La famille du Palestinien mort à l’ambassade de Palestine à Sofia s’impatiente

L’Orient le Jour avec AFP, jeudi 17 mars 2016

La famille du militant palestinien Omar Nayef, retrouvé mort dans de mystérieuses circonstances dans la cour de l’ambassade de Palestine à Sofia fin février, a déploré mercredi n’avoir reçu à ce jour aucune information sur l’enquête en cours en Bulgarie.

"Les autorités ne nous ont donné aucun résultat de l’autopsie, et ne nous ont pas restitué le corps de mon mari pour que nous puissions l’enterrer", a déclaré à l’AFP la veuve de la victime, Rania Mahmoud.

Mme Mahmoud et les trois enfants du couple, âgés de 14, 18 et 19 ans, ont manifesté mercredi devant le Palais de justice de la capitale bulgare pour réclamer "des résultats rapides" dans l’enquête judiciaire.

Omar Nayef, âgé de 51 ans et qui était sous le coup d’une demande d’extradition formulée par Israël, a été trouvé mort le 26 février dans la cour de l’ambassade de Palestine à Sofia.

Après sa mort, la radio bulgare avait évoqué une chute du 4e étage de l’ambassade, une information qui n’a pas été confirmée de sources officielles. Omar Nayef s’était évadé en 1990 d’une prison israélienne où il purgeait une peine de prison à vie pour complicité dans le meurtre d’un colon israélien.

"Omar a été tué par Israël et ceci à l’ambassade de Palestine où il s’était mis à l’abri deux mois plus tôt", après que Sofia eut accepté fin 2015 d’examiner une demande d’extradition, a accusé Mme Mahmoud mercredi.

"Nous nous adresserons à la Cour de justice européenne si les résultats de l’enquête ne sont pas rapidement annoncés", a-t-elle souligné.

La porte-parole du parquet bulgare, Roumiana Arnaoudova, a dit à l’AFP qu’aucune diffusion d’informations officielles sur cette affaire n’était envisagée "pour le moment". "Le secret de l’enquête est prioritaire pour notre travail", a-t-elle précisé.

Omar Nayef résidait depuis 22 ans en Bulgarie, où il avait rencontré sa future épouse. Contrairement à sa famille, il n’avait pu obtenir la nationalité bulgare "en raison de ses problèmes avec Israël", a dit sa veuve.

Fin février, le président palestinien Mahmoud Abbas avait annoncé la formation d’une "commission d’enquête sur les mystérieuses circonstances de la mort d’Omar Nayef". Une source dans les services de sécurité israéliens, citée par la radio nationale israélienne, avait alors assuré qu’Israël n’avait "aucun intérêt à cibler un terroriste vieillissant".

Les Palestiniens accusent régulièrement les services de renseignement israéliens, notamment le Mossad, de viser leurs militants à travers le monde.