Le "document des prisonniers"

Scène palestinienne /

Le 11 mai dernier, des prisonniers palestiniens appartenant aux organisations de la résistance nationale et islamique : Fatah, Jihad islamique, Hamas, FPLP et FDLP, co-signaient et publiaient un « Document d’entente nationale des prisonniers » dans lequel ils proposent, en dix-huit points, une plateforme d’unité nationale, afin de mettre fin aux conflits internes à la société palestinienne. C’était sur la base de ce document que le peuple palestinien était appelé à approuver ou rejeter par référendum le 26 juillet prochain, selon un décret promulgué par Mahmoud Abbas. PLP en publie ici la version intégrale en français.

Pour la Palestine n°50, jeudi 19 octobre 2006

« Pour sauvegarder ce que notre peuple a accompli durant son long combat, par loyauté envers nos martyrs, nos prisonniers et nos blessés, étant donné que nous sommes encore dans une phase de libération nationale, il nous faut établir une stratégie politique. Aussi, pour faire de cette conférence de dialogue national un succès, reposant sur les Accords du Caire, couplé à un urgent besoin d’unité et de solidarité, nous, soussignés, présentons ce document pour le dialogue national à notre peuple, au président de l’Autorité nationale palestinienne, Mahmoud Abbas, au Premier ministre Ismael Haniyeh, au conseil des ministres, aux membres du Conseil législatif palestinien, à toutes les associations et tous les groupes palestiniens, aux hauts responsables et aux leaders d’opinion en Palestine et dans la Diaspora.

Nous espérons que ce document sera étudié dans son entièreté qu’il trouvera le soutien et l’approbation de tous et qu’il pourra contribuer à élaborer un document de conciliation nationale palestinienne.

Les Palestiniens, dans leur patrie et dans la Diaspora, cherchent à libérer leur terre et à obtenir le droit à la liberté, au retour et à l’indépendance, y compris le droit de construire leur Etat indépendant avec Jérusalem al-Shareef pour capitale, sur tous les territoires occupés en 1967. Le peuple a aussi pour objectif d’assurer le droit au retour des réfugiés, la libération de tous les prisonniers, sur la base du droit historique de notre peuple sur la terre de nos ancêtres, et celle de la Charte des Nations unies, de la légitimité et du droit internationaux.

(Nous appelons à) accélérer les efforts afin de réaliser ce qui a fait l’objet d’un accord au Caire en mars 2005 en ce qui concerne le développement et la réactivation de l’Organisation de Libération de la Palestine et l’entrée du Hamas et du Jihad islamique dans l’OLP qui est seul représentant légitime du peuple palestinien à l’intérieur et à l’extérieur de la Palestine. Ceci a pour but de répondre aux changements dans l’arène politique palestinienne selon les principes de la démocratie et en confirmant l’autorité de l’OLP à assumer ses responsabilités à la direction de notre peuple, dans notre patrie et dans la Diaspora. C’est aussi l’OLP qui doit mobiliser les citoyens dans la défense de leurs droits nationaux, politiques et humanitaires dans tous les forums, cercles et dans l’arène internationale et régionale. De plus il est de notre intérêt national de former un nouveau Conseil National Palestinien avant la fin de 2006 de façon à assurer la représentation proportionnelle de toutes les forces palestiniennes nationales et islamiques, les groupes, les partis et de notre peuple. L’OLP doit donc demeurer un front et un cadre larges et une coalition nationale globale pour tous les Palestiniens dans notre patrie et dans la Diaspora et elle sera le point de référence politique. (Nous affirmons) le droit du peuple palestinien à résister et à maintenir l’option de résistance sous des formes différentes, en se focalisant sur la résistance dans les Territoires occupés en 1967, en parallèle avec l’action politique, les négociations et la diplomatie où existe une forte participation de tous les secteurs de la résistance populaire.

(Nous appelons à) établir un projet politique palestinien visant à une action politique globale et à harmoniser le langage politique palestinien sur la base du programme de consensus national, la légitimité arabe et les résolutions internationales qui donnent justice au peuple palestinien représenté par l’OLP, l’Autorité palestinienne représentée par le président et le gouvernement, les groupes islamiques et nationaux, les organisations de la société civile et les personnalités publiques. Ce projet a pour objectif de mobiliser le soutien arabe, islamique et international au niveau politique, financier, économique et humanitaire et la solidarité avec notre peuple et l’ANP et d’obtenir plus de soutien en faveur des droits de notre peuple à l’autodétermination, à la liberté, au retour et à l’indépendance. Il vise également à manifester notre opposition au plan israélien d’imposer une solution unilatérale à notre peuple et au siège qui opprime les Palestiniens.

(Nous appelons à) protéger et renforcer l’Autorité palestinienne en tant que coeur du futur Etat palestinien, né du combat et des sacrifices du peuple palestinien ; insister sur la nécessité pour les plus hauts intérêts nationaux que nous respections la constitution intérimaire de l’ANP, les lois effectives, l’autorité et les responsabilités du président élu selon la volonté des Palestiniens dans des élections libres, honnêtes et démocratiques. Nous appelons aussi à respecter l’autorité et les responsabilités du gouvernement qui a reçu le vote de confiance du Conseil législatif palestinien. [Nous devons] insister sur l’importance et la nécessité d’une coopération entre la présidence et le gouvernement. Il faut des actions conjointes et des réunions régulières entre eux pour régler les différends qui pourraient apparaître, en accord avec la constitution intérimaire. Toute action devra être entreprise dans l’intérêt supérieur des Palestiniens et pour les besoins d’une réforme globale des institutions de l’ANP, particulièrement de l’autorité judiciaire qui devra être respectée à tous niveaux, ses règles appliquées et où elle est autorisée à renforcer l’Etat de droit.

(Nous appelons à) former un gouvernement d’unité nationale qui assure la participation de tous les blocs parlementaires, en particulier le Fatah et le Hamas, et toutes les forces politiques qui souhaitent participer sur la base de ce document et du programme conjoint pour redresser la situation palestinienne aux niveaux arabe, régional et international. Leur but sera aussi de faire face aux défis en construisant un gouvernement national fort avec le soutien populaire et politique palestinien de toutes les forces qui prennent en compte les intérêts de tous ceux qui portent le fardeau de la résilience, de la résistance et de l’Intifada et qui sont victimes de l’agression israélienne. Ceci s’applique en particulier aux familles des martyrs, prisonniers et blessés et aux propriétaires des maisons et des biens démolis, détruits par l’occupation. Il faudra aussi s’occuper des étudiants et des chômeurs. Les négociations sont de la responsabilité de l’OLP et du président de l’ANP sur la base de l’adhésion aux objectifs nationaux palestiniens et de la réalisation des objectifs, à la condition que tout accord sera présenté au nouveau PNC pour approbation ou pour un référendum tenu dès que possible.

La libération de tous les prisonniers et détenus est un devoir national sacré qui doit être assuré par tous les groupes et forces palestiniens nationaux et islamiques ; l’OLP et l’ANP représentés par le président et le gouvernement, le Conseil législatif et toutes les forces de la résistance.

(Nous appelons à) redoubler d’efforts pour soutenir et aider les réfugiés, pour défendre leurs droits, et nous devons préparer une conférence populaire représentant les réfugiés, qui créerait des commissions afin de remplir nos devoirs envers les réfugiés et d’insister sur le droit. La communauté internationale doit faire pression pour faire appliquer la résolution 194 des Nations unies, qui stipule que les réfugiés doivent avoir le droit de retourner chez eux et d’être indemnisés.

(Nous appelons à) travailler sérieusement à former un « Front de la résistance palestinienne », pour mener et coordonner la résistance et la lutte palestiniennes et à en constituer une référence politique unifiée.

(Nous appelons à) respecter strictement les principes démocratiques et à tenir des élections générales régulières, selon la loi. Ces élections, présidentielles, locales et municipales, seront honnêtes, justes et démocratiques. Elles respecteront le principe de transfert pacifique et en douceur de l’autorité. Nous devrons protéger l’expérience démocratique en Palestine et respecter tout choix démocratique et les résultats qui en découlent. De plus il faudra respecter l’Etat de droit, les libertés publiques fondamentales, la liberté de la presse, l’égalité en droits et devoirs entre les citoyens, sans discrimination. Il faudra respecter, développer et promouvoir les acquis des femmes.

(Nous appelons à) rejeter et condamner le siège qui est imposé au peuple palestinien sous la direction d’Israël et des Etats-Unis, et demander aux pays arabes, aux niveaux populaire, officiel et médiatique, de soutenir l’OLP et l’ANP. (Nous appelons) les pays arabes à faire appliquer les décisions politiques, financières, économiques des sommets arabes qui soutiennent le peuple palestinien et sa cause nationale. Et à affirmer que l’ANP est favorable au consensus arabe et à une action arabe conjointe.

(Nous appelons) le peuple palestinien à rester solidaire et uni, à unifier ses rangs et à soutenir l’OLP et l’ANP représentés par le président et le gouvernement, à soutenir la résilience et la résistance du peuple face à l’agression israélienne et au siège, et à rejeter toute interférence dans les affaires internes palestiniennes.

(Nous appelons à) éviter toutes les formes de division qui pourraient amener à des luttes internes ; à condamner l’utilisation des armes pour résoudre les différends internes et à interdire l’usage des armes ; à insister sur le caractère sacré du sang palestinien et à adhérer au dialogue comme seul moyen de résoudre les désaccords. Il faut qu’il y ait liberté d’expression dans les médias, ce qui concerne aussi les partis en opposition à l’autorité et ses décisions, en accord avec la loi ; il faut adhérer au droit à la protestation pacifique, et organiser des défilés, des manifestations et des sit-in à la condition qu’ils soient pacifiques, sans armes et ne s’attaquent pas aux biens des citoyens ou aux biens publics.

L’intérêt national exige de trouver les meilleures façons de permettre à notre peuple et à ses forces politiques dans la Bande de Gaza de participer à la lutte pour la liberté, le droit au retour et à l’indépendance et au combat pour libérer la Cisjordanie et Jérusalem ; notre intérêt national nécessite que nous réévaluions nos méthodes de lutte afin de trouver les meilleures pour résister à l’occupation.

(Nous appelons à) réformer et développer tous les services de sécurité palestiniens de façon à leur permettre d’assurer leurs responsabilités dans la défense de notre patrie et de notre peuple et quand ils font face à l’agression et l’occupation. Il est de leur devoir de maintenir l’ordre et la sécurité, de faire appliquer la loi, de mettre fin à l’état de chaos sécuritaire et d’anarchie, au port d’armes en public et aux défilés militaires, de confisquer toutes armes qui feraient du tort à la résistance et déformeraient son image ; ou qui menaceraient l’unité de la société palestinienne. Il est aussi nécessaire de coordonner et d’organiser les rapports entre les services de sécurité et la résistance et d’organiser et de protéger leurs armes.

(Nous appelons) le CLP à continuer à édicter des lois qui régulent le travail des forces de sécurité dans ses divers services et à travailler à l’élaboration d’une loi qui interdise l’exercice d’une activité politique ou partisane à tout membre des services de sécurité, requérant par ce biais que tous agissent selon la référence politique issue de l’élection telle que définie par la loi.

(Nous appelons à) travailler à intensifier le rôle et la présence des organisations de solidarité internationales et des groupes pacifistes qui soutiennent notre peuple dans sa juste lutte contre l’occupation, les colonies et le mur d’apartheid, à la fois politiquement et localement ; et à travailler à l’application de l’avis de la Cour internationale de Justice émis à La Haye à propos du mur et des colonies et de leur présence illégale.

Document signé par : Marwan Barghouti, député, membre du Fatah Abdulkhalq An-Natshah, Haute commission de Direction, Hamas Bassam As-Sadi, Jihad Islamique Abdurrahim Mallouh, député, membre du Comité exécutif de l’OLP, secrétaire-général adjoint du FPLP Front Populaire de Libération de la Palestine) Mustafa Badarneh, FDLP (Front démocratique de Libération de la Palestine)

Note : le Jihad islamique a exprimé des réserves sur la question relative aux négociations.
-