Netanyahu tente de rassurer Kerry sur un projet de colonies en Cisjordanie

L’Orient le Jour avec AFP, mardi 11 octobre 2016

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’est entretenu avec le secrétaire d’Etat américain John Kerry pour tenter d’apaiser la colère de Washington après l’annonce d’un projet de colonies en Cisjordanie occupée, a indiqué dimanche un responsable israélien.

Cette initiative portant sur la construction de logements au coeur de la Cisjordanie avait provoqué une condamnation inhabituellement dure de la part de la Maison Blanche qui avait accusé le gouvernement israélien de ne pas tenir parole.

Le président américain Barack Obama a durci ses critiques ces derniers mois contre la poursuite de la colonisation israélienne, avertissant que cette politique détruisait l’espoir de parvenir un jour à une solution de deux Etats pour deux peuples israélien et palestinien.

Le ton adopté par les Etats-Unis a suscité l’inquiétude des dirigeants israéliens qui redoutent que le président Obama présente les grandes lignes d’un plan de paix qui serait inacceptable pour eux ou qu’il décide de soutenir une résolution au Conseil de sécurité de l’Onu condamnant la colonisation israélienne avant son départ de la Maison blanche en janvier.

Selon un responsable israélien sous couvert de l’anonymat, M. Netanyahu a assuré M. Kerry que le nouveau plan de construction de logements ne constitue qu’une alternative "au cas où une autre solution ne serait pas trouvée" pour reloger les habitants d’Amona, une colonie sauvage israélienne dont la démolition a été ordonnée par la Cour suprême.

Selon les médias israéliens, la conversation entre MM. Netanyahu et Kerry s’est déroulée samedi.

Le projet qui a provoqué le courroux de Washington porte sur un total de 300 logements à l’est de Ramallah. Selon les responsables israéliens, il ne s’agit pas d’une nouvelle colonie, mais de l’extension d’une colonie déjà existante.

La Paix Maintenant, une ONG israélienne hostile à la colonisation, a en revanche estimé qu’il s’agissait d’une nouvelle colonie dans la mesure où elle doit être érigée à deux km de l’implantation existante. Ce projet a été révélé quelques jours après que le président Obama a donné son feu vert à l’octroi d’une aide militaire américaine à Israël de 38 milliards de dollars sur dix ans et assisté à l’enterrement de l’ancien président israélien Shimon Peres.

Pour la communauté internationale, la présence de près de 600.000 colons israéliens dans les Territoires palestiniens occupés est l’un des principaux obstacles au règlement d’un conflit vieux de près de 70 ans. La communauté internationale n’établit aucune distinction entre colonies sauvages et colonies légales du point israélien.

L’Union Européenne a elle aussi dénoncé le projet en affirmant vendredi qu’Israël "va directement à l’encontre des recommandations du Quartette" sur le Proche-Orient (Onu, Etats-Unis, Russie et Union européenne).

Par ailleurs, le ministre de l’Education et chef du Foyer juif, un parti nationaliste religieux fervent partisan de la colonisation Naftali Bennett avait proclamé la semaine dernière qu’il fallait "sacrifier sa vie" pour la cause de l’annexion de la Cisjordanie. Il était ensuite revenu sur cette déclaration qui avait provoqué une polémique.