La présidence palestinienne appelle Trump à oeuvrer à l’établissement d’un Etat palestinien

L’Orient le Jour avec AFP, mercredi 9 novembre 2016

La présidence palestinienne a appelé mercredi le nouveau président élu des Etats-Unis Donald Trump à oeuvrer à l’établissement d’un Etat palestinien indépendant coexistant avec Israël, tout en le mettant en garde contre les risques encourus s’il négligeait la question palestinienne.

"Nous sommes prêts à travailler avec le président élu sur la base d’une solution à deux Etats afin d’établir un Etat palestinien sur les frontières de 1967", a dit à l’AFP le porte-parole de la présidence de l’Autorité palestinienne, Nabil Abou Roudeina.

"L’instabilité continuera dans la région et dans le monde si on n’apporte pas une solution à la question palestinienne", a-t-il ajouté.

"La solution à deux Etats" fait référence à la création d’un Etat palestinien indépendant coexistant dans la paix et la sécurité avec Israël. Cette solution, censée résoudre l’un des plus vieux conflits de la planète, est la formule de référence des grands plans de paix internationaux.

Cependant, la perspective de la création d’un Etat palestinien a rarement paru plus distante depuis l’échec d’une nouvelle initiative américaine en avril 2014. L’effort de paix est moribond et une partie de la communauté internationale s’inquiète que la "solution à deux Etats" soit condamnée.

Les Territoires palestiniens demeurent occupés et divisés.

Le mouvement islamiste Hamas, qui gouverne sans partage la bande de Gaza, a dit s’attendre au même parti pris anti-palestinien de la part des Etats-Unis sous Donald Trump, a déclaré son porte-parole.

"Le peuple palestinien ne compte pas beaucoup sur un changement de politique de la part de la présidence américaine, la politique américaine sur la question palestinienne ayant été constamment caractérisée par le parti pris", a déclaré à l’AFP Sami Abou Zouhri, porte-parole du mouvement considéré comme terroriste par Israël, les Etats-Unis et l’Union européenne.

"Nous espérons néanmoins que le président américain (élu Donald) Trump reconsidérera et rééquilibrera cette politique sur la question palestinienne", a-t-il ajouté.