La machine de guerre politico médiatique de citizen Drahi

L’interview de Manuel Valls diffusée dimanche soir par I24 News et BFM-TV, avec la participation de journalistes de l’Express et de Libération confirme que le milliardaire boulimique est en train de bâtir une machine de guerre politico médiatique destinée à défendre ses engagements politiques et ceux de ses amis et partenaires sans s’encombrer des règles de base du journalisme.

René Backmann, Mediapart, mercredi 25 mai 2016

Pourquoi le milliardaire franco-israélien, Patrick Drahi, qui possède notamment l’opérateur de téléphonie mobile SFR, le réseau Numericable et la chaîne de télévision israélienne à vocation internationale I24 News a-t-il aussi pris le contrôle, en 2014 et 2015 du quotidien Libération, puis de l’Express avant d’étendre son empire médiatique à BFM-TV et RMC ? Ceux qui se posent encore cette question ont, depuis dimanche soir, des éléments de réponse éloquents. Et inquiétants.

Depuis les studios de I24 News à Jaffa a été diffusée, relayée par BFM-TV une interview de Manuel Valls, en visite en Israël, au cours de laquelle le premier ministre a répondu aux questions de quatre journalises des médias Drahi : Apolline de Malherbe, de BFM-TV, Paul Amar, de I24 News, Christophe Barbier, de l’Express et Laurent Joffrin de Libération. « Quatre médias, a indiqué Paul Amar à son invité, qui vous offrent une forte visibilité et une vraie diversité éditoriale ». Pour la « forte visibilité », l’affirmation se discute. Pour la « vraie diversité », le débat, en revanche, est clos.

Il s’agissait de célébrer l’amitié que porte Manuel Valls à Israël, de défendre, en gros et en détail, la politique du gouvernement Netanyahou, et de laisser le premier ministre français défendre la sienne. Sans l’encombrer de questions gênantes. Et sans faire l’économie, à plusieurs reprises, à propos d’Israël, de son armée, de sa police d’un discours lourdement propagandiste.

Dès les premières phrases de Paul Amar, les choses étaient claires. « Pour observer au quotidien le peuple israélien, a confié l’ancien journaliste de France 2 à Manuel Valls, qui venait de rappeler le lien indéfectible qui unissait la France à Israël, je peux vous dire qu’il éprouve un sentiment très fort d’injustice, il se sent très seul. C’est la seule démocratie dans cette région mais c’est le seul pays à subir autant de critiques contrairement aux autres pays alentour ». Une voix, parmi les trois autres journalistes qui participaient à cette interview a-t-elle émis une réserve, fait observer par exemple, que cette démocratie n’était pas exactement la même selon que les citoyens étaient juifs ou arabes ? Non.

Une voix a-t-elle rappelé que cette démocratie occupait et colonisait depuis près d’un demi-siècle la terre d’un autre peuple en lui déniant le droit de choisir son destin et de disposer de son Etat ? Non. Une voix a-t-elle conseillé à Paul Amar d’être plus respectueux de la vérité, c’est-à-dire plus attentif aux articles, aux reportages, aux analyses, aux éditoriaux consacrés par la presse mondiale à analyser et dénoncer ce qui se passe dans les pays voisins d’Israël à commencer par la Syrie, l’Irak, l’Egypte, l’Iran, l’Arabie saoudite ? Non. Ni le premier ministre français, ni les journalistes partenaires de I24News n’ont élevé la moindre remarque. Ce qui était une manière de souscrire à l’affirmation, entendue cent fois, mais mensongère, de Paul Amar.

Entamée dans ce climat de respect des faits, de la vérité, des téléspectateurs et des principes du journalisme, l’interview s’est poursuivie dans la même veine pendant près d’une heure. Si convenue et convenable, si peu dérangeante, qu’à certains moments on pouvait se croire devant un clip de communication électorale.

Il serait fastidieux de passer en revue le déferlement d’approximations, de contre- vérités, de fanfaronnades sécuritaires et de froncements de sourcils alarmistes puis de propos de comptoir politiciens auxquels ont été soumis les téléspectateurs qui ont suivi cette interview. Il faut cependant s’arrêter sur quelques moments, particulièrement démonstratifs, ce soir-là, de la « diversité éditoriale » et de la rigueur des médias de citizen Drahi.

Comme on pouvait s’y attendre Paul Amar a interrogé Manuel Valls sur la récente résolution de l’Unesco sur Jérusalem-est, votée par Paris, que le gouvernement israélien et ses partisans, notamment en France, ont tenté de présenter comme une négation du lien entre le peuple juif et le mont du Temple. Intox qui ne résiste pas à une lecture du document. Comme il l’avait déjà fait à Paris, Manuel Valls a répété : « la France regrette son vote. C’était une erreur ». Une voix lui a-t-elle demandé quels mots, précisément, de cette résolution, constituaient une erreur ? Non. Pourquoi Paris, qui disposait du texte deux semaines avant le vote, avait attendu la réaction d’Israël, relayée par divers représentants de la communauté juive pour constater cette « erreur » ? Non. A-t-on fait observer que cette intox était opportunément utilisée par le gouvernement Netanyahou pour discréditer l’initiative diplomatique française, qu’Israël rejette et que Manuel Valls était venu défendre ? Non.

Une voix a-t-elle demandé au premier ministre français ce qu’il pensait de l’entrée au gouvernement d’un pays ami, au poste redoutable de ministre de la Défense, d’un populiste raciste qui rêvait autrefois de bombarder le barrage d’Assouan et qui propose aujourd’hui d’appliquer la peine de morts aux terroristes palestiniens, mais d’en dispenser les terroristes juifs ? Non. Le premier ministre aurait pu répondre qu’il n’avait pas l’habitude de commenter la politique intérieure des pays qui le reçoivent, mais les téléspectateurs auraient peut-être découvert, dans la question, un visage différent de la démocratie israélienne.

Lorsque, au cours de cette interview, Manuel Valls a accusé, pour la deuxième fois en quelques jours, Clémentine Autain d’appartenir à une frange « islamo-gauchiste » et d’avoir eu des « discussions étranges » avec Tariq Ramadan, une voix lui a-t-elle fait observer que l’intéressée avait déclaré n’avoir « jamais rencontré Tariq Ramadan, ni partagé une tribune avec lui » et avait menacé de porter plainte contre le premier ministre pour diffamation s’il ne présentait pas ses excuses ? Non.

Quel enseignement nous livre la synergie de complaisances, de silences complices, de grossiers mensonges et de tranquille cynisme à laquelle viennent de participer, avec le premier ministre et son conseiller en communication quatre journalistes des médias contrôlés par Patrick Drahi ? Elle confirme que l’homme d’affaires boulimique d’acquisitions ne se contente pas d’étendre à travers une cascade de holdings et de participations diverses son empire des télécommunications vers les médias, d’en rationaliser l’organisation autour de SFR et d’acquérir des équipes de journalistes chargés de nourrir ses multiples canaux. Et elle indique clairement qu’il est aussi en train d’assembler une machine de guerre politico-médiatique internationale destinée à propager et défendre en Israël, comme en France, et peut-être bientôt ailleurs, ses engagements politiques et ses intérêts, mais aussi ceux de ses amis et partenaires. L’exercice auquel nous avons assisté dimanche soir – et qui n’est sans doute qu’un début – montre qu’au moins pour l’instant, sa conception très personnelle de l’information rencontre peu de résistance dans les médias qu’il vient de conquérir.