Liberté pour Bilal Kayed et les 7000 prisonniers palestiniens

AFPS Lille 59/62, jeudi 4 août 2016

1/08/2016 - Bilal Kayed, prisonnier palestinien, est actuellement en grève de la faim. Celle-ci dure depuis près de 50 jours. Il est accompagné par plusieurs dizaines de co-détenus. Alors qu’à l’issue de sa peine il aurait dû être libéré son emprisonnement persiste. Comme plusieurs des 7000 prisonniers palestiniens il est victime de la pratique israélienne de la détention administrative. L’AFPS Nord-Pas de Calais rappelle qu’au regard du droit international comme du droit humanitaire, la détention administrative pratiquée par Israël, leur est contraire. La 4ème Convention de Genève de 1949 qui s’applique dans le territoire palestinien occupé est violée.

Une intervention de solidarité urgente concernant les prisonniers palestiniens est d’autant plus nécessaire que, parmi ceux-ci, figurent des enfants. L’AFPS Nord-Pas de Calais popularise la campagne des ONG françaises pour la Palestine : « Enfances brisées. Les mineurs palestiniens dans le viseur de la répression israélienne ». Vous trouvez ici le travail de l’AFPS Nord-Pas de Calais à ce sujet.

Les autorités israéliennes sont appelées à libérer Bilal Kayed comme les 7000 prisonniers palestiniens, en particulier les enfants. Les dirigeants et élus français sont interpellés à ce sujet.

L’urgence concernant les prisonniers n’est pas, hélas, le seul dossier « chaud » concernant l’occupation de la Palestine. Le nettoyage ethnique se poursuit à Jérusalem comme en Cisjordanie, ainsi à Naplouse, pour laquelle notre association poursuit ses mobilisations.

Cette situation est tout sauf accidentelle : les dirigeants israéliens ne cachent pas leur volonté comme leurs pratiques expansionnistes. Pour la Palestine, le vice-ministre des Affaires Etrangères israélien déclare : « Cette terre est à nous. Toute cette terre est à nous. Nous ne devons pas nous en excuser. » Ils ne dissimulent pas leur volonté d’impunité.

Celle-ci est intolérable aux yeux des peuples. Les violations répétées du droit, les crimes comme à Gaza, l’occupation méritent sanction. C’est en toute indécence que de nombreux médias, ainsi la Voix du Nord, se livrent à la présentation d’Israël comme modèle en matière de lutte contre le terrorisme.

Toute coopération militaire ou sécuritaire doit cesser avec ce pays qui viole le droit international. L’AFPS Nord-Pas de Calais rappelle son engagement à l’appel de la société civile palestinienne de 2005, dans le mouvement pacifique de Boycott-Désinvestissement-Sanctions (BDS) contre Israël, état raciste et expansionniste. Aujourd’hui il se montre solidaire de municipalités, comme celle de Bondy, qui affirment publiquement la nécessité de respecter le droit.