Messages à la Conférence sur la Résistance populaire à Bil’in

Une importante délégation française est présente à Bil’in malgré les aléas des transports. Parmi les militants, le président de l’Afps, Jean Claude Lefort, qui apportera directement le message de solidarité de l’Afps, et plusieurs membres de son bureau national [1].
D’autres associations et partis ont fait part de leurs messages :

Bil’in village, jeudi 22 avril 2010

Message du MAN Côte d’Or au comité populaire de Bil’in pour la 5ème conférence

Il y a près de quatre ans, le 3 juin 2006, j’ai participé au Salon des Initiatives de Paix, à Paris, et j’ai assisté à l’atelier « résistance non-violente en Palestine et Israël ». Je découvrais cette résistance non-violente, imaginative, à travers la présentation faite en commun par un jeune palestinien, Mohamed Khatib du Comité populaire contre le mur et une jeune israélienne de la coalition israélienne contre le mur. Pour soutenir ce mouvement de résistance populaire, dès le 1er septembre 2006, le MAN Côte d’Or, avec six autres associations, décidait d’organiser un rassemblement mensuel, le 1er vendredi de chaque mois, pour faire connaître le combat des villageois de Bil’in contre le mur et faire signer des pétitions adressées au Président de la République française et au secrétaire général du Conseil de l’U.E (*).

Aujourd’hui, ma déception est grande de ne pouvoir participer à la 5ème conférence internationale de Bil’in, les aéroports ayant été fermés à cause du nuage volcanique islandais. Beaucoup d’internationaux se préparaient à participer à la conférence, malgré la décision de l’armée israélienne de déclarer Bil’in et Ni’lin, « zones militaires fermées ». Il faudrait plutôt déclarer Bil’in et Ni’lin, « zones de paix » et aussi tous les lieux (Al Massara, Nebi Salah, Silwan, Cheikh Jarah,…) où la résistance populaire non-violente se développe. D’ailleurs, j’aimerais disposer d’une carte avec ces dizaines de « zones de paix » en Cisjordanie pour mieux faire connaître l’ampleur de votre lutte…

Une délégation d’associations a été récemment reçue au Ministère des Affaires étrangères à Paris et le porte-parole du Ministère a déclaré : « La France a toujours manifesté sa solidarité avec les habitants de ce village et ceux qui les soutiennent dans leur combat pacifique pour faire respecter leurs droits. Le choix de la non-violence est la seule manière possible de progresser vers la paix ».

Le MAN Côte d’Or réaffirme son soutien à votre lutte non-violente et entend continuer son action en interpellant d’autres associations partenaires (en France et en Europe), en sollicitant l’appui d’élus et de parlementaires français et européens, et en développant l’action BDS. Nous attendons, bien sûr, les conclusions de la Conférence, pour les diffuser.

Nous espérons que la 5ème Conférence sera riche de rencontres et de propositions pour développer la coordination entre les différents comités populaires et susciter une solidarité plus large de la communauté internationale. Nous vous adressons nos pensées les plus cordiales, bonne conférence !

Daniel Noisette, MAN Côte d’Or (Dijon, France)

Message du Mouvement de la Paix à la Conférence de Bil’in

Les 11 personnes qui devaient faire partie de la délégation du Mouvement de la paix n’ont pas pu partir du fait de la fermeture des aéroports en France. Deux amis pourront peut-être rejoindre la conférence et nous représenter pour manifester notre soutien et notre solidarité à la 5ème Conférence de Bilin, à Abdullah Abu Rahman et à tous ceux qui on été enlevés dans la plus totale illégalité et à leurs familles, à toute la population des villages soumise à une violence croissante. Manifester aussi notre émotion à l’occasion du 1er anniversaire de la mort de Bassem.

Nous sommes très tristes de ne pas pouvoir participer, car cette délégation était pour nous d’une grande importance. Pour le Mouvement de la Paix, attaché à la culture de paix et de la non-violence, la résistance populaire qui s’étend dans toute la Cisjordanie, à Jérusalem-Est, à Bethléem, mais aussi à Gaza représente pour nous un grand espoir et un moyen politique d’action pour la construction de l’état palestinien. Une paix juste et durable sur la base des résolutions de l’ONU est possible, et peut seule garantir la sécurité des populations de la région. Cela suppose la création de l’état palestinien sur les frontières de 1967, avec Jérusalem Est comme capitale

Les obstacles actuels aux négociations viennent bien du gouvernement de Benyamin Netanyahou qui ne cesse de multiplier les décisions provocatrices (constructions de colonies, destructions de maison à Jérusalem, annexion des lieux saints, etc.) Il cherche aussi par tous les moyens à briser ce mouvement qui l’inquiète fortement par une violente répression contre toute la population. . Mais, malgré la violence qui s’exerce depuis 5 ans contre les manifestations à Bil’in et dans les autres villages, malgré les raids nocturnes, les arrestations de jeunes, de responsables des comités populaires, la fermeture des zones pour empêcher la venue d’israéliens et d’internationaux, la 5ème Conférence de Bil’in sera de nouveau un grand moment politique et solidaire. La répression ne vient pas à bout du courage, de la persévérance et de l’imagination créatrice de toute la population, avec le soutien du réseau international créé lors de la conférence de Bil’in l’année dernière.

Le Mouvement de la paix participe au réseau de soutien en faisant circuler l’information dans tous ses comités et divers réseaux en France, par le moyen d’une lettre d’information diffusée à plusieurs milliers d’exemplaires et de notre journal Planète paix. Depuis l’été 2009, nous avons eu plusieurs initiatives pour protester contre la répression. Nous essayons avec AFPS de rassembler largement de nombreuses organisations. Avec plusieurs d’entre elles, nous avons rencontré plusieurs fois le cabinet du Ministre des Affaires étrangères pour lui demander d‘intervenir avec AFPS et des organisations importantes. En Août un appel contre la répression a été signé par 40 organisations dont la CGT, plus grande organisation syndicale de France. Suite à une intervention en février, le Ministère a publié un communiqué de presse soutenant la résistance de Bil’in, Mais pour le moment ; même si l’attitude d’ISRAËL est condamnée, les réactions internationales restent bien timides et la politique de colonisation et de répression en toute impunité continue !

Nous pensons que les européens présents à la conférence de Bil’in devraient, dans le cadre de la campagne BDS, décider lors de cette Conférence, le lancement d’une grande campagne européenne pour la suspension de l’accord d’association entre l’Union Européenne et Israël

Nous essayons aussi de faire intervenir des élus à tous les niveaux, avec notamment le soutien de l’ANECR, (association nationale des élus communistes et républicains) qui a envoyé une déclaration de Soutien à la conférence de Bil’in. Nous devions apporter aussi des déclarations de soutien venant de maires, d’élus locaux ou régionaux. Déclaration de la ville de Nanterre, d’élus de Marseille,…. Un élu de Saint-Denis qui n’a pas pu venir, devait apporter une lettre du Maire de cette ville.

Nous voulions aussi témoigner notre solidarité à Salah Hamouri (mais Jean-Claude Lefort le fera sans doute) jeune franco-palestinien emprisonné depuis plus de 5 ans et rencontrer sa mère, Denise Hamouri, qui se bat pour sa libération. Salah Hamouri a été proclamé citoyen d’honneur de plusieurs villes, alors que notre président refuse toujours de recevoir sa mère.

Solidarité aussi et surtout à Abdullah et à tous ceux qui ont été arrêtés ces derniers mois et à leurs familles.

Nous souhaitons plein succès et bonne chance à cette 5ème Conférence de Bil’in malgré l’absence de nombreux délégués du fait des perturbations des voyages, malgré la répression israélienne et nous espérons qu’elle aboutira à des propositions d’actions.

Nicole BOUEXEL Mouvement de la Paix Responsable du Groupe de travail Proche-Orient

Message du Parti communiste

Conférence de Bil’in : le PCF est solidaire de ce combat légitime et courageux

Le Parti communiste français salue la tenue, du 21 au 23 avril, de la 5e Conférence internationale de Bil’in pour la résistance populaire palestinienne. Des Israéliens et des Palestiniens se réunissent pour exprimer leur volonté commune d’un règlement non-violent du conflit. Pour la première fois, les secrétaires généraux de tous les partis palestiniens siègeront ensemble lors de cette conférence. C’est un événement politique majeur.

De nombreux soutiens internationaux seront présents. Des Communistes français devraient participer à la conférence, si les conditions de circulation aérienne le permettent.

Le mur d’annexion qui traverse et divise Bil’in est l’emblème d’une politique illégale et illégitime d’occupation et de colonisation, dont les pratiques d’apartheid sont maintenant largement dénoncées dans le monde. Dans un contexte de détérioration très grave de la situation issu du refus de B. Netanyahu de toute négociation véritable et de toute solution politique conforme aux résolutions de l’ONU, le Parti communiste français est solidaire de ce combat légitime et courageux mené à Bil’in et au-delà pour les droits du peuple palestinien à la paix et à l’édification d’un Etat indépendant à côté de l’Etat d’Israël.

Parti communiste français

Paris, le 20 avril 2010.

Message des Verts

Bil’in, mobilisation non violente contre le mur de l’apartheid et contre la colonisation

Communiqué de presse du 15 avril 2010

Les Verts soutiennent la population de Bil’in dans sa résistance non-violente contre le Mur de l’apartheid, la ségrégation et l’occupation. Jérôme Gleizes, responsable de la commission transnationale les représentera lors de la 5e conférence internationale qui se tient à Bil’in, Palestine, les 21, 22 et 23 avril 2010.

Ce combat non violent n’a pas cessé depuis février 2005 quand les bulldozers israéliens ont commencé à arracher des oliviers sur le futur tracé du Mur, qui prend 60% des terres de ce village de Cisjordanie au profit de l’extension d’une immense colonie, qui s’accapare une grande partie des ressources en eau. Depuis, les habitants de Bil’in manifestent pacifiquement, tous les vendredis, avec le renfort de militants anticolonialistes israéliens et internationaux. Depuis 2006, ils ont organisé 4 conférences internationales qui leur permettent de réunir leurs soutiens locaux et internationaux ainsi que les représentants des autres villages de Cisjordanie qui les rejoignent dans leur résistance.

Bil’in a remporté son procès devant la Haute Cour de Justice israélienne qui a ordonné à l’armée de déplacer le tracé du Mur. Non seulement les militaires israéliens ignorent cette décision, mais intensifient la répression contre les habitants de Bil’in et des villages de Cisjordanie qui suivent son exemple.

Bil’in est devenu le symbole de la résistance non-violente d’une population qui ne plie pas devant l’injustice et la terreur.

La décision du Tribunal de déplacer le mur représente un pas en avant, mais c’est la destruction complète du mur, la fin de l’occupation et des colonies que réclament les habitants de Bil’in.

Face à l’Etat d’Israel qui intensifie sa politique de ségrégation, de colonisation, de blocage à Gaza et en Cisjordanie, cette résistance non violente soutenue par le mouvement du Boycott, de Désinvestissement et de Sanctions (BDS) persiste courageusement.

Ce mouvement de résistance non-violente populaire est rejoint par le mouvement international de solidarité avec la Palestine et les forces de paix en Israël. Avec eux, les Verts appellent à une participation massive à cette 5e conférence de Bil’in et à une participation large aux actions pour une paix juste et durable en Palestine.

Djamila Sonzogni, Porte-parole

Brigitte Brozio, Membre du Collège exécutif déléguée à l’international

...  [2]

[2voir aussi Radio Canada :

Une goutte pacifiste dans un océan de violence

Le choix du lieu de la rencontre donne une idée de l’esprit qui anime la cinquième Conférence internationale sur la résistance populaire palestinienne, qui s’ouvre mercredi (21 avril). En effet, le village de Bil’in, en Cisjordanie, est connu pour être le théâtre de manifestations hebdomadaires pacifiques contre l’occupation israélienne.

Pour promouvoir le combat pacifiste comme agent de changement, de nombreuses personnalités sont présentes à cette rencontre, dont le fils de Martin Luther King.

Ce dernier a expliqué qu’il était présent pour « encourager la tradition de la non-violence que mon père, Gandhi, et tant d’autres ont adoptée tout au long de l’histoire du monde. »

Cet événement se déroule au moment où des leaders palestiniens font la promotion de la lutte pacifique comme étant un des outils pour se préparer à décréter unilatéralement un État indépendant, viable, en 2011, même sans l’accord des Israéliens.

Certains surnomment cette approche l’Intifada blanche.

Le député palestinien Bernard Sabella, un des partisans de cette approche, cite l’exemple du boycottage des denrées produites dans les colonies comme moyen de lutte pacifique contre l’occupation israélienne.

« L’insistance sur la non-violence chez nous, les Palestiniens, aujourd’hui, est en accord avec le plan de M. Fayyad [le premier ministre palestinien] [pour] arriver à une position où la communauté internationale va regarder la Palestine et dire : Voilà, les Palestiniens sont bien développés dans leurs institutions, et même dans leur mentalité. Alors, pourquoi ne pas leur reconnaître un État ? », a argué M. Sabella.

Ce futur État, le premier ministre palestinien Salam Fayyad en pose les jalons depuis plusieurs mois en Cisjordanie avec des réalisations d’infrastructures et le renforcement d’institutions.

M. Fayyad affirme que le chemin vers la liberté comprend aussi les voies politique et pacifiste.

« Il y a eu des progrès dans le boycottage des produits des colonies [israéliennes], qui dérive de l’idée de résistance populaire pacifique, et j’espère que nous allons faire disparaître de nos marchés tous les produits des colonies d’ici la fin de l’année. », a affirmé M. Fayyad.

Mais le mouvement pacifiste reste limité dans les territoires palestiniens. La moitié de la population supporterait toujours la résistance armée. De nombreux Palestiniens estiment que c’est la résistance armée qui avait forcé les Israéliens à négocier par le passé et qu’il faut donc maintenir cette option.

Le fils de Martin Luther King affirme que le pacifisme portera ses fruits, car « parfois des choses miraculeuses arrivent. Il est peut-être temps qu’un miracle arrive ici », a-t-il déclaré.

Israël rejette tout calendrier pour des négociations

Israël rejette toute tentative étrangère de fixer un calendrier pour la création d’un État palestinien, a affirmé mercredi le vice-ministre des Affaires étrangères Danny Ayalon.

« Il ne faut pas faire de nouvelles concessions et signer parce quelqu’un est pressé, uniquement parce quelqu’un dit qu’il faut créer un État palestinien d’ici deux ans », a déclaré le vice-ministre.

La veille, le chef de la diplomatie israélienne Avigdor Lieberman avait déjà mis en garde contre toute tentative étrangère d’imposer une solution au conflit israélo-palestinien et rejeté à nouveau toute division de Jérusalem.

D’après un reportage d’Anyck Béraud

Radio-Canada.ca avec Agence France Presse

http://www.radio-canada.ca/nouvelle...