La prochaine guerre de Gaza sera "la dernière" pour le Hamas, prévient Lieberman

L’Orient le Jour avec AFP, lundi 24 octobre 2016

Le ministre ultranationaliste israélien de la Défense Avigdor Lieberman a prévenu lundi le Hamas que toute nouvelle guerre dans la bande de Gaza sera "la dernière" parce qu’Israël anéantira le mouvement islamiste.

"Nous n’avons aucune intention d’engager une nouvelle confrontation, mais s’ils imposent une nouvelle guerre à Israël, cela sera la dernière", a dit M. Lieberman au quotidien palestinien al-Quds. "Ce sera la dernière confrontation parce que nous les détruirons totalement", insiste-t-il.

M. Lieberman a accordé une rare interview au journal basé à Jérusalem pour s’adresser "directement" aux Palestiniens, dit-il. Il y appelle les Gazaouis, "otages" du Hamas, à faire pression sur celui-ci pour qu’il change de priorités.

Israël a livré entre 2008 et 2014 trois guerres au Hamas qui gouverne sans partage la bande de Gaza depuis 2007 et aux autres groupes combattants palestiniens dans l’enclave. Depuis 2014, les deux camps observent un cessez-le-feu tendu.

Des tirs de roquette vers Israël en provenance de Gaza ont régulièrement lieu suivis d’une riposte israélienne. Lundi, l’aviation israélienne a ainsi frappé une position du Hamas après un tir de roquette devant de l’enclave. L’incident n’a fait aucun blessé. Les deux camps passent pour trouver leur intérêt pour le moment dans le maintien d’un statu quo armé, mais celui-ci est à la merci d’une escalade incontrôlée.

M. Lieberman, vétéran de la politique connu pour ses diatribes anti-arabes et son populisme belliqueux, a pris le portefeuille de la Défense en mai, permettant au Premier ministre Benjamin Netanyahu de consolider une coalition fragile et achevant de faire du gouvernement l’un des plus à droite de l’histoire d’Israël.

"Nous n’avons aucune intention de déclencher une nouvelle guerre contre nos voisins dans la bande de Gaza, ou en Cisjordanie (territoire palestinien occupé par Israël), au Liban ou en Syrie", deux pays avec lesquels Israël reste techniquement en guerre, dit M. Lieberman.

En même temps, M. Lieberman, dont le pays impose depuis dix ans à Gaza un blocus rigoureux censé contenir le Hamas mais qui affecte également la population civile, fait miroiter aux deux millions de Gazaouis un autre avenir.

Si le Hamas cesse ses activités hostiles à Israël, "nous serons les premiers à investir dans leur port, leur aéroport et leur zone industrielle", dit-il. "Gaza pourrait devenir un jour une nouvelle Singapour ou une nouvelle Hong Kong", assure-t-il.

"Le moment est venu pour la population gazaouie de dire à leurs dirigeants : cessez vos politiques insensées", a-t-il estimé.