Mohammed Allan enfin libre

L’avocat et prisonnier palestinien Mohammed Allan devait recouvrer la liberté ce mercredi après un an de détention sans inculpation, un régime d’emprisonnement contre lequel il a lutté au risque de sa vie.

L’Humanité avec AFP, mardi 10 novembre 2015

C’est une décision des services pénitentiaires israéliens n’ont pas fourni plus de détails, par exemple sur les lieux de sa libération.

Symbole de la lutte contre la détention sans inculpation

Mohammed Allan avait frôlé la mort en août après avoir observé une grève de la faim de deux mois jusqu’à ce que la justice israélienne suspende son maintien en détention administrative. Cette mesure extrajudiciaire permet à Israël d’emprisonner des suspects sans inculpation ni procès pour une durée de six mois renouvelables indéfiniment. Jusqu’alors quasiment inconnu, Mohammed Allan, avocat de 31 ans à Naplouse dans le nord de la Cisjordanie occupée, est devenu le visage de la lutte contre la détention administrative. Il avait été arrêté le 6 novembre 2014 "sur la base de témoignages et d’informations selon lesquels il était en contact avec un activiste terroriste du Jihad islamique en vue de commettre des attentats de grande envergure", selon des sources sécuritaires israéliennes.

Sa détermination à combattre la détention administrative, éventuellement jusqu’à la mort, avait conduit les autorités israéliennes dans une impasse politique et humanitaire. Devant son état alarmant, des comas répétés et les atteintes subies par le cerveau, la Cour suprême avait fini par suspendre sa détention administrative en août. Une fois tiré d’affaire, il avait de nouveau été arrêté le 16 septembre par les Israéliens et remis en détention administrative. Il avait alors repris sa grève de la faim. Mais il avait recommencé à s’alimenter au bout de quelques jours, apparemment après avoir reçu l’assurance que sa détention administrative ne serait pas prolongée en novembre.

Plus de trois cents prisonniers palestiniens sont en détention administrative en Israël.