Le "bateau des femmes" à une cinquantaine de milles de Gaza

L’Orient le Jour avec AFP, mercredi 5 octobre 2016

Le "bateau des femmes" ayant pour objectif de briser le blocus de Gaza était mercredi après-midi à une cinquantaine de milles de l’enclave palestinienne, a indiqué une porte-parole à l’AFP disant redouter un arraisonnement par la marine israélienne comme lors des précédentes tentatives.

"Plus que 55 milles nautiques pour briser le blocus de la bande de Gaza", proclamait en début d’après-midi un message sur la page Twitter du Zaytouna-Oliva, le "bateau des femmes pour Gaza".

Des médias israéliens ont affirmé, citant des responsables sous le couvert de l’anonymat, que l’Etat hébreu n’autoriserait pas le bateau à accoster et qu’il serait intercepté puis escorté jusqu’au port israélien d’Ashdod, frontalier de Gaza, comme en juin 2015.

"Les bateaux approchent", a affirmé à l’AFP la porte-parole Claude Léostic jointe par téléphone.

La chaîne satellitaire Al-Jazeera a diffusé des images de bateaux militaires israéliens quittant la base navale d’Ashdod.

L’armée israélienne s’est abstenue de tout commentaire quant à ses plans concernant le petit voilier à bord duquel se trouvent une quinzaine de femmes, dont le prix Nobel de la Paix Mairead Maguire.

Soumise depuis 2006 à un rigoureux blocus israélien, l’enclave palestinienne est gouvernée par le mouvement islamiste Hamas, que trois guerres ont opposé à Israël entre 2008 et 2014.

Depuis 2008, plusieurs expéditions civiles ont tenté, à chaque fois vainement, de forcer le blocus de ce territoire miné par la pauvreté et le chômage.

L’épisode le plus marquant reste celui de la flottille de 2010 quand un assaut israélien s’était soldé par la mort de dix militants turcs à bord du Mavi Marmara.

Les Accords d’Oslo, signés entre Israéliens et Palestiniens en 1993, autorisent les Gazaouis à naviguer, notamment pour la pêche, jusqu’à 20 milles des côtes. Cette distance s’est largement réduite au fil des guerres.

A Gaza, des militants s’apprêtaient à célébrer l’arrivée du bateau. Des scouts et des groupes de musique se préparaient à des festivités dans l’après-midi sur le port de Gaza.

Des bateaux devaient également sortir en mer dans la limite des six milles au-delà desquels la marine israélienne lance régulièrement des tirs de sommation, voire ouvre le feu sur des bateaux, ou arrête des pêcheurs.

Le blocus israélien, terrestre, maritime et aérien, se double au sud du territoire d’un blocus égyptien. Il a virtuellement tué toute exportation gazaouie, selon la Banque mondiale, et poussé au bord du gouffre l’économie du territoire et les 1,9 millions d’habitants qui s’y entassent.