Le désastre écologique de l’occupation israélienne en Palestine et la question de l’eau

AFPS Paris 14-6, lundi 16 novembre 2015

Le Groupe local de l’AFPS Paris 14ème-6ème, avec le soutien d’Europe Ecologie Les Verts Paris 14 et de la section de la Ligue des Droits de l’Homme Paris 14/6, a organisé le mardi 10 novembre une soirée sur le thème « Le désastre écologique de l’occupation israélienne en Palestine et la question de l’eau » à la salle des fêtes de la Mairie du 14ème arrondissement.

Cette soirée s’est déroulée normalement malgré quelques tentatives d’intimidation du BNVCA et du CRIF.

Dès 19 h, le public a pu visiter l’exposition « L’eau, soif d’échanges », qui présente la situation de l’eau en Palestine à partir de l’exemple de la coopération entre Aqabat Jaber, Besançon et Neuchâtel.

De 19 h 30 à 20 h 30, ce sont environ 200 personnes qui ont assisté à la projection du film « L’eau de chez nous, l’eau de chez eux », documentaire de Frédéric Vigné qui présente la question de l’eau et de l’assainissement en Palestine occupée.

Cette projection a été suivie d’une conférence et d’un débat avec Jacques Fontaine, membre de l’AFPS, enseignant et chercheur, agrégé de géographie, maître de conférences honoraire à l’Université de Franche-Comté, auteur du cahier de l’AFPS n° 22 : « L’eau, enjeu du conflit israélo-palestinien », et Pascal Durand, Député écologiste européen, ancien Secrétaire national d’Europe Ecologie Les Verts, qui a participé en juillet dernier à une délégation du Parlement européen en Cisjordanie occupée, consacrée aux aspects écologique des rapports israélo-palestiniens, notamment en matière d’accès à l’eau.

Jacques Fontaine a développé le mécanisme typiquement colonial et profondément inégalitaire de l’utilisation de l’eau de la Palestine en Cisjordanie en termes d’accès, de consommation, de distribution et de coût, le tout sous contrôle étroit des autorités militaires israéliennes. Il a insisté sur les conséquences de cette situation sur l’agriculture et sur la santé de la population palestinienne. Il a précisé que Gaza risque de ne plus avoir d’eau potable d’ici seulement quelques années.

Pascal Durand, après avoir rappelé qu’il avait personnellement constaté sur place le caractère insupportable de la situation, a insisté sur le rôle que devrait avoir une suspension de l’accord d’association entre l’Union européenne et Israël pour faire reculer Israël, faire respecter les Droits de l’Homme en Palestine occupée et pour aboutir à une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens.