Le soldat qui a abattu un agresseur palestinien gisant à terre est franco-israélien

Piotr Smolar, Le Monde, mercredi 30 mars 2016

Manifestation en soutien au soldat israélien qui a abattu un agresseur palestinien, le 29 mars, devant le tribunal militaire de Kastina, près de Kiryat-Malakhi (Ouest). JACK GUEZ / AFP

Le soldat israélien de 19 ans qui a exécuté d’une balle dans la tête un agresseur palestinien gisant à terre, jeudi 24 mars à Hébron (Cisjordanie), est également de nationalité française. Cette information, publiée sur les réseaux sociaux et des sites communautaires juifs, a été confirmée au Monde de source française.

Sur sa page Facebook, de nombreuses photographies montrent « A. » en uniforme. Il servait au sein des forces armées depuis deux ans. Il a fréquenté un établissement scolaire dans la ville de Lod (sud-est de Tel-Aviv). L’identité d’A. n’est pas précisée dans les médias parce qu’ils sont soumis à une obligation de silence (gag order, en anglais) sur certains éléments confidentiels d’enquêtes ayant trait à l’armée. Mais, sur Internet, des photos de lui circulaient déjà, sans floutage, depuis plusieurs jours. La municipalité de Bet Shemesh a même publié une affiche sur son site, comportant la photographie et le nom du soldat, qualifié de « héros national », pour appeler les habitants à se rassembler en sa faveur. Ils furent quelques dizaines à se réunir dans la soirée.

Pas de danger immédiat

A. est un infirmier appartenant à la brigade Kfir. Après avoir été arrêté, il a comparu, mardi 29 mars, devant le tribunal militaire de Kastina, près de Kiryat-Malakhi (Ouest), où plusieurs dizaines de personnes ont bruyamment exprimé leur solidarité à son égard devant l’entrée.

Avigdor Lieberman, ancien ministre des affaires étrangères, était présent. Le représentant du parquet militaire, le lieutenant-colonel Adoram Rigler, a demandé une prolongation de neuf jours de sa détention. Il a estimé que le soldat avait ouvert le feu « intentionnellement et sans aucune nécessité », alors qu’il n’y avait pas de danger immédiat. Le juge a décidé une prolongation de deux jours.

L’agresseur palestinien, Abdel Fattah Al-Sharif, avait été atteint par plusieurs balles onze minutes plus tôt, au moment où il avait tenté de poignarder un soldat, en compagnie d’un autre homme, qui, lui, a été tué sur le coup. Le soldat a été blessé à l’épaule. Abdel Fattah Al-Sharif gisait donc au sol, quasi inanimé. L’autopsie devra déterminer la gravité des premiers impacts.

Selon un militaire présent sur place, A., arrivé en renfort après l’événement, a confié que l’agresseur « méritait de mourir », rapporte la presse israélienne. Ses avocats affirment qu’il aurait redouté la présence d’une ceinture d’explosif sur le Palestinien, alors que des vérifications à ce sujet avaient déjà été faites. Conformément au protocole militaire, si de tels soupçons existent, il convient d’abord d’observer une distance de sécurité de plusieurs dizaines de mètres.

Innombrables réactions de la classe politique

L’exécution elle-même a été filmée par un militant de l’organisation non gouvernementale B’Tselem. Elle a été très largement partagée sur les réseaux sociaux et a entraîné d’innombrables réactions de la classe politique. Mais l’état-major assure que la célérité de l’enquête disciplinaire n’a rien à voir avec la vidéo, et tout avec le strict respect des procédures. Il a été établi qu’aucun commandant n’avait donné l’ordre au soldat de tirer. Trois officiers ont aussi été réprimandés pour ne pas avoir porté secours au Palestinien agonisant, avant le coup de feu fatal.

Dans une vidéo diffusée par les avocats du soldat, son père explique : « Depuis jeudi, nous sommes malheureusement passés de l’état de famille modeste et anonyme à celle de famille dans l’œil du cyclone. Nous avons envoyé notre fils pour servir le pays et le défendre, lui et ses citoyens, et c’est ce qu’il a fait, confronté à un terroriste meurtrier venu tuer des innocents. »

Confronté à des attaques de l’extrême droite et de plusieurs collègues du gouvernement, le ministre de la défense, Moshe Yaalon, n’a pas masqué son exaspération, lundi, à la Knesset, le Parlement israélien. « Que voulez-vous ? Une armée brutale qui a perdu sa colonne vertébrale morale ? Je suis fier que le commandant de la compagnie ait dit qu’il s’agissait d’un événement inhabituel. »

Crainte d’une recrudescence de violence

Selon le quotidien Haaretz, le chef de l’état-major des forces armées, Gadi Eizenkot, adressera prochainement une lettre à tous les soldats, pour rappeler les règles d’engagement.

Selon un décompte de l’armée, dont le Monde a eu connaissance, 162 attaques palestiniennes ont eu lieu en Cisjordanie depuis le 1er octobre, et 201 à Jérusalem et dans l’ensemble d’Israël. Les statistiques militaires indiquent toutefois une baisse continue ces derniers mois.

Mais l’état-major craint qu’un épisode aussi dramatique et médiatisé que l’exécution d’Hébron puisse susciter une recrudescence des attaques. D’autant que la Pâque juive (Pessah) débutera le 23 avril. Une période traditionnellement marquée par un regain de violences autour des lieux saints.