venant de 44 villages au total. Tandis que les Palestiniens des villages d’accueil étaient généralement très réceptifs envers les personnes cherchant refuge dans leurs villages, quand il est lentement devenu évident qu’un retour rapide des personnes déplacées était impossible, des tensions sont apparues dans les villages d’accueil.

Hormis la situation économique discriminatoire à l’égard des Palestiniens, tant locaux que déplacés, par rapport aux citoyens israéliens juifs, les déplacés internes constituent véritablement une communauté distincte au sein de leurs villages d’accueil.

Premièrement, les communautés déplacées se sont installées dans des quartiers distincts ou en marge des villages d’accueil. Restant dans les limites étroites de leur communauté familiale et villageoise étendue, les Palestiniens déplacés ont cherché à conserver leur identité en tant que communauté originaire d’un autre endroit et désirant y retourner. Dans le même temps, cette séparation géographique a empêché la véritable intégration des personnes déplacées au sein des communautés locales.

Deuxièmement, les communautés déplacées ainsi que les zones dans lesquelles ils ont emménagé ont été renommées d’après le village d’où ils étaient originaires. Par exemple, les Palestiniens déplacés du village Mi’ar vivent dans des quartiers appelés Mi’ari dans leurs villages d’accueil. L’existence de quartiers appelés Mi’ari dans plusieurs villages d’accueil suggère que les personnes déplacées originaires de ce village s’identifieraient plutôt avec d’autres quartiers Mi’ari qu’avec la communauté de leur village d’accueil. Cette politique consistant à renommer les lieux empêche une fois de plus l’intégration totale des déplacés dans leurs villages d’accueil et renforce leur identité distincte en tant que réfugiés internes.

Troisièmement, l’identité de ces déplacés internes se compose d’une notion positive (« Je viens de là ») et d’une notion négative (« Je ne suis pas d’ici »). Ces deux aspects de l’identité existent simultanément et distinguent les déplacés internes de la communauté locale. Bien que la notion positive puisse coexister avec une tentative d’intégration dans le village d’accueil, la notion négative ne le peut pas car elle met l’accent sur le caractère distinctif de la personne déplacée comme appartenant à un autre endroit.

Chansons des dépossédés

Après une longue période d’absence presque totale de la lutte des déplacés internes dans l’arène politique, ces derniers ont commencé à se faire entendre dans les années 1990. En 1992, ils ont créé l’Association pour la défense des droits des Palestiniens déplacés internes (ADRID) comme forum représentatif, lequel fonctionne encore aujourd’hui. L’objectif principal de l’association est la mise en œuvre intégrale de la résolution 194 des Nations unies, qui comprend le droit au retour des déplacés internes ou une compensation. En outre, l’ADRID a souligné que les déplacés internes constituent un groupe unique au sein de la communauté palestinienne générale car ils sont à la fois déplacés et citoyens d’Israël.

On trouve une expression récente de cette identité de déplacés internes parmi les jeunes militants du village déplacé d’Ikrit. En 2012, des membres de la troisième génération de déplacés internes dont les ancêtres ont été déplacés d’Ikrit sont retournés dans le village afin de s’y réinstaller. Lorsque cette tentative a échoué et que les jeunes ont été expulsés de force deux ans plus tard, ils ont trouvé une autre façon d’exprimer leur lien avec leur foyer familial inaccessible : ils ont produit un album avec une musique faite de sons du village et des paroles sur le village. Dans son ensemble, cet album est un témoignage unique et puissant de l’identité de la génération actuelle de déplacés internes qui désire rentrer.

Malgré tout cela, Israël a toujours nié que les déplacés internes aient une identité distincte au sein de la société israélienne. Le refus d’Israël d’aborder séparément la question des déplacés internes est délibérée et reflète la réticence de l’État à reconnaître l’existence de ce problème au sein de ses frontières. Israël empêche également les déplacés internes de retourner dans leurs foyers et, en même temps, tente d’effacer le souvenir de leur vie antérieure, ainsi que leur identité fortement tributaire de leurs villages.

En négligeant les déplacés internes et en niant leurs demandes de retour, Israël passe à côté d’une chance unique de rétablir la justice et, à la place, continue de prendre des mesures qui entraveront très certainement toute négociation de paix à venir. Au lieu de saisir cette occasion de détente, Israël est en train de faire exactement le contraire : le déplacement interne de faible intensité en cours a été une caractéristique distincte du traitement par Israël de ses citoyens palestiniens au cours des 68 dernières années.

Alors que le retour physique de la plupart des déplacés internes serait probablement possible, le cœur de cette question se situe, bien entendu, dans la sphère idéologique. La reconnaissance du droit au retour des déplacés internes par Israël impliquerait la reconnaissance des événements de 1948 dans leur intégralité, y compris le processus de nettoyage ethnique qui a été mené intentionnellement. Une telle reconnaissance est encore cependant un rêve appartenant à un avenir lointain.

- Mona Bieling est une étudiante de troisième cycle en histoire internationale à l’Institut universitaire de hautes études internationales et du développement (IHEID) à Genève, en Suisse.

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.

Photo : vue de Wadi Salib à Haïfa, le 5 mars 2011 (Hanay/Wikimedia).

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.