Israël se prépare à une "guerre totale" et anticipe des tirs de 1.500 roquettes par jour

Les roquettes pourraient être tirées simultanément par le Hezbollah, au nord, et dans des proportions bien moindres, par le Hamas qui dirige la bande de Gaza.

L’Orient le Jour avec AFP, samedi 17 septembre 2016

Israël organise à partir de dimanche sur tout son territoire un exercice de défense pour préparer les civils à une "guerre totale" qui pourrait se traduire par la chute de 1.500 roquettes par jour sur son sol, selon des sources militaires.

"Guerre totale sur plusieurs fronts, destruction d’équipements et d’infrastructures essentiels, cyber-attaques et tirs massifs de missiles", font partie des scénarios de l’exercice de dimanche et jusqu’au 21 septembre, a affirmé l’armée dans un communiqué.

L’exercice repose sur des évaluations du commandement de la Défense civile selon lesquelles jusqu’à 1.500 roquettes pourraient s’abattre quotidiennement sur le territoire israélien en cas d’hostilités, ont souligné des sources militaires au cours d’un briefing pour les médias israéliens rapporté vendredi dans la presse.

Les roquettes pourraient être tirées simultanément par le Hezbollah, au nord, et dans des proportions bien moindres, par le Hamas qui dirige la bande de Gaza, territoire palestinien au sud d’Israël.

L’Etat hébreu reste en état de guerre larvée avec le Hezbollah et le Hamas auxquels l’ont déjà opposé plusieurs campagnes et le pays n’exclut pas qu’une confrontation s’ouvre concomitamment sur deux fronts, au nord et au sud.

Le Hamas passe pour avoir été sérieusement affaibli par la guerre de 2014 mais Israël estime que le mouvement islamiste dispose de plusieurs milliers de roquettes, selon un responsable militaire. Le Hezbollah, lui, en aurait au moins 100.000, sans doute bien plus, dit cette source qui a souhaité garder l’anonymat.

Seul 1% des roquettes atteindrait des bâtiments, selon les sources militaires, le reste étant dans une large mesure contré par le système antimissiles Dôme de fer ou bien tombant dans des zones non habitées.

Environ 95% des roquettes véhiculeraient des charges légères et auraient une portée de moins de 40 kilomètres, mais le Hezbollah aurait la capacité de lancer des dizaines de roquettes de plus longue portée tous les jours sur le centre d’Israël, selon les mêmes sources.

La Défense civile qui organise la protection des civils en tant de guerre distribue régulièrement à tous les Israéliens des cartes montrant pour chaque zone le délai permettant de se mettre à l’abri entre le retentissement de la sirène et l’impact d’une roquette.

A Tel-Aviv, la capitale économique israélienne, le temps disponible pour se rendre aux abris passerait de 90 secondes actuellement à 60 secondes lors de la prochaine guerre, selon les chiffres de la Défense civile.

Après la guerre au Liban contre le Hezbollah en 2006, les autorités israéliennes avaient été sévèrement critiquées dans un rapport officiel pour l’impréparation et la désorganisation des services chargés de la protection des civils.

Durant cette guerre, la milice chiite avait réussi à tirer quelque 4.000 roquettes sur le nord d’Israël et contraint un million de civils à vivre dans des abris vétustes et exigus, manquant de nourriture ou de ventilation. Cette guerre avait fait plus de 1.200 morts côté libanais, en majorité des civils, et 160 côté israélien, quasiment tous des soldats.