L’ONU rejette les accusations d’Israël contre un de ses employés

L’Orient le Jour avec AFP, lundi 15 août 2016

L’ONU a rejeté samedi les allégations d’Israël contre l’un de ses employés palestiniens accusé de s’être mis au service du mouvement islamiste Hamas qui contrôle la bande de Gaza.

Wahid Borsh, un ingénieur de 38 ans travaillant pour le Programme de l’ONU pour le développement (Pnud), a été arrêté le 16 juillet et accusé par Israël de "s’être servi de son poste pour fournir une assistance matérielle aux activités terroristes et militaires du Hamas", considéré par Israël comme une organisation "terroriste". Il a été accusé par un tribunal israélien d’avoir accepté que 300 tonnes de gravats évacués pour le Pnud servent à construire une jetée destinée aux activités navales du Hamas.

Après l’examen du procès-verbal rendu public mardi, le Pnud a indiqué dans un communiqué avoir "établi que les gravats en question avaient été transportés à leur destination selon des instructions écrites du ministère des Travaux publics et du Logement de l’Autorité palestinienne". "Le Pnud dispose de toute la documentation sur le processus, les instructions et le transport des gravats", a ajouté l’organisation internationale.

Le jour de l’annonce de l’arrestation de M. Borsh, le Pnud s’était dit "très inquiet des allégations des autorités israéliennes", et avait promis "un examen interne minutieux des procédés et des circonstances entourant ces accusations". L’arrestation de M. Borsh était la deuxième annoncée par Israël en moins d’une semaine après celle du directeur à Gaza de World Vision, accusé d’avoir détourné chaque année 7,2 millions de dollars (6,5 millions d’euros) pour le Hamas et sa branche armée.

Comme dans le cas de World Vision, un porte-parole du Hamas, Hazem Qassem, a jugé mardi les nouvelles accusations israéliennes "dénuées de fondement" et participant d’un plan visant à "étouffer la bande de Gaza".

Israël et le Hamas se sont livré trois guerres dans la bande de Gaza depuis 2008 et restent en état de guerre larvée. Une grande partie des 1,9 million d’habitants de cette enclave soumise à un blocus israélien, sont tributaires d’une aide étrangère dont l’acheminement dépend à la fois d’Israël et du Hamas.