Nouvelles installations de colons israéliens à Jérusalem-Est

Libération avec AFP, mercredi 11 mai 2016

Vue sur l'esplanade des Mosquées située à Jérusalem-Est, lieu saint de l'islam et le site le plus sacré pour les juifs, le 25 avril 2016 Photo AHMAD GHARABLI. AFP

Des colons israéliens ont pris possession d’une maison au coeur de la Vieille ville à Jérusalem-Est, tandis qu’une ONG israélienne dénonçait l’installation du siège d’une organisation pro-colons dans un autre quartier de la partie palestinienne de la Ville sainte occupée et annexée par Israël.

« Un nouveau bâtiment aux mains des juifs dans la Vieille ville », proclamait lundi l’organisation Ateret Cohanim qui milite pour la judaïsation de Jérusalem-Est.

L’organisation évoque une « acquisition », tandis que les Palestiniens dénoncent une « appropriation sous protection policière » et une expansion de la colonisation, illégale aux yeux de la communauté internationale qui la considère comme un obstacle majeur à la paix.

Depuis l’occupation de 1967, Israéliens et Palestiniens se livrent une bataille pour Jérusalem-Est : les Palestiniens veulent y établir la capitale de l’Etat auquel ils aspirent et Israël considère tout Jérusalem comme sa capitale indivisible.

Pour emménager dans des maisons occupées par les Palestiniens, les colons se servent d’actes d’achat officiels ou d’une loi qui place sous la tutelle de l’Etat israélien les biens dont les propriétaires ont fui lors du conflit en 1948. Ils utilisent parfois des hommes de paille palestiniens et des sociétés prête-noms, accusent les défenseurs du caractère palestinien de Jérusalem-Est.

Ateret Cohanim est particulièrement active dans les quartiers à l’intérieur et aux abords de la Vieille ville où se trouvent les lieux saints des trois religions monothéistes. Elle assure à chaque nouvelle installation seulement « faciliter les acquisitions ».

« Le bâtiment va accueillir trois ou quatre familles juives et des étudiants de yeshivas », des écoles talmudiques, poursuit l’organisation qui recense plus de 1.000 juifs dans le quartier musulman de la Vieille ville, en plus de 4.000 autres dans le quartier juif, considéré comme un quartier de colonisation par la communauté internationale.

De quelques centaines en 1967, les juifs sont désormais environ 195.000 sur une population de 450.000 à Jérusalem-Est.

Au même moment, l’ONG israélienne La Paix Maintenant dénonçait « la construction d’un énorme bâtiment surnommé Amana House dans le quartier de Cheikh Jarrah à Jérusalem-Est » qui abritera les locaux d’Amana, « une entité privée qui milite pour établir ou agrandir des colonies et étant derrière de nombreuses colonies sauvages dans les Territoires » palestiniens. Les colonies sauvages sont illégales aux yeux de la loi israélienne.

La Paix Maintenant accuse le gouvernement de Benjamin Netanyahu, l’un des plus à droite de l’histoire d’Israël, de « faire le sale boulot » en « expropriant des Palestiniens de terres privées via une procédure illégale pour les attribuer à Amana ».