L’appel à l’assassinat des activistes mondiaux de BDS est "dangereux et sans précédent"

Genève - « L’appel du ministre israélien des transports et de l’intelligence Yisrael Katz à "un effort de prévention ciblé" contre les leaders et les activistes du mouvement Boycott, Divestment and Sanctions (BDS) est une incitation particulièrement alarmante », explique l’Observatoire des droits de l’Homme Euro-Méditerranéen.

L’Observatoire Euro-Méditerranéen pour Droits de l’Homme, lundi 4 avril 2016

Cet appel a été annoncé lors de la première conférence nationale israélienne pour combattre la pression montante de BDS, campagne mondiale ayant pour but d’augmenter la pression politique et économique sur Israël pour le respect des droits des palestiniens.

« Que l’on approuve ou non les buts de BDS, cela reste une forme de protestation pacifique pratiquée dans différents pays du monde entier, particulièrement en Europe et aux Etats-Unis » explique Ramy Abdu, président d’Euro-Med. « L’appel du ministre israélien est, en fait, une incitation à violer les droits de l’Homme et les normes du droit international concernant la sécurité des personnes ».

Pendant son discours, Katz a fait allusion à des assassinats ciblés pour arrêter les leaders et activistes de BDS, et il a justifié ceci en accusant BDS de travailler en partenariat avec des éléments hostiles à Israël.

Katz est allé encore plus loin dans son accusation en concluant qu’Israël peut légitimement répondre à l’activisme de BDS par « l’isolement des activistes et la transmission d’information les concernant aux services de renseignements du monde entier. »

« Ceci est une tentative flagrante d’intervenir dans les affaires des autres pays », explique Abdu. « L’incitation du ministre israélien défie les droits des personnes à la vie, à la sécurité, à la liberté d’expression et de manifestation pacifique, bien que tous ces droits soient garantis par différentes conventions sur les droits de l’Homme, la plus évidente étant le Pacte international relatif aux Droits Civil et Politique , dont Israël est signataire ».

Pire encore, Katz a rejeté la déclaration faite par le dirigeant d’opposition Isaac Herzog, membre de la Kennest Tzipi Livni et par l’ambassadeur américain en Israël Dan Shapiro que ce qui a élargi l’influence de BDS est l’échec d’Israël à parvenir à une solution juste avec les palestiniens.

« L’appel du ministre intervient dans le contexte plus large de l’incitation dominante israélienne contre BDS et les militants des droits de l’Homme », explique Abdu. « Certains hommes politiques, ayant des rangs aussi élevés que le premier ministre lui-même, ont contribué à cette incitation qui s’est parfois étendue à l’encontre du Conseil des droits de l’Homme ».

L’Observatoire Euro-Med appelle les autorités israéliennes à mettre fin immédiatement à cette incitation et appel à la haine contre les militants, et à remplacer les menaces avec de véritables tentatives pour résoudre les raisons sous-jacentes de BDS : la continuité et l’expansion de l’occupation, et le manque de respect et l’humiliation des palestiniens. L’Observatoire Euro-Med appelle également les gouvernements des pays européens, des États-Unis et d’Israël à condamner l’appel de Katz, si elles souhaitent ne pas paraître favorables à celui-ci.